journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 22

SYNOPSIS : Retournement de la situation ! Renaud et ses hommes massacrent les hommes de Charlemagne, et les “traîtres” sont pendus.

§ Supplice d'Hervix § Regrets de Charlemagne § Renaud décide de fuir en Ardenne § Départ de Renaud § Adieux de Renaud à son château

                        Or fu Herviz laienz el chastel enfermé
                        Entre li et ses homes par grande foleté.
                        Les filz Aymon requirent par mult grant crualté.
975                  La peüssiez voer maint pesant cop doné,
                        Et jesir par ces rues tant mort et tant navré.
                        Tuit sunt mort et ocis, nus n'en est eschapé,
                        Fors Hervix soi dissime qui ou elx s'est meslé.
                        Mes de ce fist Renaut que preuz et que sené,
980                  Qu'il n'en a des traïtres nul charoi demené ;
                        Et plus haut del chastel les a o li mené ;
                        Unes forches fist fere, forment s'en est pené,
                        Les traïtors i pent ensemble, lez a lé ,
                        Et l'enseigne dejoste dont Karles fu iré.


            § Supplice d'Hervix


985                  Adonques fu Hervis en la place emené,
                        A .iiij. buens chevaux qui furent abrivé ;
                        Le traïtor ont pris si l'ont si atorné
                        Com vos porrez oïr sentendre le volez :
                        Et es piez et es poinz a granz seïns noez,
990                  A chacune des menbres fu .j. cheval coplez,
                        Tos les .iiij. chevaux ont brochiez et hastez ;
                        Iluec fu li traïtres et morz et afolez.
                        Le mairien des arsiz ont tantost asenblez,
                        Lors firent .j. feu faire qui tost fu alumez ;
995                  Lors fu ars li traïtres et la poudre ventez.


            § Regrets de Charlemagne


                        Quant le vit Karlemaigne si l'em pesa assez :
                        « He ! [Dex], dist l'emperere, qui en croiz fus penez,
                        « Or sui par ces glotons honi et vergondez.
                        « Quant je les adoubai mult fis que mal senez.
1000                 — Voire, ce dist dus Naymes, mult en sui aïrez.
                        — Mon filz, ce dist li rois, m'ont ocis et tuez,
                        « Or a Renaut mes homes penduz et afolez.
                        « Et m'enseigne de soie donc je sui vergondez.
                        « Par Saint Pere de Rome qu'en quiert en Neron prez,
1005                 « Jamais n'en tornerai, si sera desmenbrez
                        « Renaut le fiz Aymon et trestot son barnez,
                        « Quer Renaut est mult fel et mult desmesurez. »
                        — Par mon chief, ce dist Foques, beau sire, droit avez ;
                        « Ja mon voil ne s'en fussent entremis ne gabez.
1010                 « Com l'enseigne baloie veez et esgardez. »
                        L'emperere s'enbronche, aval est aclinez,
                        Il n'esgardast l'enseigne por l'or de .x. citez.


            § Renaud décide de fuir en Ardenne


                        Et Renaut et si frer en sunt amont montez.
                        « Seignors, ce dist li quens, a moi en entendez !
1015                 « Bien nos est avenuz, la merci Dameldez.
                        « A poi que nos ne somes ocis et desmenbrez.
                        « Por Deu, queron conseil, que tost m'en soit donez.
                        « Cist chastel si est mult essilliez ey gastez
                        « Ou l'en soloit trover l'avoir et la plentez ;
1020                 « Perdu avon le pain et le vin et le blez
                        « Dom estion chaienz manant et asazez.
                        « Se nos plus i eston, ce sera foletez.
                        « Isson nos en la fors, n'i ait plus demorez,
                        « Devers les Alemans soit no chemin tornez,
1025                 « Alons en en Ardene donc l'en nos a jetez ;
                        « Quant onques en issimes, ce fut grant foletez. »
                        Et cil responent : « Sire, a vostre volentez.
                        « Ne vos faudrion mie por estre desmenbrez. »


