prev

SOMMAIRE

prev

5 : “Au Rêve”

La ville qui était dévorée de travaux
La voilà devenue flâneuse et comme inerte,
Et l’on peut bien tranquille y rouler à vélo
Mais moi Ben Hur je vais, fouettant ma trottinette.

Les commerçants fermés louchent sur les débits
De vins et spiritueux, qui font portes ouvertes
Les confinés anxieux font la queue sans répit
Pour des millésimés plutôt que des canettes.

Car à Bordeaux, le vin est ce que toujours l’homme
Eut de plus précieux, et même les Anglais
Ont trouvé ça meilleur que le jus de la pomme,
Jusqu’à s’y établir, en construisant des chais.

Aux Chartrons dans les rues on ne sent plus le vin
Les chais sont devenus souvent des bistroquets
Un garage entr’ouvert donne sur un jardin
Comme en la medina si l’on pousse un loquet.

Mais “Au Rêve” aujourd'hui, où nous allions souvent
Est frappé d’interdit comme au temps des nazis
On s’attendrait à voir une étoile de sang
Sur les vantaux fermés — et une mise à prix !

avril 2020