journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 20

SYNOPSIS : Le traître Hervix réussit à s'introduire dans le château des fils Aymon et y fait entrer les hommes de Charlemagne.

§ Hervix fait entrer les hommes de Charlemagne

870                  Or est Hervix laienz el chastel herbergiez.
                        Li fil Aymon l'apelent, assez fu aresniez.
                        «  Nel me celez vos mie, dist Renaut li proisiez,
                        « Conment est l'emperere de cest siege atirez ?
                        — En la moie foi, sire, tot en est ennoiez,
875                  « Del vent et de la pluie durement esmaiez.
                        « Desi que a .xx. jors le verrez deslogiez.
                        « Qui porsivret cest ost en queue detriers
                        « Ce sera grant merveille se vos n'i gaaingniez.
                        « Mar i vint Karlemaigne, ja ne s'en ira liez !
880                  — Amis, ce dist Renaut, si m'aït Dex del ciel,
                        « Mult auroie grant joie s'il estoit deslogiez
                        « Se jel puis desconfire bien voil que le sachiez,
                        « Jamès ne sera jor m'amistié n'en aiez. »
                        Entresi au demain fu icel plet laisiez.
885                  Quant li manger fu bien et bel apareilliez,
                        As tables sont assis li baron chevaliers.


            §


                        Aprés se cochent tuit li baron travailliez :
                        De ses armes porter fu chascun ennuiez.
                        Mult sunt tost endormi, ce fu duel et pechiez.
890                  Hervi ne dormi mie, li cuvert renoiez
                        Qui en leu de Judas fu laienz herbegiez :
                        Il est levé del lit ou il estoit couchiez,
                        Venuz est a ses armes si s'est apareilliez.
                        Oez des eschargaites com les a enginniez :
895                  Trestoz les ponz lor a avalez et bessiez,
                        Venuz est a la porte s'a les verroiz sachiez,
                        Puis monte es barbacanes si s'i est apoiez,
                        As sies et a limes a les verroiz siez.
                        Bien traïst les barons, ce est delx et pechié.
900                  Karles li empereres ne s'est mie atargiez,
                        [.C. chevaliers a pris cortois et ensaignés,
                        A Guion de Borgoigne les a li rois chargiés :]
                        Vers le chastel s'en va poingnant toz eslaissiez,
                        Et i porte l'ensaingne, donc il se fist toz liez.
905                  Et Hervix li traïtres les a laienz sachiez ;
                        Par la porte del pont vont laienz toz rengiez.
                        Celx del chastel eüssent ocis et detrenchiez,
                        Mais oez come Dex les en a respitiez !


            §


                        Li vaslet furent ivre quand il furent couchiez ;
910                  Li cheval Aalart fu remés desliez,
                        Il est venu vers elx si les a desrochiez.
                        De la noise qu'il font est Guichart esveilliez,
                        Richart et Aalart saillirent sus en piez :
                        Lu maistre huis de la sale fu toz deverroilliez,
915                  Les haubers ont vestuz et les aumes laciez,
                        Et sunt venu au lit ou Hervox fu couchiez ;
                        Quant il ne l'ont veü mult se sunt merveilliez.
                        Adonc se fu Renaut de dormir esveilliez.
                        Aalart s'escria : « Sainte Marie, aidiez !
920                  « Ahi ! Renaut beau frere, com estes engingniez !
                        « Hervix nos a traïz li cuvert renoiez. »
                        Quant Renaut l'entendi mult [en] est merveilliez,
                        Au plus tost que il puet est vestu et chauciez,
                        Puis escria ses freres : « Car vos apareilliez ! »
925                  Donc s'armerent tantost, les aumes sont laciez.
                        Mais des Renaut n'i ot que .xxx. haubergiez :
                        Li autre sunt el borc, chascun estoit couchiez,
                        Tuit erent endormi, ce fu duel et pechiez :
                        Se Dameldeu n'en pense, mal seront engingniez.


            §


930                  Renaut dist a ses freres : « Barons, car vos aidiez !
                        « Se cest palés alument, ja n'en remaindra piez. »
                        Et Hervix esperone, les rues eslaissiez ;
                        Cil qui sunt avec li ont les branz nuz sachiez,
                        Et cherchent ces hostelx et avant et arriers,
935                  Ne trovent hon dormant qui ne fu detrenchiez,
                        .xxv. chevaliers [ont] les chiés rooingniez.
                        La vile est estormie et li cri(e)z esforciez.
                        Adonc fu li assaux merveillos comme[n]ciez :
                        La veissiez les huis et kes ostelx brusiez,
940                  Le feu botent es rues, si esprent li marchiez ;
                        Et quant Renaut le voit mult en fu corociez,
                        Il apele ses homes si les a aresniez,
                        Avec li les enmaine et serrez et rengiez,
                        Par la fause posterne s'en est jus reperiez.
945                  Des or creist a Renaut une paingne mult grief.

