journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 17

                        Mult fu fort la bataille et li estor pesant.
                        Bien i fierent Franceis et Breton et Normant,
730                  Et Renaut les aquiaut par son fier mautalent,
                        Desi a lor herberges les en maigne batant.
                        Iluec ont pris Gifroi, Focon, et Guinemant,
                        Le conte de Nevers et Tierri l'Alemant,
                        Au chastel les enmainent mult durement batant.
735                  Soz Aymon de Dordone ont mort son auferrant ;
                        Quant li ber fu chaüz si sailli en estant,
                        Et Renaut et si frere i sont venuz poignant,
                        Et pris et retenu l'eüssent si enfant,
                        Quant Ogier li enmaine .j. cheval maintenant,
740                  Il en out abatu Auberri le ferrant,
                        A Aymon le bailla, si li dist en riant :
                        « Sire, tenez cestui s'en fetes vo talant. »
                        Et Aymes i monta mult liez et mult joiant.
                        Quant Renaut l'a veü, si s'en va esmaiant ;
745                  Il a dit a ses homes : « Alons nos en atant.
                        « Se plus i atendon, ja iert la perte grant,
                        « Ne sera restoréee en tot nostre vivant. »


            §


                        Et cil li respondirent : «  Tot a vostre conmant. »
                        Arriere s'en repere a esperon brochant ;
750                  Et Karlon s'en rev[i]e[n]t si lor va escriant :
                        « Si m'aït Dex, glotons, ja n'en irez gabant !
                        « Je vos fera[i]toz pendre a cel pui la devant. »
                        Renaut oï le roi qui le va escriant,
                        Il a dit a ses homes : « Barons, alez avant.
755                  « Vez ci venir le roi a esperon brochant :
                        « Je li donrai .i. cop de mon espié trenchant.
                        « Se je le puis ocire, le cuer aurai joiant.
                        — Sire, dient si home, mar irez en avant ! »
                        Aalart le saissi a son cheval corant,
760                  Par le frain le guenchi, si s'en tornent atant.
                        En lor chastel s'en entrent baut et lié et joiant ;
                        Et Karles l'emperere ne va plus demorant,
                        Entre li et Naymon les vont mult enchaucant.

                        La bataille a fait rage, au tumulte puissant.
                        Ils se sont bien battus, Français, Bretons, Normands.
730                  Renaud les affronta très courageusement,
                        Et les a reconduits de force dans leur camp.
                        Ses gens ont pris Gifroi, Focon, et Guinement,
                        Le comte de Nevers et Thierry l'Allemand,
                        Au château les emmènent tout en les frappant.
735                  Sous Aymon de Dordone† meurt son cheval ardent :
                        Il a pu en sauter tout juste au bon moment.
                        Et Renaud et ses frères arrivés à l'instant,
                        L'eussent pu retenir, eux-mêmes, ses enfants,
                        Mais Ogier lui amène un cheval juste à temps :
740                  Dont il a fait tomber Aubry le grisonnant,
                        Et le donne à Aymon, lui disant en riant :
                        « Sire, en voici pour vous, un autre, maintenant. »
                        Aymes y est monté, très joyeux, très content.
                        Quand Renaud l'aperçoit, il le sent menaçant,
745                  Et à ses hommes dit : « Or ça, allons nous-en !
                        « Si nous nous attardons le malheur sera grand
                        « Et ne sera comblé de tout notre vivant. »


            §


                        Ils répondent : « Ferons votre commandement. »
                        Il s'en est retourné, cheval éperonnant.
750                  Et Charles est revenu vers eux en leur criant :
                        « Par Dieu, canailles, vous n'irez en vous moquant !
                        « Vous serez tous pendus, sur ce mont-là, devant ! »
                        Renaud a entendu le roi qui va criant ;
                        Il a dit à ses hommes : « Barons, en avant !
755                  « Voyez le roi qui vient, des éperons piquant :
                        « Un coup lui donnerai, d'épée, sur le tranchant.
                        « Si je peux le tuer, j'en serai très content.
                        — Sire, lui ont-ils dit, craignez d'aller avant ! »
                        Aalard a saisi son cheval maintenant
760                  Par le frein le contraint à tourner juste à temps.
                        Dans leur château s'en vont, très heureux, très contents.
                        Mais Charles l'Empereur n'est pas resté longtemps :
                        Nayme† et lui, de concert, partent, les poursuivant.