journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 10

Charlemagne lance une expédition punitive contre les “quatre fils Aymon” qui se sont enfuis.

285                  A Monloon fu Karles l'emperer au vis fier,
                        La fu l'oz assenblee qui mult fist a proisier.
                        Si tost com l'emperere vit le jor esclairier,
                        [Isnellement a fet sa gent apareillier] ;
                        On fait trestot trosser li mur et li somer.
290                  Cel jor fist l'avant garde cuens Gui de Monpellier ;
                        Devant la fet conduire Symon le mesagier,
                        Qui fu preuz et cortois et mult fu bien guerrier,
                        Et par pelerinage fist Renaut espier.
                        Karlemaigne en apele le buen Daneis Oger
295                  Et Guion d'Aubefort et le conte Garnier,
                        Richart de Normendie et Nayme de Bayvier :
                        « Barons, dist l'emperere, nobile chevalier,
                        « Gardez vos des espeis ne vos chaut d'aprismier,
                        « Quer fees i conversent ja celer nel vos quier,
300                  « Assez tost porrions telx .vij. anz chevaucher
                        « Ja n'estovret Renaut por nos eschargaitier.
                        — Sire nos l'otrions dist Naymes de Bavier.
                        Lors font soner .j. gresle et .j. cor menu[i]er :
                        Donc s'arote li oz et avant et arrier,
305                  Les murs et les somiers chacent li poonnier ;
                        Seürement chevauchent, n'ont cure d'atargier ;
                        Trespassent les valees et le païs plenier,
                        Entresi qu'as espois n'i voldrent delaier :
                        Karles prist les espois forment a resoigner ;
310                  Mais bien les ont passez sanz avoir encombrier,
                        Et quant il furent outre, n'i out qu'esleccier.
                        Li solex fu mult preuz, si comence a rier,
                        Et virent Montessor formé sor le rochier.
                        Li .iij. frere Renaut repairent de chacier
315                  De la forest d'Ardenne, .j. un bois grant et plenier ;
                        Richart portoit .j. cor d'ivoire menuier,
                        Bondin avoit a non, Renaut l'avoit mult chier ;
                        Bien sunt en lor conpaigne jusqu'à .c. chevalier.
                        Il garderent sor Muese avant elx el gravier
320                  Et virent les oz Karles l'emperere au vis fier ;
                        Quant il virent les oz n'i ot qu'esleecier.
                        Richart en apela le cortois Berengier :
                        « Por amor [Deu], beau sire, qui sunt cil chevalier ?
                        « L'autre jor oï dire, ja celer nel vos quier,
325                  « Que Karles doit venir desor nos ostoier.
                        « Par le mien encient que ce sunt li premier.
                        « Alons oïr noveles en cel chemin plenier. »
                        A icele parole point chascons le destrier.


            §


                        Guion ont apelé qui venoit tot premier :
330                  « Por amor Deu, beau sire, qui sunt cil chevalier ? »
                        Et cil ont repondu : « Ja celer nel vos quiers :
                        « Homes somes Karlon l'emper[e]re au vis fier,
                        « S'en alon en Ardenne .j. chastel asegier
                        « Que par force i ont fet li fil Aymon drecier.
335                  « Durement nos travaillent : Dex lor doinst enconbrier !
                        — Certes, ce dist Richart, je suis lor chevalier.
                        « De telx paroles dire ne vos ai pas plus chier !
                        « Lor païs et lor terre doi je bien desraisnier. »
                        A iceste parole point chacun le destrier.
340                  Richart fiert sor l'escu le bon vassal Renier,
                        Desique en la bocle li fet tou esmier,
                        Et l'auberc de son dos desrompre et desmalier,
                        El cors li mist la lance o tot le fer d'acier,
                        Tot plaine sa lance l'abat el gravier ;
345                  Puis saissi le cheval par les regne d'ormier,
                        .J. poi se trest ariere sel baille a l'escuier.


