prev

SOMMAIRE

prev

Samedi 7 juillet 1866

(10 h 1/2 du soir.)
Courses d'affaires, payé des comptes, touché des fonds, réglé l'arriéré, fait faire des réparations. — Lu quelques articles de Scherer. — Reçu des visites. — Écrit des billets à Miss Camilla, à ma soeur F[anny], à Marcel S[uès]. — Fournisseurs, emplettes.
Bonne lettre de Philine, qui ne s'habitue pas encore à cette nouvelle vie, sans liberté ni loisirs personnels. On admire la paysage, mais on pleure le soir.
L'inconvénient de ces départs précipités, c'est qu'ils ont toujours l'air impoli, et qu'ils brisent les fils devraient qu'ils devraient dénouer. — Ce matin, l'ami C. H[eim] est venu converser avec moi et me proposer une course ensemble. Il se prétend de dix ans en avance sur son âge et déjà cassé. Nous avons causé de médecine, d'éducation et de voyage, sans parler de l'inévitable politique, de la Prusse et de Bismarck.

NOTES

Scherer  : Edmond Scherer (1815-889), célèbre théologien, publiciste et critique littéraire. Professeur à l'École libre de théologie de Genève, chef du mouvement libéral protestant.Scherer abandonna l'école et l'église pour s'établir à Paris où il fit de la politique et de la critique littéraire. Compagnon d'Amiel dans les traditionnelles excursions du jeudi. Il publia vec Fanny Mercier la première édition des Fragments d'un journal intime (1882).

Philine  : De son vrai nom Marie-Andrienne Favre (1830-1887). Veuve en 1858, elle se prit de passion pour Amiel et vécut avec lui de 1859 à 1871 une idyllle rendue célèbre par la publication, sosu le titre Philine des fragments dyu Journal intime y ayant trait (éd. Bernard Bouvier, Paris, 1927).

l'ami  : Charles Heim. Âme tourmentée, esprit scrupuleux, épris de perfaction morale, il fut pour Amiel le vrai frère de cœur et d'esprit.