journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 18

SYNOPSIS : Vie des assiégés. On apprend (enfin) la façon dont Renaud a tué Bertolai. Charlemagne bat le rappel de ses vassaux pour consultation...  Hervix propose un plan.

§ Récit de la mort de Bertolai† § Intervention de Fouques § Plan de Hervix

                        Or sunt li .iiij. frer en lor chastel entré
765                  Et il et lor baron se sunt tuit desarmé.
                        De lor prisons menerent grant joie et grant fierté ;
                        Renaut [a] Aalart durement mercié
                        Del conte d'Estanpois que il a mort jeté.
                        Et Karles tint son siege par vive poesté.
770                  Seignors, ce sachiez vos, que jel di por verté,
                        Ainz furent .xv. mois aconpli et passé
                        Que onques s'en meüssent por vent ne por oré.
                        Et Renaut et si frere ne sont pas esgaré :
                        De bois et de riviere ont a mult grant plenté,
775                  Et chevauchent ensemble con il lor vint agre.
                        Et l'ost fu d'autre part logié enmi le pre,
                        Molt sovent et menu ont Renaut escrié.
                        Et li ber et si home sont iluec aresté,
                        Et parole as Franceis tot a sa volenté ;
780                  Li .j. disoit a l'autre orguil et crualté.


            §


                        Foque de Morillon a Renaut escrié :
                        « Vasal, mult estes fol, bien vos ai esgardé,
                        « Qui encontre Karlon avez chastel fermé :
                        « Il ne vos laira mie, n'est pas vostre erité.
785                  — Foques, ce dist renaut, bien sai de verité
                        « Que forment me haiez, je l'ai bien esprové.
                        « Se j'ocis Bertelai de l'eschiquier doré
                        « Certes je n'en poi mais, mult m'en a puis pesé,
                        « Qu'il me feri avant, ce set on por verté,
790                  « A Karlon m'en clamai, ne m'en vout fere gré ;
                        « Puis li demandai droit de Bovon le sené
                        « Qu'il m'avoit fait ocire en traïson mandé.
                        « Lors me feri mi rois de son gant sor le nés
                        « Si que li sans en fu a la terre volé.
795                  « Nus ne doit merveiller se je en fui iré !
                        « Lors sesi l'echequier donc avion joué,
                        « Bertelai en feri, tost l'oi escervelé,
                        « Sor moi defandant fu, si m'en savez mal gre !
                        « Or en parlez a Karles le fort roi coroné,
800                  « Et s'il voloit soff[r]ir que l'eüsse amendé,
                        « Ce sont mult grant bien que je fusse acordé :
                        « S'en iroie a ma mere qui tant m'a desirré
                        « Et a Aymon mon pere qui nos a forsjuré.


            §


                        — Par Deu ! respondi Fouques, ainz l'aurez conperé :
805                  « Por la mo[rt] Bertelai aurez le chief coupé.
                        — Vassal, ce dist Renaut, trop vos ai escouté.
                        « Trop poez manecier, ce semble malvesté. »
                        A iceste parole sont andui desevré :
                        Foque de Morillon est venu a son tre,
810                  Et Renaut et si home sont el chastel entré.
                        Et Karles fu defors o son riche barné ;
                        D'issi après aost i ont issi esté,
                        Por l'iver qui fu lonc sont Franceis tormenté ;
                        Karles notre emperere fu forment adolé,
815                  Il a le riereban de sa terre mandé,
                        Et quant il sont venu si lor a bien mostré :
                        « Barons, dist l'emperere, por l'amor Dameldé,
                        « Mult m'ont li fil Aymon corecié et pené.
                        « Cist chastel est mult fort et de mult grant bonté :
820                  « Il ne seront ja pris s'il ne sunt afamé.
                        « Qui boen conseil saura, por Deu me soit doné,
                        « Et j'en ferai trestot quant que il m'iert loé. »


            §


                        Tuit s'en tornent li prince, nus n'i a mot soné,
                        Fors Naymon de Bayviere qui ot le poil meslé :
825                  « Sire, ce dist dux Naymes, bien vos ai escouté ;
                        « De vos conseil doner ne voi nus apresté.
                        « Cuidez vos que li conte soient si enserré
                        « Que il n'aient laienz mult de lor volenté ? »
                        Après parla Hervix, de Losane fu né :
830                  « Sire droiz emperere, mult vos voi mal sené
                        « Quant trestot vostre empire avez ci amené :
                        « S'or venoit une gent de cel autre regné,
                        « En France en entreroient par vive poesté.
                        « Mais faites une chose se il vos vient a gré :
835                  « Donez moi le chastel et tote l'erité,
                        « Et solement .v. liues environ et en lé ;
                        « Je vos rendrai Renaut anceis quint jor passé.
                        — Hervis, ce dist li rois, mult avez bien parlé.
                        « Se vos ice me fetes que m'avez devisé,
840                  « Le chastel aurez vos, et tote l'erité,
                        « Si vos dourai ovoc Monloon la cité. »
                        Harvix en a le doi encontrement levé
                        Qu'il li rendra Renaut ainz le quint jor passé.
                        Mais mult mauvessement est Karles enerré.