            §


                        A icel cop assemblent li vaillant chevalier,
                        « Montessor ! » escrierent as lances abessier.
                        La poissiez voer fier estor commencier,
350                  Et tante hanste fraindre et tant escu percier ;
                        Tuit sunt mort et ocis et vencu li premier
                        Ainz cil de l'avangarde ne lor orent mestier ;
                        A Karlemaigne vienent, prenent li a noncier :
                        « Sire droit emperere, mult vos doit ennuier :
355                  « Li fil au viel Aymon nos ont fait encombrier,
                        « Venu sunt en la rote nostre chemin bruisier ;
                        « Richart vos a ocis le buen vassal Renier,
                        [« S'en maine vos hernoiz qui tant fet a prisier.]
                        — He ! Dex, dist Karlemaigne, perdu i ai premier.
360                  « Or ne sai com ira avant del gaaignier. »


            §


                        Il en a apelé le buen Danoys Ogier :
                        « Par amor Deu, beau sire, pensez de l'esploitier
                        « Entre vos et Naymon et le contre Fouchier,
                        « Si prenez de mes homes, de celx que j'ai plus chier,
365                  « S'alez enprès Richart, ice vos voil proier.
                        « Qui mon hernois en mainne, mult m'en puet ennoier ;
                        « Il m'a fait de mes homes merveillex enconbrier :
                        « .Vij. nos en a ocis o l'espée d'acier
                        « Estre celx qui morurent as lances abaisier. »
370                  Li Danoys est monté, o lui .m. chevalier,
                        Après Richart s'arote le grand chemin plenier,
                        Mais ce ne leur vaut mie la monte d'un denier,
                        Quer Richart se sout bien de lor engin gaitier :
                        Desi qu'à Montessor ne se vout atargier.


            §


375                  Renaut ala encontre quant le vit repairier :
                        « Ou fu prist cest hernois, nobile chevalier ?
                        — En la moie foi, sire, dist Richart li guerrier,
                        « Ja vos dirai tel chose dont nos doit ennuier
                        « L'autre jor nos conterent li autre sodoier
380                  « Se Karles l'emperere qui France a a baillier
                        « Seüst de vos noveles de nostre herbergier
                        « Il venist en Ardenne cest chastel assegier.
                        « Encor verrez la guere del tot reconmencier ;
                        « Veez le ci venir, ja celer nel vos quier,
385                  « Onques tel ost ne fu, pour le cors seint Richier,
                        « Come il nos ameine por la terre essillier.
                        « J'en ai oï noveles en cel chemin plenier,
                        « Je et mi conpaihgnon venon de bataillier.
                        « Assez nos conbatismes devant el chief premier
390                  « Li baron s'esmaïrent, il et lor chevalier,
                        « Lors herneis lor feïsmes et guerpir et less[i]er,
                        « Amenez les vos ai si nous auront mestier.


            §


                        — Certes, ce dist Renaut, mult vos doi avoir chier,
                        « Mult doit hon chevalier et amer et proisier,
395                  « De quel part que il vie[n]ge, qu'il sache guerroier.
                        « Montons isnellement en cel palais plenier
                        « As fenestres de marbre qui mult font a proisier,
                        « Si verron les conpaignes venir et chevauchier. »
                        Li frere en sunt monté contremont li planchier.
400                  A iceste parole es voz venuz Ogier
                        Qui ert après Richart venu por enchaucier
                        Mes il fu el chastel, ne le dote .j. denier.
                        Les portes firent clorre et les ponz sus drecier,
                        Devant la barbacane s'alerent apoier.
405                  Ogier voit li enchauz ne li aura mestier,
                        Arriere s'en repere sel va le roi noncier :
                        « En non Deu, emperere, mult vos doit ennoier,
                        « Cuidiez vos Renaut prendre [sosduire] ne engingnier ?
                        « Ja de plus fort chastel n'orra nus hon plaidier
410                  «  Que il ont fet fermer par desor .j. rochier :
                        « Vos nel prendriez mie por lor menbres trenchier. »