870                  Hervix est donc à l'intérieur du château hébergé.
                        Les fils Aymon l'appellent quand il est installé.
                        « Ne me le cachez pas, dit Renaud le bien-né,
                        « Que pense l'empereur du siège prolongé ?
                        — Ma foi, Sire, je sais qu'il en est ennuyé.
875                  « Du vent et de la pluie il est très contrarié.
                        « Avant vingt jours passés, le verrez décamper.
                        « Si jamais vous osiez poursuivre cette armée,
                        « Il serait étonnant que vous ne la vainquiez.
                        « Charlemagne est venu, mais va le regretter !
880                  — Mon ami, dit Renaud, le ciel en soit loué,
                        « Je serais bien content s'il était délogé.
                        « Si je peux l'écraser, je veux que vous sachiez
                        « Que toujours en aurai pour vous grande amitié. »
                        Leur discussion au lendemain fut reportée :
885                  Quand tout pour le repas a été préparé,
                        À table se sont mis alors les chevaliers.


            § Hervix fait entrer les hommes de Charlemagne


                        Puis ils se sont couchés, les barons, fatigués ;
                        Car de porter leurs armes étaient ennuyés.
                        Ils se sont endormis, ce fut un grand péché !
890                  Hervix ne dormait pas, le traître parjuré
                        Qui tout comme Judas était ici logé :
                        Il s'est levé du lit où il était couché,
                        A revêtu ses armes pour se préparer,
                        Et ceux des échauguettes, les a bien trompés !
895                  Les ponts-levis a fait descendre et abaisser,
                        À la porte est venu, les verrous a tirés
                        Puis à la barbacane alors il est monté,
                        Et ses verrous alors a limés et sciés.
                        Les Barons a trahi, par Dieu, quel grand péché !
900                  Charles notre empereur ne s'est pas attardé :
                        [Cent chevaliers a pris, valeureux, entraînés,
                        Et il les a confiés à Guion de Bourgogne :]
                        Qui s'en va au château, piquant des deux, pressé,
                        En brandissant l'enseigne dont il est honoré.
905                  Hervix le traître, alors, les a fait pénétrer :
                        Par la porte du pont, venus en rangs serrés,
                        Et tous ceux du château eussent pu massacrer...
                        Mais écoutez comment Dieu les prit en pitié !


            §


                        Les valets étaient ivres quand se sont couchés ;
910                  Le cheval d'Aalart est resté détaché :
                        Et vers six heures il est venu les réveiller !
                        Guichard s'est éveillé au bruit qu'ils ont mené,
                        Richard et Aalard ont sauté sur leurs pieds :
                        L'huis de la grande salle ont fait déverrouiller ;
915                  Leurs hauberts ont vêtu, leurs heaumes ont lacé,
                        Et sont venus au lit où Hervix s'est couché,
                        Mais Hervix n'y est plus ils en sont étonnés...
                        Et Renaud à son tour s'est enfin éveillé.
                        Aalard s'écria : « Sainte Marie, aidez !
920                  « Ah, Renaud, mon cher frère, on vous a trompé !
                        « Hervix nous a trahis, ce traître parjuré ! »
                        Quand Renaud l'entendit, il en fut bouche bée,
                        Du plus vite qu'il put, alors s'est habillé,
                        Et à ses frères crie : « Il vous faut vous armer ! »
925                  Alors se sont armés, leurs heaumes ont lacé.
                        Renaut n'avait ici que trente chevaliers,
                        Les autres sont au bourg, et encore couchés,
                        Tous étaient endormis, quel malheur ! C'est pitié !
                        Si Notre-Dame n'aide, ils seront enfoncés.


            § Massacres dans la ville. Renaud s'enfuit.


930                  Renaud dit à ses frères : « Il faut vous rebeller !
                        « S'ils brûlent ce château, vous n'en réchapperez ! »
                        Hervix pique des deux dans les rues désertées ;
                        Ceux qui sont avec lui ont tiré leurs épées,
                        Ils fouillent les maisons, vont de tous les côtés
935                  Et tous ceux qui dormaient, ils les ont massacrés
                        Et vingt-cinq chevaliers ont la tête coupée.
                        La ville est en émoi, les gens ont beau hurler,
                        L'assaut qui est donné ne fait que commencer :
                        Les portes sont forcées, les maisons ravagées,
940                  On met le feu aux rues, les étals sont brûlés...
                        Et quand Renaud le voit, il en est courroucé :
                        Il appelle ses hommes, les a rassemblés,
                        Les emmène avec lui, les met en rangs serrés,
                        Par la fausse poterne ils ont pu s'échapper.
945                  Mais Renaud en son cœur grande peine a gardé.