prev

SOMMAIRE

prev

CHANT 18

Dans sa classe ma mère avait un “Compendium”
Une armoire fermée dont j’avais pris la clé,
Remplie de fioles de sodium et potassium,
Que j’ouvrais en douce, quand à la nuit tombée

Elle était occupée, corrigeant ses cahiers...
Je faisais des mélanges que je remuais
Ajoutant un peu ci, un peu ça, et j’étais
Ravi quand je voyais le verre coloré.

Un jour où j’avais mis quelque permanganate
Et ajouté de l’eau avec une pipette,
Espérant obtenir une couleur violette,
Voilà que la cornue brutalement éclate !

Je ramassai penaud les petits bouts de verre
Heureux de n’avoir pas reçu rien dans les yeux !
En essayant le soufre, sa lumière bleue
En brûlant étant belle, mais dans le Becher

Restait un résidu difficile à cacher...
J’avais lu dans un livre que les alchimistes
Chauffaient longtemps les corps les plus antagonistes
Mais sans avoir vu d’or — je montais me coucher.

Mon père me montra à faire un périscope,
Mais un certain noël j’obtins... un microscope !
Et je cessai soudain d’aller jouer aux billes,
Restant pendant des heures l’oeil sur la lentille...

J’observai des cheveux, des herbes minuscules,
Puis je piquai mon doigt et mis sous la lamelle
Une goutte de sang, et je vis les globules !
Je mis de l’eau croupie au fond d’une gamelle,

Et je suivais les cils de la paramécie
S’agiter frénétiques pour la déplacer
Elle allait se cognant, en reculant, et puis,
La goutte d’eau ayant fini par dessécher,

Je ressentis la mort - cette immobilité.