journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 15

                        Karles nostre emperere est venuz as Franceis :
                        « Quer nos en retournons, seignors, ce dist li rois.
                        « Se plus i atendon, nostre en iert li sordois,
685                  « Ne sera mes la perte restorée des mois. »
                        Il prist la grant enseigne si la ploia .iii. plois.
                        Ja s'en partissent tuit entre li et Franceis,
                        Quant vint par la bataille danz Girart l'Espanois,
                        Va ferir en l'escu .j. chevalier cortois,
690                  Que l'escu li perca, ne li valut .j. pois,
                        Trebu[chié] l'a a terre de son cheval norrois.
                        Es vos par la bataille les filz Aymon toz trois
                        Por la venjance prendre furent auques destrois.
                        A l'asenbler des lances fu mult grant li tornois,
695                  Ja i charra de telx donc iert dolent li rois  :
                        Lor i fu mort Berart et Gautier et Gifrois
                        Et tels .xxx. de[s] autres donc Karles fu irois.
                        Aalart point et broche le cheval espanois,
                        Va ferir en l'escu le conte d'Estanpois,
700                  Unques ne li valu la montance d'un pois,
                        Son auberc li rompi qui blanc iert come nois,
                        Que mort l'a abatu par encoste .j. marrois,
                        Et quant Renaut le vit, si le baisa .iiij. foiz.
                        Lors chevauchent ensenble et passent les destrois,
705                  Devant le[s] paveillons s'aresta li tornois.

                        Charles notre empereur s'adressa aux François :
                        « Nous allons revenir, Seigneurs, a dit le Roi.
                        « Car plus nous attendrons, et pire ce sera !
685                  « Pour nos pertes combler, il nous faudrait des mois. »
                        Il prit la grande enseigne et la plia trois fois.
                        Déjà tous avec lui s'en allaient les François,
                        Quand Girard l'Espagnol est venu au combat
                        Frappant l'écu d'un chevalier de bon aloi
690                  Et qui le lui perça : il ne résista pas,
                        À terre l'a jeté de son fier palefroi.
                        Dans la bataille sont les fils Aymon tous trois
                        Sa vengeance chacun d'eux déjà entrevoit.
                        Tant de lances jamais on ne vit en tournoi,
695                  De ceux qui tomberont s'affligera le roi :
                        Ici sont morts Berard, et Gauthier, et Gifrois
                        Et trente autres, causant la colère du roi.
                        Aalard son cheval espagnol lance droit
                        Frappant l'écu du Comte d'Étampes, le broie :
700                  Il ne le protégea pas plus qu'un petit pois !
                        Son haubert lui rompit, qui fut blanc autrefois,
                        Et sur le bord de l'eau, agonisant l'envoie.
                        Quand Renaud vit cela, le baisa quatre fois.
                        Lors chevauchent ensemble aux passages étroits,
705                  Devant les pavillons a pris fin le tournoi.

NOTES

François Le manuscrit comporte “Franceis”, probablement prononcé comme “françouais”.

trois Le manuscrit dit bien “trois”. Et pourquoi pas les quatre ? Le mot n'est là que pour la rime, à coup sûr !