prev

SOMMAIRE

prev

Marie-Andrienne FAVRE (“Sorellina”)

Parfois appelée “Phi” ou “Philine”.
Veuve en 1858, elle se prit de passion pour Amiel et vécu avec lui de 1859 à 1871 une idylle rendue célèbre par la publication sous le titre philine des fragments du “Journal Intime” y ayant trait (Bernard Bouvier, Paris, ed. J. Schiffrin, 1927.)