journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 24

SYNOPSIS :

§ Charlemagne et Renaud s'invectivent § Renaut a pu s'échapper

1075                 Vont s'en li filz Aymon qui forment sont irez ,
                        Le chastel ont lessié que [il] orent drecez.
                        Mais de ce fist Renaut que preuz et que senez :
                        Escuiers et vaslez a devant arotez,
                        Devant li les enmaine et rangiez et serrez ;
1080                 Et Karles les enchauces corociez et irez.
                        Renaut dist a ses freres : « De l'esploitier pensez,
                        « Veez ci les Franceis venir toz abrivez !
                        « Aalart et Guichart, nos hernois en menez.
                        « Entre moi et Richart seron ici armez,
1085                 « Et detendron Franceis, ja mar en doterez. »
                        Et cil ont respondu : « Si com vos commandez. »


            §


                        Karles nostre emperer ne s'i est obliez,
                        Ainz sist sor .j. cheval, mult fu bien conreez,
                        Et vint apres les contes et rengiez et serrez,
1090                 Et Ogier le Danois et Naymes li barbez,
                        Foques de Morillons, des traïtors assez.
                        Karles nostre emperere s'est en haut escriez :
                        « Si m'aït Dex, glotons, ja ne m'eschaperez
                        « Trop est longue la fuie que vos enpris avez ;
1095                 « Encui vos ferai pendre, ja vif ne m'estortrez.
                        « Or est venu le jor que toz .iiij. morrez.
                        — Sire, ce dist Renaut, ce n'est pas veritez.
                        « Se Dex plaist et Bayart sor sui je sui montez,
                        « Ainz que je soie mort chier le compererez. »
1100                 Lors a brandi la lance dont li fer fu quarrez,
                        Le cheval li trestorne si est vers lui tornez
                        Quant Hue de Peviers est entre .ij. botez,
                        Et Renaut l'a feru com vassal adurez
                        Que l'auberc de son dos li a tot despanez,
1105                 Son espié li conduit par andeus les costez,
                        Par devant Karlemaigne l'abati mort es prez.
                        L'emperere de France s'est en haut escriez ;
                        Et Renaut li guenchist si li est eschapez,
                        Après ses compaignons s'en va tot abrivez ;
1110                 Et Karles les enchauce o son riche barnez.
                        Puis n'i ot joste faite ne cheval mort jeté,
                        Ni Renaud n'i perdi .j. denier moneé.


            §


                        Ils vindrent a une eve si passerent le gué,
                        Jusqu'as espeis d'Ardenne ne se sunt arestez.
1115                 L'emperere en apele ses druz et ses privez:
                        « Barons laissons l'enchauz, seü l'avons asez.
                        « Vos destrers voi trestoz recreüz et matez.
                        « A .c. mile deable soient il commandé !
                        « Delez ceste riviere huimés vos ostelez:
1120                 « L'eve i est bele et clere et li prez sunt mult lez,
                        « Bien i poez drecier et paveillons et tres. »
                        L'emperere descent qui fu preux et senez.
                        Paveillons et aucubes i veïssiez assez ;
                        Mult sont bien ostelé. Et Renaut est pasez,
1125                 La merci Dameldeu or est il eschapez.

1075                 Les fils Aymon s'en vont, ils sont très courroucés ;
                        Le château ont laissé, qu'ils avaient élevé.
                        Mais si Renaud est preux, il est aussi sensé :
                        Écuyers et valets il fait devant marcher,
                        Leur troupe a emmenée, et tous en rangs serrés ;
1080                 Et Charles les poursuit, en colère, et fâché.
                        Renaud dit à ses frères : « Il faut vous préparer !
                        «  Les Français, voyez-les, bientôt vont arriver !
                        « Aalard et Guichard, nos bagages chargez.
                        « Nous deux, Richard et moi, ici serons armés,
1085                 « Et nous les retiendrons, les Français, m'en croyez ! »
                        Et eux ont répondu : « Comme vous le voudrez. »


            § Charlemagne et Renaud s'invectivent


                        Charles notre Empereur ne s'est pas attardé ;
                        Il monte son cheval, qui fut bien préparé,
                        Et vint après les Comtes, mis en rangs serrés,
1090                 Et Nayme† le barbu, et le Danois Ogier,
                        Fouques de Morillon, d'autres pour les guider.
                        Karles, notre Empereur s'est très fort écrié :
                        « À Dieu plaise, canailles, vous ne m'échapperez !
                        « Le chemin est trop long par lequel vous fuyez :
1095                 « Je vais vous faire pendre, jamais vous ne m'aurez,
                        « Et le jour est venu : tous quatre vous mourrez !
                        — Sire, répond Renaud, ce n'est la vérité.
                        « Si Dieu veut, et Bayard†, sur qui je suis monté,
                        « Avant que je sois mort, très cher vous le paierez ! »
1100                 Il a brandi la lance au fer bien affûté,
                        Fait tourner son cheval, vers Charles s'est tourné,
                        Mais Hue de Pevier entre eux deux s'est jeté,
                        Et Renaud l'a frappé comme un vaillant guerrier.
                        Si bien que dans son dos le haubert a percé;
1105                 Son épieu le traverse par les deux côtés,
                        Et devant Charlemagne il l'abat sur le pré.
                        L'Empereur de la France s'en est récrié,
                        Mais Renaut qui s'esquive lui a échappé  !
                        Après ses compagnons, vite, il a galopé...
1110                 Charles les poursuivit, suivi de son armée,
                        Mais il n'y eut plus combat, ni de cheval tué,
                        Et Renaud n'y perdit pas le moindre denier.


            § Renaut a pu s'échapper


                        Ils voient une rivière, et en passent le gué,
                        Dans la forêt d'Ardenne enfin sont arrêtés.
1115                 L'Empereur a fait venir ses amis rapprochés :
                        « Barons, cela suffit, bous en savons assez.
                        « Je vois que vos coursiers sont tous très fatigués.
                        « Qu'ils aillent tous au diable, ces canailles fieffées !
                        « Près de cette rivière, aujourd'hui camperez.
1120                 « L'eau est si belle et claire, et fort grands sont les prés:
                        « Vos pavillons, vos tentes, pourrez y dresser. »
                        Notre noble Empereur à terre a mis le pied ;
                        Tentes et pavillons sont en nombre élevés :
                        Ils sont bien installés. Mais Renaud est passé !
1125                 Notre Dame, merci, il a pu s'échapper !




NOTES

guider J'interprête “traïtor” comme “traiteor”, car je ne vois pas ce que feraient ici des “traîtres” ?