journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 26

                        La praerie est bele et la riviere grant
                        Et li duc et li conte vindrent au roi devant :
                        « Sire quel la feron ? Dites vostre comant.
1170                 — Barons, laissiez l'enchauz ; a malfé le commant.
                        « Ja nes baillerons mes en tot nostre vivant.
                        «  Chascu aut en sa terre, la ou sunt si parant,
                        « Si gardez le païs, je vos pri et comant :
                        «  Se li gloton i entrent pris soient maintenant. »
1175                 Et cil ont respondu : « Tot a vostre commant. »
                        Or sont monté li conte, ne vont plus delaiant,
                        Li oz est delogiez si s'en tornent atant.
                        Karles vint a Paris, qui ot le poil ferrant,
                        Et descent au perron soz le pin verdoient,
1180                 El palès en monta de(l) vert marbre luisant ;
                        As fenestre s'apuient et il et Jocerant,
                        Foques de Morillon et Richart le Normant.
                        « Barons, dist l'emperere, mult ai le cuer dolant
                        « Des filz au vieil Aymon qui si me vont menant.
1185                 « Au chastel revendront, je le sai a esciant.
                        — Sire ce dist dux Naymes, il ne feront noiant :
                        « Entrez sunt en Ardenne icele forest grant,
                        « D'iluec iront avant ou il auront garant.
                        — Voire, dist l'emperere, a maufés les comant.
1190                 « Alez vos en, Girart et Tirri l'Alemant,
                        «Foque de Morillon et Doon et Vincent,
                        « Donez congié Franceis si soient repairant :
                        « Chascun aut en sa terre donc il est desirrant. »

                        La prairie est jolie et fort est le courant.
                        Vers le roi sont venus les comtes, demandant :
                        « Sire qu'allons-nous faire ? Dites-le maintenant.
1170                 — Cessez de les poursuivre - auDiable ces brigands !
                        «  Nous n'en viendrons à bout de tout notre vivant.
                        « Chacun croit en sa terre, là où sont ses parents,
                        « Gardez votre pays, c'est mon commandement.
                        « Si ces larrons entraient, qu'ils soient pris juste à temps. »
1175                 Et eux ont répondu : « À vos ordres, vraiment ! »
                        Alors ils sont montés, sans attendre longtemps,
                        L'armée se met en route et démonte le camp,.
                        Charles vient à Paris, lui au poil grisonnant,
                        Il descend au perron, sous le pin verdoyant;
1180                 Au palais est monté, de marbre vert luisant,
                        Aux fenêtres s'accoudent, et lui, et Jocerant,
                        Fouques de Morillon, et Richard le Normand.
                        « Barons, dit l'Empereur, je suis très mécontent,
                        « Des fils du vieil Aymon, qui se font menaçants.
1185                 «Au château reviendront, je l'espère vraiment.
                        — Sire, dit alors Nayme†, ce n'est pas évident :
                        Ils sont dans les Ardennes, où les bois sont grands,
                        Et de là ils iront loin, en se protégeant.
                        — Voire, dit l'Empereur, qu'au diable aillent ces gens !
1190                 «  Allez -vous en, Girard, et Thierry l'Allemand,
                        « Fouques de Morillon et Doon, et Vincent,
                        « Que les Français s'en aillent, et qu'en s'en retournant,
                        « Chacun trouve la terre lui appartenant. »