            §


                        L'emperere l'entent, prist soi a merveillier,
                        Et jure Dameldeu qui tot a [a] jugier
                        El realme de France ne s'en ira arrier
415                  Tant qu'il ait pris Renaut qu'il ne puet avoir chier.
                        A forches iert penduz, nus nel puet respoitier,
                        Richart sera detrait a coe de somier
                        Qu'il ocist Loeÿs a l'espée d'acier,
                        [Et] Renaut Bertelai le preux d'un eschequier.
420                  « Sire, Ogier li a dit, bien vos devez vengier,
                        « Quer sovent vos ont fet pener et traveillier. »
                        Foque de Morillon conmenca a huchier :
                        « Sire droiz emperere, n'aiez soin de targier,
                        « Environ Montessor fetes vostre logier. »
425                  Et respont l'emperere : « Ce fait a otroier. »


            §


                        Lors sonerent lor cors, li gresle menuier.
                        L'emperere de France pense de l'esploitier,
                        Le chastel a veü fermé sor le rochier :
                        Les montaignes sunt hautes amont envers le ciel,
430                  La praerie est gente, li bois grant et plenier,
                        Bien i puet l'en les pors et les cers enchaucier.
                        D'une part lor cort Muese contraval le gravier,
                        D'autre part est la roche qui ne puet enpoirier.
                        « He ! Dex, dist l'emperere, qui tot as a jugier,
435                  « Ainc mais en si fort leu ne vi chastel drecier.
                        « Com sevent cil lor guerre fornir et esploitier ! »
                        Il a dit a ses homes : « Ja celer nel vos quier,
                        « Par le mien escient pris iert Renaut le fier. »
                        L'empe[re]re de France est descendu a pié,
440                  Ogier et li dux Naymes li corent a l'estrié.
                        « Barons, dist l'emperere, or vos voil je proier,
                        « Faites moi tote m'ost desor l'eve logier,
                        « Mon tref me faites tendre par delez cel rochier.


            §


                        — Sire, ce dist dux Naymes, ce fait a otroier. »
445                  Lors veissiez en l'ost destroser maint somier,
                        Paveillons et aucubes et maint beau tref decier ;
                        Le tref le roi tendirent enmiz le praier,
                        Le pomeau de desore en fist mult a proisier,
                        .J. escharbougle i ot mult vaillant et mult chier.
450                  Quant li oz fu logiez enmi le pre plenier,
                        Lors a parlé li rois aloi de bon guerrier ,
                        Il fet crier par l'ost : « Qu'il n'i ait soudoier
                        « Qui desi qu'a .viij. jors ist monter son destrier
                        « Se ce n'est por son cors aler esbanoier.
455                  « Anceis que le chastel voille fere enpiri[e]r,
                        [« Ferai as païsanz et savoir et noncier]
                        « Que la vitaille aportent as murs et a somiers.
                        « Or faites faites ma chapele devant mon tref drecier,
                        « Et prieron a Deu qui tot a a jugier
460                  « Qu'il me puist de Renaut le fil Aymon vengier.
                        « Trop s'est pres herbegié, il le conperra chier :
                        « Ja se Dex plest le roi ne lor aura mestier,
                        « Q[ue] nos l'afamerons anceis ...j. mois entier
                        « Si qu'il n'auront laieznz ne boivre ne mengier.


            §


465                  — Sire, ce dist dus Naymes, miez poez esploitier :
                        « Emperere de France, prenez .j. mesagier,
                        « Envoiez a Renaut vo parole noncier,
                        « Qu'il vos rende son frere Richart le chevalier,
                        « Puis le fetes ardoir ou tot vif escorcier.
470                  « Par itant se porra de sa guerre apaier.
                        — He ! Dex dist Karlemaigne, qui tot as a jugier,
                        « Com a ci buen conseil, bien fait a otroier.
                        « Mes jamais ne verrai, ce cuit, le mesagier.
                        — Sire, ce a dit Naymes, n'ayez soing d'esmaier :
475                  « Nos iron el mesage entre moi et Ogier.
                        — Naymes, ce dist li rois, Dex vos gart d'enconbrier,
                        « Car ainc ne faillites quant de vos oi mestier. »
                        Ogier et li dux Naymes s'en vont apareillier
                        En guise de mesage sans nul point d'atargier,
480                  Chascon porte en sa main .j. rainsel d'olivier ;
                        Tresqu'a la barbacane ne voldrent atargier.