                        Les quatre frères sont dans leur château entrés,
765                  Eux-mêmes et leurs hommes se sont désarmés.
                        Ils se sont réjouis de tant de prisonniers ;
                        Renaud a vivement Aalard remercié
                        Du Comte d'Estanpois, l'avoir débarrassé !
                        Charles de son côté les maintient assiégés.
770                  Seigneurs, sachez le bien, je dis la vérité,
                        Quinze mois pour le moins ainsi se sont passés,
                        Et quel que soit le temps, sans que nul n'ait bougé.
                        Ni Renaud ni ses frères ne se sont risqués :
                        Ils ont bois et rivière en grande quantité,
775                  Et chevauchent ensemble selon leur bon gré.
                        L'armée de son côté, sur le pré installée,
                        Très souvent a Renaud en criant provoqué.
                        Et lui, et tous ses hommes se sont arrêtés,
                        Et avec les Français ont des mots échangé :
780                  L'un reprochait à l'autre orgueil et cruauté.


            § Récit de la mort de Bertolai†


                        Fouques de Morillon à Renaud a crié :
                        « Vassal, vous êtes fou ! Je vous ai observé !
                        « Fou de vous être ainsi contre Charles enfermés :
                        « Ne vous le laissera : vous n'en avez pas hérité.
785                  — Fouques, lui dit Renaud, je sais, en vérité
                        « Que vous me haïssez, je l'ai bien éprouvé.
                        « J'ai tué Bertolai† de l'échiquier doré
                        « Certes je n'y puis mais — je l'ai bien regretté,
                        « Mais à la vérité il frappa le premier !
790                  « À Charles je l'ai dit, mais il ne m'en sut gré ;
                        « Je lui ai rappelé que Beuves† le Sensé
                        « De trahir et occire il avait commandé.
                        « Mais le roi m'a frappé de son gant sur le nez
                        « Tellement que mon sang a terre en a giclé...
795                  « Il n'est pas étonnant que j'en fusse irrité !
                        « J'ai saisi l'échiquier dont nous avions joué,
                        « J'en frappai Bertolai†, son crâne ai fracassé :
                        « C'était pour me défendre, et me le reprochez !
                        « Dites cela à Charles, ce roi couronné,
800                  « Et s'il reconnaissait que m'en sois excusé,
                        « Ce serait vraiment bien de me réconcilier :
                        « Vers ma mère j'irai, qui m'a tant désiré,
                        « Et à Aymon mon père, qui nous a rejetés !


            § Intervention de Fouques


                        — Par Dieu ! répondit Fouques, jamais ne gagnerez :
805                  « Pour Bertolai†, aurez votre tête coupée.
                        — Vassal, répond Renaud, vous avez trop parlé.
                        « Cessez de menacer, et vos méchancetés. »
                        Sur ces mots ils se sont tous les deux séparés :
                        Fouques de Morillon à sa tente est allé,
810                  Et Renaud et ses hommes au château sont rentrés,
                        Mais Charles et ses barons sont ici demeurés.
                        Jusqu'après le mois d'août ils sont ici restés,
                        Et l'hiver qui fut long les a bien tourmentés.
                        Charles notre empereur en fut bien affligé.
815                  Il a l'arrière-ban de ses gens réclamé,
                        Et quand ils sont venus, il leur a exposé :
                        « Barons, dit l'empereur, par Dieu, en vérité,
                        « Les quatre fils Aymon m'ont vraiment courroucé.
                        « Leur château est solide et très bien fortifié :
820                  « Jamais ne seront pris, s'ils ne sont affamés.
                        « Qui pourra me donner conseil sera loué,
                        « Et je ferai ce qui me sera conseillé. »


            § Plan de Hervix


                        Tous les princes s'en vont, sans un mot proféré.
                        Sauf Nayme† de Bavière, dont le poil est grisé :
825                  « Sire, dit le duc Nayme†, je vous ai écouté ;
                        « Je vois que nul n'est prêt à bien vous conseiller.
                        « Croyez-vous que les frères soient si enfermés
                        « Sans pouvoir accomplir leurs quatre volontés ? »
                        Puis ce fut à Hervix, à Lausanne était né :
830                  « Sire, noble empereur, mal êtes avisé
                        « D'avoir tout votre empire ici même amené.
                        « Si des gens arrivaient d'un pays étranger,
                        « En France ils entreraient sans en être empêchés.
                        « Faites plutôt ceci, si vous le permettez :
835                  « Ce château et ses terres vous me donnerez
                        « Cinq lieues tout autour vous y ajouterez ;
                        « Renaud vous livrerai avant cinq jours passés.
                        — Hervix, a dit le roi, vous avez bien parlé !
                        « Si vous faites vraiment ce que vous promettez
840                  « Ce château et ses terres vous seront donnés,
                        « Et de plus vous aurez de moi Laon, la cité. »
                        Hervix alors le doigt vers le haut a levé
                        Promettant que Renaud dans cinq jours soit livré.
                        Hélas, pour son malheur Charles s'est engagé !

NOTES

le roi Dans d'autres versions(C, N par exemple), c'est Bertolai qui a frappé Renaud “au sang”, ce qui est plus en accord avec les vers 789 et 798.