            §


                        Lors refu li hernois et chargiez et trosez,
1030                 As escueirs les ont tot maintenant livrez,
                        Et lacierent kes aumes, vestent heubers saffrez,
                        Et ceignent les espees as senestre costez.
                        Tant atendent ensenble que li jor fu passez.
                        « Barons, ce dist Renaut, envers moi entendez.
1035                 « Gardez bien que chascon soit sages et menbrez.
                        « Quant somes nos chaienz as armes conreez ? »
                        Bien a .c. chevaliers Guichart les a esmez.
                        « Certes, ce dist Renaut, nos en avons assez. »
                        La nuit est parvenue et soleil est consez ;
1040                 Il ovrirent les portes, Renaut s'en est tornez,
                        Bayart sen buen cheval fu devant lui menez,
                        [Li barons s'en issirent dolans et esplorez.
                        Renaut s'i resgarda qui est preux et senez,]
                        Son manoir a veü sel beneïst assez :


            § Adieux de Renaud à son château


1045                 « Chastel, ce dist Renaut, tu soies ennorez :
                        « .Vij. anz a acompliz que fus faiz et fondez,
                        « Mult ai eü en vos et enors et bontez.
                        « Or m'en estuet eissir quant estes afamez.
                        « Certes tant sui je plus corociez et irez. »
1050                 Por poi qu'il ne se pasme, tant par fu adolez.
                        « Sire, dist Aalart, par ma foi, tort avez :
                        « Ja ne verez .ij. aconpliz et passez
                        « Que aurez tel chastel qui miez vaudra asez.
                        « .J. conseil vos dourai se croire me volez :
1055                 « Ja por chastel bastart grant diuel ne demenez ;
                        « Mes chevauchiez a force si vos acheminez.
                        — Bien sai, ce dist Renaut, frer que vos m'amez.
                        « Or soit donc mes hernois et chargiez et menez. »




                        Hervix est maintenant au château enfermé,
                        Avec ses hommes s'est bien trop aventuré.
                        Les fils Aymon font preuve de leur cruauté :
975                  Là, vous auriez pu voir tant de grands coups donnés,
                        Et tant de morts gisants ou gravement blessés !
                        Tous ont été tués, nul n'en a réchappé,
                        Sauf Hervix qui parmi eux a pu se cacher.
                        Mais Renaud le vaillant, si preux et si fûté,
980                  Des traîtres s'emparer n'a pas longtemps traîné !
                        Tout en haut du château il les a emmenés,
                        Un gibet y a fait prestement élever
                        Et pour pendre les traîtres les a accrochés,
                        Avec l'enseigne : Charles en fut courroucé !


            § Supplice d'Hervix


985                  Maintenant, sur la place, Hervix fut amené,
                        Vers quatre bons chevaux fougueux et bien dressés ;
                        Le traître a été pris et on l'a préparé :
                        Pourrez savoir comment si vraiment m'écoutez !
                        Les deux pieds et les poings lui ont été liés,
990                  Et à chacun des membres un cheval attaché.
                        Puis les quatre chevaux on a fait s'élancer :
                        C'est ainsi que le traître est mort écartelé.
                        Puis on a rassemblé le bois pour le bûcher,
                        On en a fait un feu qui fut vite allumé ;
995                  Le traître fut brûlé, ses cendres dispersées.