            §


                        Aalart lor escrie : « Qui estes, chevalier ?
                        — Sire, ce dist dux Naymes, nos somes mesagier,
                        « Si venon a Renaut parler et conseillier :
485                  « Karles nos i envoie qui France a a baillier.
                        — Par foi, dist Aalart, de gre et volentiers. »
                        L'en lor ovre la porte, le pont font abeisier,
                        Aalart les en maine contremont le planchier ;
                        La ou trovent Renaut prenent li a huchier,
490                  Ainc de li saluer ne voudrent travaillier :
                        « Renaut le filz Aymon, fai la noisse abeissier :
                        « Le message Karlon te venon ci noncier.
                        « Venuz est ton chastel et ta terre essillier,
                        « Et se il vos puet prendre, fera vos greillier.
495                  « Envoie li ton frere Richart que tant as chier,
                        « Li rois le fera pendre ou tot vif escorchier.


            §


                        — Naymes, ce dist Renaut, laissiez vostre pledier,
                        « Quer par la foi que doi au baron saint Richier,
                        « Se tant ne vos amasse entre vos et Ogier,
500                  « Je vos feïse pendre ou les menbres trenchier.
                        « Richart n'est mie pris, laissiez le manecier.
                        « Ainz aura l'emperere d'amis mult grant mestier
                        « Qu'il puisse de nos de rien desavancier.
                        [« Alez vos en ariere, le roi poez noncier]
505                  « Que ne feron por lui la monte d'un denier. »
                        Atant s'en part dux Naymes entre li et Ogier,
                        Jusqu'à l'ost Karlemaigne pensent de l'esploitier ;
                        Le mesage li rendent li baron chevalier,
                        Ce que Renaut li mande n'i voldrent pas lessier ;
510                  L'emperere l'entent, le sens cuide changier.

285                  Charles au noble visage à Laon s'est installé,
                        Et il y a tenu une grande assemblée.
                        Sitôt que l'empereur voit le jour se lever,
                        [À ses gens il ordonne de se préparer] ;
                        On a bientôt chargé lles chevaux, les mulets.
290                  À l'avant-garde alors fut Guy de Montpellier ;
                        Pour conduire a mis Simon le messager,
                        Homme preux et courtois, mais aussi bon guerrier,
                        Qui comme pélerin, Renaut a pu épier.
                        Charlemagne a requis le bon danois Ogier
295                  Et Guyon d'Aubefort, et le Comte Garnier,
                        Richard de Normandie et Nayme† de Bavière :
                        « Barons, dit l'Empereur, mes nobles chevaliers,
                        « Sachez qu'on vous épie, sur vos gardes restez
                        « Des fées hantent ces bois, je ne peux le cacher,
300                  « Et nous pourrions sept années chevaucher
                        « Sans que jamais Renaut n'ai à nous épier. »
                        - Sire, le promettons, dit Nayme† de Bavière.
                        Une trompe et un cor on a fait résonner :
                        Et la troupe s'ordonne à l'avant, à l'arrière
305                  Les piétons ont poussé les mules et sommiers ;
                        Et sans perdre de temps ils s'en vont chevaucher,
                        Parcourent la campagne et de riches vallées,
                        Ils vont sans hésiter dans d'épaisses forêts ;
                        Charlemagne craignait beaucoup d'y pénétrer,
310                  Mais sans ennuis pourtant ils les ont dépassées,
                        Et quand ils sont sortis, leur joie a éclaté.
                        Le soleil s'est montré, plein d'amabilité,
                        Et Montessor ont vu, perché sur son rocher.
                        Les frères de Renaut revenaient de chasser
315                  Dans la forêt d'Ardenne, aux grands arbres serrés ;
                        Richart portait un cor d'ivoire travaillé,
                        Que l'on nommait Bodin, de Renaut très aimé,
                        Et avec eux étaient au moins cent chevaliers.
                        Ils regardent la Meuse couler sur ses graviers
320                  Et y voient Charlemagne, l'Empereur si fier :
                        Il n'ont que de s'enfuir en voyant cette armée !
                        Richart a appelé le courtois Bérengier :
                        « Dites-moi donc, beau sire, qui sont ces chevaliers ?
                        « J'ai entendu parler, ne peux vous le cacher,
325                  « Que Charles doit venir bientôt nous affronter.
                        « Je crois bien que ceux-là sont arrivés premiers.
                        « Allons sur leur chemin, pour nous en informer. »
                        Sur ces mots les voilà poussant leurs destriers.


