journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 21

SYNOPSIS : Renaud et les siens se réfugient dans un souterrain. Mais en entendant le bruit de la bataille au dehors, Renaud décide d'intervenir, et retourne la situation.

                        Renaut a la posterne soavet avalee
                        Entre li et ses freres de maisnie privee
                        S'en issent del chastel coiement a celee.
                        Et la vile fut tote et arse et enbrasee ;
950                  La gent qui fu dedenz fu a dolor tornee,
                        Tuit sont mort et ocis sanz nule demoree.
                        Li escuer le funt come gent ennoree,
                        Aval as sosterrins ont fait lor aünee,
                        Et ont si bien la porte defendue et gardee
955                  Onques nus n'u entra n'ait la teste coupee.
                        Et Hervix li traïtres a sa gent aünee,
                        Oltre les sozterrins l'a conduite et menee ;
                        Grant fu li chapleïz par dedevant l'entree.
                        Renaut le fiz Aymon a la noise escoutee.
960                  Il a dit a ses homes : « Coardie est provee,
                        « Que nos somes tapi ici a recelee,
                        « Et nos gens se combatent, je l'ai bien escoutee.
                        « S'il muerent sanz nos, grant iert la renomee.
                        « Mes or le fetes bien sanz nule demoree. »
965                  Et cil li respondirent : « Issi com vos agree. »
                        A icele parole ont la roche montée,
                        Tot droit au sozterrin vindrent a la melee.
                        La peüssiez voer doner mainte colee,
                        Et tant pié et tant poing, tante teste coupee.
970                  Desor les traïtors est la perte tornee.
                        Aalart le cortois a la porte fermee.

            
                        Ses frères et lui, et toute la maisonnée,
                        Dans le plus grand secret, ont le château quitté.
                        La ville entière était en flammes, embrasée ;
950                  Les gens qui s'y trouvaient ont été massacrés,
                        Tous ont trouvé la mort, sans la moindre pitié.
                        Les gens de la maison et les hommes armés
                        Au fond des souterrains se sont tous assemblés.
                        Et la porte est par eux défendue et gardée :
955                  Nul ne peut y entrer qu'il n'ait tête coupée !
                        Hervix a rassemblé les gens, de son côté,
                        Et vers les souterrains il les a emmenés.
                        Grande fut la bataille par devant l'entrée !
                        Renaud a entendu le bruit de la mêlée.
960                  Il a dit à ses hommes : « Notre honte est prouvée
                        « Si nous restons ici, tapis, et bien cachés,
                        « Et que nos gens se battent, vous les entendez :
                        « S'ils meurent sans notre aide, adieu la renommée !
                        « Alors sans plus attendre, au combat vous joignez. »
965                  Et eux ont répondu : « Faites comme voudrez. »
                        Sur ces paroles sont montés sur le rocher,
                        Devant le souterrain, entrent dans la mêlée.
                        Là, vous auriez pu voir combien de coups donnés
                        Tant de pieds, tant de poings et de têtes coupées !
970                  Les traîtres maintenant voient leur chance tourner...
                        Aalart le vaillant la porte a refermée.