            § Regrets de Charlemagne


                        Quand Charles sut cela il en fut très peiné :
                        « Ah ! Dieu, dit l'empereur, toi qui fus crucifié,
                        « Je suis par ces canailles honni et humilié.
                        « J'ai eu vraiment grand tort quand les ai adoubés !
1000                 — Vraiment, dit le duc Nayme†, j'en suis fort attristé.
                        — Mon fils, a dit le roi, c'est eux qui l'ont tué !
                        « Et Renaud pend mes gens et les fait supplicier
                        « Avec ma propre enseigne, j'en suis humilié !
                        « Par Saint-Pierre de Rome où Néron a régné,
1005                 « Jamais ne partirai que ne soient démembrés,
                        « Renaud le fils Aymon, et tous ses familiers,
                        « Car Renaud est félon, il est trop enragé. »
                        — Par ma foi, lui dit Fouques, faites ce que devez,
                        « Moi je ne laisserai personne me railler,
1010                 « Comme fait votre enseigne là-haut, regardez ! »
                        Et l'empereur s'incline, il a le front baissé,
                        L'enseigne ne veut voir, pour l'or de dix cités.


            § Renaud décide de fuir en Ardenne


                        Renaud avec ses frères au château sont montés.
                        « Seigneurs, leur a-t-il dit, veuillez donc m'écouter !
1015                 « Nous l'avons emporté, que Dieu en soit loué.
                        « De bien peu s'en fallut de mourir massacrés.
                        « Par Dieu, tenons conseil, il faut nous dépêcher.
                        « Ce château maintenant a été ravagé ;
                        « Autrefois s'y trouvait de tout en quantité,
1020                 « Mais n'avons plus de pain, ni de vin, ni de blé
                        « Dont nous étions avant nourris et rassasiés.
                        « Il faudrait être fous pour vouloir y rester !
                        « Allons nous-en de là, il n'y faut demeurer,
                        « Mais vers les Allemands devons nous diriger ;
1025                 « Allons donc en Ardenne : on nous en a chassés,
                        « Mais ce fut vraie folie que de l'avoir quittée. »
                        Et ils ont répondu : « À votre volonté.
                        « Alors nous vous suivrons, pour n'être démembrés ! »


            § Départ de Renaud


                        Les armes ont repris, les chevaux sont chargés,
1030                 Ils ont remis cela aux mains des écuyers,
                        Ils ont lacé les heaumes, les hauberts enfilé,
                        Et sur leur côté gauche ils ont ceint leurs épées,
                        Ensemble ont attendu la fin de la journée.
                        « Barons, a dit Renaud, veuillez bien m'écouter.
1035                 « Que chacun de vous tente de se rappeler :
                        « Quand avons nous ici nos armes exercées ? »
                        Cent chevaliers au moins, Guichart les a comptés.
                        « C'est bien, a dit Renaud, nous en avons assez. »
                        La nuit est arrivée, le soleil s'est couché :
1040                 Ils ont ouvert les portes, et Renaud est passé ;
                        Son bon cheval Bayard devant lui fut mené,
                        [Les barons sont sortis, malheureuxe, éplorés,
                        Renaud le courageux a beaucoup hésité,]
                        Son château regarda : il lui faisait pitié.


            § Adieux de Renaud à son château


1045                 « Château, a dit Renaud, sois ici honoré :
                        « Voilà sept ans déjà que tu fus élevé.
                        « Et dans tes murs je fus en paix et honoré,
                        « Mais il me faut partir, mes gens sont affamés.
                        « J'en suis terriblement meurtri et courroucé ! »
1050                 Il a failli tomber, de la douleur pâmé.
                        Aalard lui a dit : « Il n'y faut plus penser !
                        « Avant que deux ans soient accomplis et passés,
                        « Un château tout nouveau et plus beau, vous aurez.
                        « Si vous me voulez croire, mon conseil écoutez :
1055                 « Ne menez pas grand deuil pour ce château mal-né ;
                        « En route vous mettez, et vite chevauchez !
                        — Je sais bien, dit Renaud, à quel point vous m'aimez.
                        « Que mes affaires soient chargées et emmenées. »

NOTES

attristé J. Thomas indique, d'après l'examen des autres manuscrits, que ces deux vers sont le fait du scribe qui, ayant omis plusieurs vers de son modèle, a effectué une sorte de “raccommodage” à cet endroit.

comptés Ce vers et le suivant semblent avoir été interpolés.