            §


                        Ils on hélé Guion, qui venait en premier :
330                  « Beau sire, dites-nous, qui sont ces chevaliers ? »
                        Il leur fut répondu : « Je ne puis le cacher :
                        « Nous sommes ceux de Charles au visage si fier,
                        « Nous allons en Ardenne, un château assiéger,
                        « Que sans droit y ont fait les fils Aymon dresser.
335                  « Ils nous causent souci, Dieu veuille les chasser !
                        — Eh bien ! leur dit Richart, je suis leur chevalier.
                        « Ce que vous avez dit ne m'a pas contenté !
                        « Leur terre et leur pays, je veux les protéger. »
                        À ces mots tous les deux lancent leurs destriers.
340                  Richart a frappé fort sur l'écu de Régnier,
                        Et en mille morceaux, il l'a fait éclater ;
                        Et jusque sur son dos son haubert a percé :
                        Tout le fer de sa lance dans son corps a plongé,
                        Et de ce coup l'a fait à terre s'effondrer.
345                  Puis il prend le cheval par ses rênes dorées,
                        Se reculant un peu, le donne à l'écuyer.


            §


                        Alors les chevaliers se sont tous assemblés,
                        « Montessor ! » ont crié, leurs lances abaissées.
                        Alors un grand combat verrez se dérouler,
350                  Tant de lances brisées et tant d'écus percés !
                        Les premiers sont bientôt terrassés et tués,
                        Sans que de l'avant-garde les autres n'aient bougé...
                        À Charlemagne alors, ils vont lui annoncer :
                        « Sire, noble Empereur, vous serez irrité,
355                  « Les fils du vieux Aymon nous ont fort malmenés ;
                        « En masse sont venus le chemin nous barrer ;
                        « Et Richard a tué votre baron Régnier.
                        [« Il a pris les harnais qui vous étaient si chers.]
                        — Ah ! Dieu ! dit Charlemagne, vaincu en premier
360                  « Je ne sais pas comment je vais pouvoir gagner. »


            §


                        Il fait venir à lui le bon Danois Ogier :
                        « Au nom de Dieu, beau Sire, voici ce que ferez :
                        Avec l'aide de Nayme†, et du comte Foucher
                        Prenez ceux de mes hommes qui me sont si chers,
365                  Et je vous le demande, Richard affrontez,
                        Qui mes harnais emmène, j'en suis ennuyé.
                        De mes hommes il en a fait de nombreux tomber,
                        Il en a occis sept, de son épée d'acier,
                        Parmi ceux qui sont morts, leurs lances abaissées ! »
370                  Le Danois est monté, et mille chevaliers,
                        Pour affronter Richard, ils se sont élancés.
                        Mais cela ne leur a vraiment rien rapporté !
                        Car Richard l'a prévu, leur plan a déjoué :
                        Et sans attendre, il est vers Montessor allé.


            §


375                  Renaud le vit venir et lui a demandé :
                        « D'où provient ce harnais, très noble chevalier ?
                        — Par moi foi, dit Richard le brave guerrier,
                        « Ce qui vous déplaira, je vais vous le conter.
                        « L'autre jour des soldats nous l'avaient confié :
380                  « Si Charles l'empereur, qui de France† est chargé,
                        « Savait où maintenant nous sommes réfugiés,
                        « Il viendrait en Ardenne pour nous assiéger,
                        « Et vous verrez la guerre alors recommencer.
                        « Le voyez-vous venir ? Je ne peux le cacher,
385                  « Telle armée on n'a vu, jamais, par Saint-Richier,
                        « Plus forte que la sienne pour tout ravager.
                        « J'ai appris tout cela en suivant ce sentier,
                        « Mes compagnons et moi venons d'y batailler.
                        « Nous avons combattu leurs premiers guerriers ;
390                  « Les barons ont pris peur, comme les chevaliers :
                        « Nous prîmes les harnais, et eux avons laissés ;
                        « Nous en aurons besoin, à vous je les remets.


