journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 16

                        Li tornois fu mult grant devant les paveillons.
                        La praerie est gente et li rens furent lons.
                        La maisnie le roi s'escria a haut tons.
                        Lors poïssiez voer fieres envaïsons,
710                  Au fer et a l'acier fu grant la marrisons.
                        La ou li .iiij. frere tindrent lor gonfanons
                        Entor elx assemblerent trestoz lor compaignons.
                        L'emperere de France s'esria a haut tons :
                        « Seignor, ce dist li rois, por Deu, quel la ferons ?
715                  « Li chevalier Renaut sunt trop fier et felons ;
                        « Alon nos en arriere si laisson ciz glotons,
                        « Que cist tornoi nos torne a mult grant mesprisons.
                        « Pres sont de lor recet, mult est fort lor maisons ;
                        [« Ralons nos en ariere en nostre paveillon.]
720                  [« Trop sont bon chevalier, ja ensi nes prendrons,]
                        « Se elx et lor chevaux afamer ne poons
                        « Que n'aient a mangier : issi les destruirons. »
                        Et cil ont respondu : « Vostre comant ferons. »
                        Ja s'en partist li rois sanz nules arestoissons,
725                  Quant Renaut vint poignant sor Bayart l'Arragons,
                        Ensenble o li [si] freres qui sunt bon conpaignon.
                        L'emperere de France nes tint mie a bricon.

                        Le tournoi fut très grand devant les pavillons.
                        Le champ clos était et beau et les rangs étaient longs.
                        Les gens du roi criaient ici sur tous les tons.
                        Vous auriez pu y voir de très belles actions :
710                  Au fer et à l'acier, et vitupérations !
                        Là où les quatre frères tenaient leurs gonfanons,
                        Autour d'eux s'assemblèrent tous leurs compagnons.
                        L'empereur de la France criait sa déception :
                        « Seigneurs, dit-il, de par Dieu, que ferons ?
715                  « Les hommes de Renaud sont trop fiers et félons ;
                        « Allons nous en d'ici, ces canailles laissons ;
                        « Puisque de ce tournoi du mépris nous tirons.
                        « Très fort est leur château, et près de lui ils sont.
                        [« Retournons en arrière, dans notre pavillon.]
720                  [« Ils sont trop valeureux, jamais ne les prendrons,]
                        « Si eux et leurs chevaux affamer ne pouvons.
                        « S'ils n'ont rien à manger, à bout nous en viendrons. »
                        Ils lui ont répondu : « Commandez, nous ferons. »
                        Alors le roi partit, sans une hésitation ;
725                  Quand Renaud, arrivé sur Bayard† l'Aragon,
                        Ses frères avec lui, qui sont bons compagnons,
                        L'empereur ne les tient pas pour simples fripons.