journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 25

SYNOPSIS :

§ Renaud et son armée s'enfoncent dans les bois § Charlemagne abandonne la poursuite

             §


                        Karles li emperere pense de l'herbergier.
                         Renaut s'en passa l''eve, il et si chevalier,
                         Et trespassent les monz, n'ont cure d'atargier,
                         Tant que il sunt venuz desoz. j. olivier :
1130                 Une fontaine i sort qui ot mult bel gravier,
                         Li blé i furent bel et l'erbe est a fauchier ;
                         Por le leu qui fu bel et tant fist a prisier,
                         S'aresterent li conte chascun sor le destrier.
                         « Seignors, ce dist Renaut, ci fet buen herbergier.  »
1135                 Premerains descendirent vallez et escuier,
                         Lor armes lor baillierent li vaillant chevalier.
                         Mais assez ne se porent de vitaille aasoier.
                         Li cheval paissent l'erbe, si laissent refroidier.
                         Aval la praerie se sunt alors colchier ;
1140                 L'eschargaite font fare Aalart et Fochier
                         A. ij. c. chevaliers armez sor lor destriers,
                         Li autre se reposent qui en ont grant mestier.


            §


                        La nuit n'i out iluec parlé de fabloier,
                        Ne de traire hauberc, ne d'elme deslacier:
1145                 Chascun jut toz armez s'ot ceint le brant d'acier,
                        Entreci qu'au demain que i dut esclairer.
                        Donc se leva Renaut, il et si chevalier,
                        Isnelement a fet sa gent apareillier.
                        Et furent tuit armé et trossez li somier,
1150                 En Ardene se fierent le bois grant et plenier,
                        Es les vos espois ou il soulent chacier;
                        Or puet nostre emperere a seür chevalchier
                        Qu'il nes baillera mais de mai ne de fevrier;
                        Celx qui la nuit gaitierent recovint aasier,
1155                 Delez une fontaine se sunt alez couchier,
                        Bien est hors del chemin le tret a .j. archier.


            §
                        
                        Karles fu en son tref o Naymon de Baivier ;
                        Delez l'eve corant se va esbanoier.
1160                 « Naymes, ce dist li rois, savez moi conseillier ?
                        — Sire, ce dist li dus, par le cors saint Richier,
                        «  Nos irons en arriere sel volez otrier. »
                        Atant i sont venu maint vaillant chevalier,
                        Et Karles apela Idelon et Renier,
1165                 Car en France voldra arriere repairier :
                        « Barons, dist l'emperere, pensez de l'esploitier. »
                        Quant li conte l'oïrent n'i ot qu'esleecier.

            § Les camps des deux armées.


                        Charles cherche un endroit où loger son armée.
                        Renaud et ses chevaliers ont passé le gué,
                        Ils ont franchi les monts, sans jamais s'attarder,
                        Et ils sont arrivés jusqu'à un olivier ;
1130                 Une fontaine est là, sur un fond de graviers,
                        Aux alentours, du blé, et de l'herbe à faucher :
                        L'endroit est si joli et si approprié,
                        Qu'ils se sont arrêtés, chacun sur leur destrier.
                        « Seigneurs, a dit Renaud, nous pouvons arrêter. »
1135                 Descendirent d'abord valets et écuyers
                        Et ils ont désarmé les vaillants chevaliers.
                        Mais ils n'ont pas trouvé de quoi se restaurer !
                        Les chevaux paissent l'herbe, ils se sont reposés.
                        Sur la pente du pré, alors on s'est couché,
1140                 Et pour faire le guet, Aalard et Fochier.
                        Et deux cents chevaliers sur leurs chevaux, armés.
                        Les autres se reposent, ils l'ont bien mérité !


            § Renaud et son armée s'enfoncent dans les bois


                        Il ne fut pas question, la nuit, de bavarder,
                        Ni de quitter hauberts, ou heaumes délacer:
1145                 Tous ont dormi armés, leur épée au côté,
                        Et jusqu'au lendemain, que le jour soit levé.
                        Alors Renaud se lève, avec ses chevaliers ;
                        Tout le monde il a fait, vite, se préparer.
                        Tous sont vite montés, les chevaux sont chargés,
1150                 En Ardenne et ses bois ils iront se cacher,
                        Dans les fourrés épais où ils pourront chasser.
                        L'Empereur aura beau, là-bas, les pourchasser,
                        Ne les trouvera pas en mai ni février !
                        Ceux qui ont fait le guet doivent se reposer,
1155                 Et près de la fontaine sont allés coucher,
                        Qui est hors du chemin, à portée d'un archer.


            § Charlemagne abandonne la poursuite


                        Charles avait sous sa tente Nayme†, à bavarder.
                        Près de l'eau qui courait, ils se sont promenés.
                        «  Nayme†, lui dit le roi, veuillez me conseiller :
1160                 — Sire, répond le duc, au nom de de saint Richier,
                        « Nous ferons demi-tour, si vous le demandez. »
                        Alors sont arrivés maint vaillants chevaliers,
                        Et Charles a appelé Huidelon et Renier,
                        Car en France, dès lors, il veut s'en retourner.
1165                 « Barons, dit l'Empereur, il faut vous préparer. »
                        Quand ils l'ont entendu, il se sont empressés.