            §


                        — Certes, lui dit Renaud, vous m'êtes des plus chers !
                        « On doit beaucoup louer, aimer un chevalier
395                  « D'où qu'il vienne pourvu qu'il sache guerroyer.
                        « Montons vite à l'étage de ce grand palais,
                        « Des fenêtres de marbre dont il est orné,
                        « Nous verrons chevaucher et venir les armées. »
                        À l'étage au dessus les frères sont montés.
400                  Et sur ces entrefaites est survenu Ogier
                        Qui poursuivait Richard pour le défier,
                        Mais au chateau ne put pas du tout pénétrer :
                        Les portes ont fait clore et le pont relever,
                        Devant la barbacane grimper sont allés.
405                  Ogier voit bien qu'il ne pourra y pénétrer,
                        Il retourne en arrière pour le roi informer :
                        « Empereur, de par Dieu, en serez contrarié !
                        « Pensiez-vous que Renaud se laisserait tromper ?
                        « Jamais on n'a pu voir de château mieux fermé
410                  « Que celui qu'ils ont fait bâtir sur ce rocher :
                        « Vous ne le prendrez pas sans leurs membres trancher ! »


            §


                        L'empereur qui l'entend en est impressionné,
                        Et jure devant Dieu, lui qui doit tout juger,
                        Le royaume de France il ne saurait quitter
415                  Sans avoir pris Renaud de lui tant détesté :
                        Au gibet le fera pendre, sans hésiter !
                        Richard par des chevaux sera écartelé
                        Qui Loïs a tué de son épée d'acier,
                        Et Renaud, Bertolai†, d'un grand coup d'échiquier !
420                  « Sire, lui dit Ogier, il vous faut vous venger
                        « Car souvent ils vous ont fait souffrir et peiné. »
                        Fouque de Morillon à son tour a parlé :
                        « Sire, grand empereur, veuillez ne pas tarder,
                        « Et près de Montessor conduisez votre armée. »
425                  L'empereur lui répond : « J'y suis bien décidé. »


            §


                        De leurs plus grêles cors alors ils ont sonné.
                        L'empereur de la France† à un plan a pensé,
                        En voyant le château accroché au rocher :
                        Les montagnes s'élancent très haut vers le ciel
430                  La prairie agréable, et touffue la forêt :
                        On peut bien y chasser les cerfs et sangliers.
                        La Meuse est en dessous, courant sur les graviers,
                        Et au-dessus la roche où l'on ne peut grimper.
                        « Dieu ! a dit l'Empereur, qui a vite jugé,
435                  « Jamais en un tel lieu n'ai vu château dresser,
                        « Comme celui qu'ils ont fait pour bien se protéger ! »
                        À ses gens il a dit : « Je veux que vous sachiez :
                        « Je sais qu'il sera pris ce Renaut lui si fier. »
                        L'empereur de la France† à terre a mis le pied,
440                  Ogier et le Duc Nayme† ont tenu l'étrier.
                        « Barons, dit l'Empereur, je veux vous demander
                        « D'installer près de l'eau les tentes de l'armée ;
                        « Et ma tente plantez auprès de ce rocher. »


            §


                        — Sire, dit le duc Naymes†, à votre volonté. »
445                  Alors vous auriez vu les chevaux décharger,
                        Les tentes et de beaux pavillons élever ;
                        Et la tente du roi sur le grand pré montée
                        Avec à son sommet un pommeau admiré,
                        D'une pierre précieuse on l'avait fait orner.
450                  Quand tout fut installé sur le grand et beau pré,
                        Alors le roi parla, comme un grand guerrier,
                        Faisant crier partout : « Qu'il n'y ait chevalier,
                        « Qui de sept jours durant ne monte son destrier
                        «  Si ce n'est pour son corps quelque peu délasser.
455                  « Avant que du château ne veuille m'emparer,
                        [« À tous les paysans je veux faire annoncer]
                        « Que mules et sommiers doivent ravitailler.
                        « Devant ma tente une chapelle dresserez,
                        « Et nous y prierons Dieu, qui de tout peut juger,
460                  « Pour que du fils Aymon je puisse me venger.
                        « Il le paiera très cher d'ici s'être installé :
                        « Qu'à Dieu ne plaise que je n'aille les aider !
                        « Nous les affamerons avant un mois entier
                        « Ils ne trouveront plus à boire ou à manger.


