journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 1

Charlemagne a envoyé son fils Lohier en ambassade vers Beuves, qui refuse de se rendre à sa convocation, et il craint pour lui ; il profère des menaces à l'encontre de Beuve pour le cas où il aurait maltraité Lohier. Aymes approuve l'Empereur, et déclare ce qui suit (début du Manuscrit D)

                        « J'ai encor .iiij. filz de mult tres grant beaute
                        « Qui bien vos serviront se il vos vient a gre :
                        « Renaut a non li uns, et Aalart l'ainzné,
                        « Et Richart et Guischart, issi sunt apelé.
5                    « Ceus aurez, beaux doz sire, a vostre volenté.
                        - Aymes, ce a dit Karles, Dex vos en sace gre.
                        « Faites les moi venir si seront adobé,
                        « Chevaliers les ferai a la Nativité,
                        « Et lor dorrai chasteaux et viles et cité. »
10                   Li pere l'en mercie, n'i a plus demoré :
                        Ils sont iluec venu, n'i ont plus aresté.
                        Renaut ala avant, li vassal enoré,
                        Et li autres enprès li se sont tuit aroté.
                        Karles les vit venir si les a mult amé.
15                   Renaut s'agenoilla, qui fu preuz et sené,
                        Dedevant Karlemaine le fort roi coroné,
                        Et li frere ensement sor le marbre listé
                        Karles le fet lever, et Naymes le barbé.
                        « Sire, ce dist Renaut, de Deu soi[e]z sauvé.
20                   « Nos vos serviron, sire, se il vos vient à gre,
                        « Et devendron vostre home plevi et afïé
                        « Se chevalier nos faites que soion adoubé.
                        — Oil, dist Karlemaine, ja n'en iert trestorné. »
                        L'emperere appela son seneschal menbré :
25                   « Alez, dist il, mult tost, n'i ait plus demoré :
                        « Aportez moi les armes qui furent Codroé
                        « Que j'ocis en bataille o mon branbt aceré
                        « Par devant Panpelune la nobile cité.
                        « Et si ait chascuns armes des freres enoré :
30                   « Chevaliers les ferai, que tel est mon pensé. »
                        Li chevalier s'en torne, n'i a plus demoré ;
                        Les armes aporta el palais principé ;
                        Il i ot .j. hauberc de mult tres grant bonté,
                        Li pan en sont d'argent menuement cloé,
35                   Que onques ne puet estre par nule arme fausé.
                        Et Renaut l'a vestu, li vasal aduré,
                        Et chauca unes chauces sui sont de grant bonté,
                        Et si laca un heaume a or estencelé.
                        Ogier de Danemarche qui fu del parenté
40                   Li chauce uns esperons qui sunt a or gemmé ;
                        Et Karles li a ceint le bon brant aceré,
                        La colee li done voieant tot le barné.
                        « Or tien, dist Karlemaine, Dex te croisse bonté,
                        « Et que acroistre puisses sainte crestienté ! »
45                   Et puis monte a cheval qui li fust apresté.
                        Onques Dex ne fist beste de la soe bonté ;
                        Si out a non Baiart, ice fu verité ;
                        Por corre .xxx. leues ne seroit ahané
                        Por ce qu'en Normendie fu le cheval faé.
50                   Et puis fist Karlemaine corovié et iré,
                        Issi com vos orrez se j'em sui escotez.
                        Et Renaut i monta par l'estreu neelé,
                        Sor le cheval se tient par grant nobilité ;
                        Li estreu [sont] rompu(i)t, li cuir sont tronconné.
55                   Renaut brandi l'espié par mult tres grant fierté,
                        Et a pris un escu qui bien fu peinturé,
                        A son col le pendi voiant tot le barné.
                        « Eh Diex, dist l'um a l'autre, coma cist bel armé !
                        « Ainz mais ne vit si bel nus hon de mere né.
60                   « Dameldex nostre pere li acroisse barné. »

                        « J'ai encore quatre fils de très grande beauté
                        « Qui vous serviront bien si vous le désirez.
                        « L'un a pour nom Renaut, Aalard est l'aîné,
                        « Et Richard et Guichard sont les autres nommés.
5                    « Vous les aurez, beau Sire, à votre volonté.
                        — Aymes, dit Charles, que Dieu vous en sache gré.
                        « Faites les moi venir, je les adouberai ;
                        « Chevaliers les ferai, à la Nativité,
                        « Et je leur donnerai châteaux, villes, cités. »
10                   Leur père remercie, il n'est plus demeuré :
                        Eux sont venus ici, ils se sont dépêchés.
                        Renaut est le premier, chevalier honoré,
                        Et les autres en route se sont mis après.
                        Charles les voit venir, de lui ils sont aimés.
15                   Renaut s'agenouilla, lui si preux et sensé,
                        Par devant Charlemagne, grand roi couronné,
                        Et ses frères aussi sur le perron marbré.
                        Charles les fait lever, et Nayme† redresser.
                        « Sire lui dit Renaut, par Dieu soyez aidé,
20                   « Nous vous servirons, Sire si vous le voulez,
                        « Et nous serons vos hommes, à vous dévoués,
                        « Si chevaliers nous faites, si nous adoubez. »
                        — Oui leur dit Charlemagne, oui, vous le serez.
                        L'Empereur son Sénéchal alors a appelé :
25                   « Allez vite, dit-il, allez donc me chercher
                        « Les armes de Cordroiet et me les apportez,
                        « Lui que j'occis au champ de ma tranchante épée,
                        « Par devant Pampelune, la noble cité.
                        « Qu'à chacun des frères des armes soient données,
30                   « Chevaliers les ferai, comme j'ai décidé. »
                        Le chevalier s'en va, sans se faire prier ;
                        Les armes au palais, il les a rapportées :
                        Y était un haubert de grande qualité,
                        Dont les pièces, d'argent, sont finement cloutées,
35                   Pour que jamais nul arme n'aille les fausser.
                        Renaut l'a revêtu, ce noble chevalier,
                        Des chausses il enfila, de grande qualité,
                        Il a lacé un heaume aux étoiles dorées.
                        Ogier de Danemark, à lui apparenté
40                   Lui met des éperons qui sont d'or incrustés ;
                        Et Charles lui a ceint une épée acérée,
                        Puis devant tous lui a asséné la colée :
                        Il lui a dit : « Prends ça ! Dieu t'ait en sa bonté,
                        Et que tu fasses croître sainte chrétienté ! »
45                   Alors il a monté le cheval préparé :
                        Jamais bête n'y eut de telle qualité!
                        Son nom était Bayard†, c'est bien la vérité ;
                        De courir trente lieues ne peut le fatiguer :
                        En Normandie avait été ensorcelé !
50                   Charlemagne, par lui, fut plus tard courroucé,
                        Comme vous l'apprendrez si bien vous m'écoutez !
                        Renaut monte sur lui par l'étrier doré,
                        Et sur lui son allure est de grande beauté.
                        [Ici, un vers que je considère comme interpolé.]
55                   Renaut brandit l'épée par très grande fierté,
                        Il a pris un écu très joliment orné
                        L'a pendu à son cou, au vu de l'assemblée.
                        « Ah ! Dieu se disent-ils, comme il est bien armé !
                        « Jamais on n'en vit tel, qui soit de mère né !
60                   « Et que Dieu, Notre père, accroisse sa bonté ! »