journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 13

SYNOPSIS :

§ Dispute de Renaud et de son père § Début du tournoi.

555                  Or ont cil del chastel entendu et oï
                        Qu'au tref l'empereor s'en iront ahati.
                        Ils se sont de lor armes apresté et farni,
                        Et issent del chastel n'i ot noisse ne cri.
                        Au tref l'empereor sont ensenble acuilli,
560                  Et quant Franceis les virent, mult en sont esbahi.
                        Aymes i fu armé qui le poil ot flori,
                        Et fut trestot monté sor .j. bai arrabi.
                        Vers ses fils se torna et il li ont guenchi.
                        Quant Renaut voit son pere, mult ot le cuer marri ;


            §


565                  Il l'en a apelé a loi d'ome hardi,
                        Par contraille li dist : « Que queristes vos ci ?
                        « Por Deu, beau sire pere, por quoi nos haez ci ?
                        « Bien sai que il vos poise que nous somes gari :
                        « Forsjuré nos avez, je le sai bien de fi,
570                  « Jamais n'auront vostre vaillant .j. parisi,
                        « Et a vos eritages avons del tot failli.
                        « Cest chastel avons fet, or vos en poise si
                        « Entre vos et Karlon, le fort roi posteï.
                        « Ci m'avez assegié, certes ce poise mi.
575                  « Ja ne me deüsiez tenir por ennemi.
                        « Noz mere nos desirre que soions vos norri. 
                        « Unques de soe part ne fumes tant haï,
                        « Mes bien voi que par vos ne seron mes joï.
                        « Par la foi que je doi a Deu qui ne menti,
580                  « Qui ci vos amena mal vos a garanti :
                        « Ja vos dourai tel cop de mon espié forbi
                        « Que vos ferai verser del cheval arrabi. »
                        As ranposnes oïr est venu Auberi
                        Et Naymes de Bayviere et li cuens Anseïs,
585                  Foques de Morillon que Renaut tant haï,
                        Renaut ocist son fil au brant d'acier forbi.
                        Renaut i amena et Richart et Landri
                        Et telx .m. chevaliers qui erent si ami.


            § Début du tournoi.


                        Ja sera le tornoi, bien en sont ahati.
590                  Des conpaignes le roi virent sevrer Tierri ;
                        Li frere vont encontre parmi le pre flori,
                        Et Tierri point et broche le destrier arrabi.
                        Del premier cop ferir ne se mist en obli,
                        Va ferir Aalart, ne l'a pas meschoissi,
595                  Et li ber refiert li sor son escu volti
                        Que escu ne hauberc ne l'a de mort gari :
                        El cors li mist la lance o tot le fer burni,
                        Le cuer qu'il a el ventre li a en .ij. parti
                        Que del cheval quernu a terre l'abati ;
600                  Ainz ne pot colpe batre ne crier Dieu merci.
                        L'empereor le voit, forment en fu marri,
                        Il a dit a ses homes : « Nos somes maubailli,
                        « Trop nos ont cil garcon laidement assailli.
                        [« Segnor, or gardez bien qu'il soient envaï.]
605                  Aymes point le cheval de corre entalenti
                        Et fiert .j. chevalier qui ot non Amauri,
                        Que la teste o tot l'eaume en a del pre gali.


            §


                        « Pere ce dist Renaut, ferez le vos ici ?
                        « Pieca vos et vostre home ne fustes ami,
610                  « Mes s'or ne devoie estre de pechié mauvailli,
                        « J'en prendroie venjance a mon espié forbi. »
                        Li tornoi conmenca des devant le meidi :
                        Tante lance i ont frainte et tant espié burni,
                        Tant hauberc jazaran desrot et dessarti.
615                  Li roal s'escrierent : « Beau Sire Dex, merci !
                        « Hahi ! Karlon de France, trop nos mez en obli !
                        « Car fai monter ta gent li grant et li petit.
                        « Ainz mais de traïtors ne fumes escharni. »
                        Donc requirent Franceis li chevalier hardi,
620                  [La gent au preu Renaut ont forment estormi.]
                        Quant Aalart le voit, tot a le sanc marri,
                        I a traite l'espee et a l'escu saisi,
                        Il se vendra mult chier ainz qu'il parte de ci.

