journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 14

SYNOPSIS :

§ Guichart jeté à terre, son cheval est blessé.

            §


                        Seignors, icist tournoi fist mult a redoter :
625                  Ainz n'i ot parenté quant [vint] a l'assenbler.
                        La peüssiez voir maint ruiste cop doner,
                        L'un mort par desus l'autre trebuchier et verser.
                        Es vos par la bataille Huon de Seint Omer,
                        Et sist sor .j. destrier qui molt fist a loer,
630                  Et vet ferir Guichart a loi de bacheler :
                        De tant con ses chevaux pot soz li randoner
                        Li ala son escu esmïer et quasser,
                        Que li et le cheval en a fait chanceler ;
                        La lance a pecoié, prist soi a retorner.
635                  Quant Renaut l'a veü, prist soi a forsener,
                        Guichart son frere apele sanz point de demorer :
                        « Frere, s'eissi s'en vet, mult fetes a blasmer ;
                        « Ne vos poez en moi de nule rien fier.
                        « Je vos voil orendroit cel cheval demander. »


            §


640                  Quant Guichart le gentil ot son frere parler,
                        Le cuer qu'il ot el ventre li conmence à lever :
                        Il a trete l'espee sans point de demorer,
                        Desor son heaume a or li va grant cop doner,
                        Entresi qu'en la sele n'i laissa que coper,
645                  Les arçons en a fet et voider et sevrer,
                        Par les regnes a or va le cheval coubrer,
                        Venuz est a Renaut, si le prist a mostrer :
                        « Se cist vos atalente, or i poez monter :
                        « Li cheval est mult buen, onques ne vi son per,
650                  « Fors seulement Bayart qui tant fet a loer.
                        — Certes, ce dist Renaut, forment vos doi amer.
                        « Montez i orendroit, laissiez le vostre aler.
                        « Or avon .ij. chevaus ou l'en puisse fier. »
                        Et Guichart i monta, n'i vot plus demorer.


            §


655                  Mais ainz que il se puisse de la place sevrer,
                        Vint Aymes de Dordon qui gentil fu et ber.
                        Quant Renaut vit son pere, le sens cuide desver ;
                        Par mautalent, par ire le va araisoner :
                        « En la moie foi, sire, mult faites a blasmer
660                  « Qui en itel mamiere nos venez revisder :
                        « Il n'est or mie tens qu'en doie parenter,
                        « Car toz nos covient vivre d'acroire et d'enprunter :
                        « Ivers vient, la saison que l'en doit aüner,
                        « Et de pain et de vin et de ble estorer.
665                  « A Noel puet l'en miez son ami enno[i]er !
                        « Se li mengiers est prest, s'asserez au disner.
                        — Gloton, ce dist dus Aymes, je vos lo a garder !
                        « Se Karles vos puet prendre, riens ne vos puet tensser
                        « Qu'il ne vos [face] pendre ou les membres coper.


            §


670                  — Pere, ce dist Renaut, tot ce laissiez ester.
                        « Ja vos verra li rois .j. si grant cop doner
                        « Se de noient vos aime mult l'en devra peser. »
                        Il a brandi la hanste si lait Bayart aler ;
                        Son pere a eschivé, va ferir Guinemer
675                  Que l'escu ne hauberc ne li puet contrester,
                        Parmi le gros de[l] piz li fist l'espié passer,
                        Que mort le fet del cheval enverser.
                        Quant Karles l'a veü, n'i volt plus arester,
                        Il broche le cheval quant qu'il puet randoner ;
680                  Ja fera les Franceis arriere retorner :
                        Bien voit qu'e[n] la bataille ne puet rien conquester.




            § Guichart jeté à terre, son cheval est blessé.


                        Seigneurs, ce tournoi fut un combat redouté :
625                  Personne n'y a fait venir sa parenté.
                        Vous auriez pu y voir tant de coups se donner,
                        Un mort par dessus l'autre se laisser tomber.
                        Et voici au combat Huon de Saint Omer,
                        Monté sur un destrier qu'on ne peut qu'admirer ;
630                  Il va frapper Guichart comme un bon chevalier :
                        Aussi fort qu'il a pu lancer son destrier
                        Il a mis son écu en miettes, l'a brisé
                        Si bien que son cheval et lui a fait tomber.
                        Mais sa lance brisée, il doit s'en retourner.
635                  Quand Renaut voit cela, il en est enragé !
                        À son frère Guichart aussitôt a crié :
                        « Si vous le laissez fuir, vous serez à blâmer !
                        « Et de moi rien attendre alors vous ne pourrez.
                        « Prenez-moi son cheval, et puis me l'amenez. »


            §


640                  Quand Guichard entendit son frère ainsi parler,
                        Il a senti son cœur en lui se soulever :
                        Et sans hésitation a tiré son épée ;
                        Sur le heaume doré un tel coup a frappé
                        Que jusque sur la selle en deux il l'a coupé,
645                  Et les arçons lui a fait vider et quitter.
                        Par les rênes saisir le cheval est allé ,
                        Et vers Renaud venu, il le lui a montré :
                        « Si celui-ci vous plaît, vous pouvez y monter !
                        « Ce cheval est si bon, nul ne peut l'égaler,
650                  « Si ce n'est que Bayard†, tellement admiré.
                        — Certes, répond Renaud, je dois vous remercier.
                        « Montez plutôt sur lui, laissez le vôtre aller,
                        « Nous avons deux chevaux sur qui on peut compter. »
                        Et Guichard l'a monté, sans se faire prier.


            §


655                  Mais avant que du champ il ait pu s'en aller,
                        Aymes, noble baron, vers lui est arrivé.
                        Quand Renaut vit son père, il en fut courroucé
                        Et de mauvaise grâce, à lui s'est adressé :
                        « Sire vous méritez, pour moi, d'être blâmé
660                  « En revenant encore ainsi nous harceler.
                        « Il ne faut plus compter sur notre parenté,
                        « Car il nous faut tous vivre, prêter, emprunter :
                        « L'hiver vient, la saison où il faut engranger,
                        « Et de pain et de vin, provisions assurer.
665                  « C'est à Noël qu'on peut son ami honorer !
                        « Quand le repas est prêt, on s'assoit pour dîner.
                        — Canaille, lui dit Aymes, sur vos gardes soyez !
                        « Si Charles peut vous prendre, alors n'éviterez
                        « Qu'il ne vous fasse pendre, ou les membres couper.


            §


670                  — Père, lui dit Renaud, à cela renoncez :
                        « Jamais le roi ne vous laissera me frapper
                        « S'il vous aime vraiment, il en sera fâché. »
                        Il a brandi sa lance, laisse Bayard† aller ;
                        Son père a esquivé, Guinever est touché,
675                  L'armure ni l'écu n'ont pu le protéger :
                        Jusque dans la poitrine l'épée est passée,
                        Et mort, de son cheval il tombe renversé.
                        Quand Charles voit cela, il ne veut plus rester :
                        Il pique son cheval, tant qu'il peut le lancer ;
680                  Or fera maintenant les Français s'en aller :
                        Il voit qu'en ce combat il ne peut triompher.




NOTES

honorer Le texte original n'est pas sûr en cet endroit. La conjecture de J. Thomas « enno[i]er » est discutable, il le reconnaît lui-même, et elle est contredite par plusieurs autres Mss qui ont « ennorer », celle que je suis ici. Mais ce qui compte c'est le sens général  : Renaud se moque carrément de son père...