journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 19

Hervix entre par la ruse dans le château des Fils Aymon.

845                  Les fiances sont faites devant l'empereor
                        Renaut rendra Karlon ainz que past le quint jor.
                        « Ne vos aseürez, ce dit le souduitor,
                        « Le matin par son l'aube pernez bien l'oireflor,
                        « A Guion de borgoigne la bailliez por amor,
850                  « Et telx .c. chevaliers qui soient poigneor.
                        « Par ces prez les conduie sanz noise et sanz crior ;
                        « El chastel les metrai sans faire nul sejor.
                        — Volentiers ce dist Karles, le buen empereor. »
                        Tot droit a sa herberge s'en vet le traïtor.
855                  Il vesti le hauberc et ferma l'eaume a flor,
                        Et a ceinte l'espée au pont sarrazinor,
                        Puis monta el cheval arrabi coroor,
                        Puis a pris .j. espié a loi de poingneor.
                        Lor issi des herberges et prist congié des lor,
860                  Vers le chastel s'en vet par delez .j. tor,
                        Celx dedenz apela si lor dist par amor :
                        « Acuilliez moi laienz por Dieu le criator !
                        « Meslé me sui a Karles le noble empereor
                        « Tot por les filz Aymon que il fet dessenor. »
865                  Quant cil l'oent dedenz, mult en ont grant baudor ;
                        La porte li ouvrirent devers terre major
                        Tant qu'il le mistrent enz ; mult firent grant folor !
                        Hervix ont desarmé au pin desoz la tor,
                        Puis ne targia il geres qu'il lor fist desennor.

845                  Les serments sont passés par devant l'Empereur :
                        Charles tiendra Renaud avant les quinze jours.
                        « Ne demeurez pas là, a dit le suborneur,
                        « Brandissez l'oriflamme à l'aube, de bonne heure,
                        « Et à Guion de Bourgogne faites-en l'honneur,
850                  « Avec cent chevaliers, qui combattront sans peur.
                        « Avançant par les prés sans bruit et sans clameurs
                        « Je les ferai entrer au château juste à l'heure.
                        — C'est très bien, a dit Charles, le bon empereur.
                        À son logis tout droit s'en va le suborneur.
855                  Il revêt son haubert, son heaume orné de fleurs,
                        Au pont des sarrasins, son épée de valeur,
                        Et puis il est monté sur son cheval coureur,
                        Saisissant un épieu qu'il a brandi sans peur.
                        Il est sorti du camp, avec tous les honneurs,
860                  Et va vers le château, s'approche d'une tour,
                        Et ceux qui sont dedans appelle avec douceur :
                        « Permettez-moi d'entrer, par Dieu le Créateur !
                        « J'ai fait partie des gens de Charles l'Empereur,
                        « Mais pour les fils Aymon, à qui il veut malheur. »
865                  Du château on l'entend avec un grand bonheur :
                        On lui ouvre la porte qui est à l'extérieur,
                        Et ils le font entrer. C'est une grave erreur !
                        Hervix ont désarmé près du pin, sous la tour,
                        Il ne tardera pas à faire leur malheur !