555                  Ceux qui étaient dans le château ont bien compris
                        Qu'au camp de l'empereur seraient bientôt partis.
                        Ils se sont préparés et leurs armes ont pris,
                        Sont sorti du château sans un bruit, sans un cri.
                        Au camp de l'empereur maintenant les voici :
560                  Les Français qui les voient en sont tout ébahis.
                        Aymes s'était armé, sa barbe bien fournie,
                        Sur un cheval arabe, bai, et de grand prix.
                        Vers ses fils est venu, se détournant de lui.
                        Renaud son père a vu, cela le contrarie ;


            § Dispute de Renaud et de son père


565                  Mais il l'a appelé, car il était hardi,
                        Et lui a reproché : « Que faites-vous ici ?
                        « Par Dieu, père, pourquoi nous attaquer ici ?
                        « Vous êtes en colère que nous tous ayons fui,
                        « Je sais que pour cela vous nous avez maudits,
570                  « Et que jamais de vous n'aurons le moindre prix,
                        « Que de votre héritage vous nous avez bannis.
                        « Ce château, ne vous déplaise, l'avons bâti,
                        « Contre vous, contre Charles puissant roi, aussi.
                        « Et vous m'y assiégez, vous me causez souci,
575                  « Jamais vous n'auriez dû être mon ennemi.
                        « Notre mère voudrait que nous soyons amis :
                        « Jamais, de son côté, elle ne nous haït.
                        « Mais de vous ne serons, je crois, jamais compris.
                        « Par la foi que je dois à Dieu qui ne mentit,
580                  « Qui vous a fait venir ne vous a pas servi :
                        « Tel coup vous donnerai de mon épée fourbie,
                        « Que vous ferai tomber du cheval d'Arabie. »
                        Entendre ces reproches est venu Aubéri
                        Et Nayme† de Bavière et le comte Anséïs,
585                  Fouques de Morillon, que Renaut tant haït,
                        Tant qu'il tua son fils de son épée fourbie.
                        Renaud a fait venir et Richard et Landri
                        Et mille chevaliers qui sont de ses amis.


            § Début du tournoi.


                        Pour faire le tournoi, tous se hâtent ici,
590                  Et des troupes du roi s'est détaché Thierry.
                        Les frères sur le pré se lancent contre lui,
                        Mais Thierry a blessé le cheval d'Arabie :
                        Du premier coup porté, certes n'a pas failli ;
                        Aalard a frappé, il n'a pas mal choisi !
595                  Mais le baron le perce en retour, lui aussi,
                        L'écu ni le haubert ne l'ont pas garanti :
                        Dans tout le corps lui passe la lance brunie,
                        Qui lui perce le cœur, et en fait deux parties,
                        Et à bas du cheval aux longs poils l'abattit,
600                  Sans lui laisser le temps de demander merci !
                        L'Empereur qui le voit n'en est pas réjoui,
                        Il a dit à ses gens : nous voilà mal partis !
                        « Ceux-là nous ont bien trop violemment assaillis !
                        [« Seigneur, faites en sorte qu'ils soient envahis... »]
605                  Aymes pique des deux son cheval à l'envi,
                        Et frappe un chevalier qui se nomme Amaury† :
                        Sa tête dans son heaume a sur le pré jailli.


            §


                        « Père, lui dit Renaud, combattrez-vous ici ?
                        « Depuis longtemps cet homme n'est plus votre ami,
610                  « Mais si je ne craignais péché commettre ainsi,
                        « Vengeance en tirerais par mon épée fourbie. »
                        Le tournoi commença avant qu'il soit midi :
                        Tant de lance froissées et tant d'épieux détruits,
                        Tant de hauberts maillés rompus et démolis !
615                  Ceux du roi s'écrièrent : « Que Dieu nous aide ici !
                        « Charlemagne de France, toi tu nous oublie !
                        « Fais donc venir tes gens, les grands et les petits,
                        « Jamais n'avons été ridicules ainsi  ! »
                        Les Français ont requis des chevaliers hardis :
620                  [Ceux de Renaud les ont fortement estourbis.]
                        Quand Aalard le voit, de colère rougit,
                        Il tire son épée, son écu a saisi :
                        Ils le paieront très cher, pour qu'il parte d'ici !