            §


465                  — Sire, dit le duc Nayme†, mieux faire vous pouvez :
                        « Empereur de la France†, prenez un messager,
                        « Pour aller vers Renaut vos paroles porter :
                        « Qu'il vous rende son frere, Richard le chevalier,
                        « Pour qu'il soit brûlé vif, ou le faire dépecer.
470                  « Ainsi pourrez bien faire la guerre cesser.
                        — Par Dieu, dit Charlemagne, Dieu peut en juger,
                        « C'est un très bon conseil, et je peux m'y fier.
                        « Mais où donc trouverai-je un pareil messager ?
                        — Sire, répondit Nayme†, de rien ne vous souciez  :
475                  « C'est nous qui le ferons, tous deux, moi et Ogier.
                        — Nayme† répond le roi, Dieu vous protège ! Allez !
                        « Car jamais ne m'avez, dans le besoin, manqué. »
                        Ogier et le duc Nayme† se sont préparés,
                        Comme des messagers, et sans plus s'attarder :
480                  Chacun porte en sa main un rameau d'olivier,
                        Et vers la barbacane ils se sont avancés.


            §


                        Aalard a crié : « Qui êtes, chevaliers ?
                        — Sire, dit le duc Naymes†, nous sommes messagers,
                        « Nous venons rencontrer Renaud, et lui parler :
485                  « Charles nous y envoie, qui de France† est chargé.
                        — Ma foi, a dit Aalard, venez bien volontiers. »
                        On leur ouvre la porte, le pont est abaissé,
                        Aalard à l'étage les a fait monter,
                        Ils y trouvent Renaud, qu'ils ont interpellé,
490                  Car à le saluer n'ont voulu s'abaisser.
                        « Renaut, le fils de Naymes†, il te faut accepter :
                        « Le message que Charles nous fait t'apporter.
                        « Ton château et tes terres fera dévaster,
                        « Et s'il peut vous saisir, il vous fera brûler.
495                  « Envoie lui ton Richard, ton frère bien-aimé,
                        « Pour qu'il le fasse pendre ou tout vif écorcher.


            §


                        — Nayme†, répond Renaud, arrêtez de parler.
                        « Car au nom de la foi que j'ai pour Saint Richier,
                        « Si je ne vous aimais tous deux, avec Ogier,
500                  « Je vous aurais fait pendre ou les membres couper !
                        « Richard n'est pas à vous, il vous faut le laisser,
                        « Charles de peu d'amis devra se contenter
                        « Car il ne pourra plus jamais sur nous compter.
                        [« Retournez en arrière, allez lui annoncer]
505                  « Que pour nous il ne vaut même pas un denier. »
                        Ogier avec le duc Nayme† s'en sont allés,
                        Charlemagne ont rejoint, auprès de son armée.
                        Le message ont porté, ces braves chevaliers :
                        Ce que Renaud a dit ne le laissent ignorer.
510                  L'empereur entend ça, il en est bouleversé.

NOTES

préparer Ce vers manque dans le seul manuscrit D. J'ai suivi J. Thomas en le rétablissant d'après les autres.

Bavière Assonance : pour rester fidèle à l'original, j'ai dû me résoudre à conserver “Bavière” et faire une petite entorse à la consonance en “er/é”.

fées À première vue, la mention de “fées” est un peu surprenante dans une chanson de geste... Du moins dans les plus anciennes : pas de “fées” dans la “Chanson de Roland” ! Mais l'époque de la composition de “Renaut de Montauban” est certainement plus tardive, et il est possible que dans certaines versions les influences celtiques ou anglo-normandes aient apporté avec elles ces personnages qui deviendront la règle au XVe.

sommiers Les chevaux qui portent les charges, à la différence des “destriers”, utilisés pour le combat.

ciel Le manuscrit présente ce mot, avec une assonance approximative : je le conserve.

denier Monnaie dont la valeur est faible. On dirait aujourd'hui : “pas un sou”. Je conserve le mot pour l'assonance.