journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 27

                        Karles nostre empere son siege departi
1195                 Droitement a Paris a son erre acuilli ;
                        Et li baron s'en sont ariere reverti,
                        Chascun voist en sa terre, mult en sunt esjoï
                        Et Aymes s'en repaire qui le poil ot flori,
                        Trespasse les montaingnes, si a le leu choissi
1200                 Et vient a la fontaine donc si fil sunt parti,
                        El esclos s'en entra, si ot le cuer marri ;
                        En Ardenne s'en entre, si a ses filz choisi :
                        Delez une fontaine lez .j. sentier anti,
                        Trova ses .iiij. filz qui sont preuz et hardi :
1205                 La nuit orent veillié si ont le jor dormi.
                        Aleaume le[s] perchoit entre li et Henri :
                        « Gentiz dux debonere, par mon chief, vez lez ci !
                        — Ha ! Las, ce dist li dux, mort sui et maubailli !
                        « Se je lais ces glotons, puis ques ai trovez ci,
1210                 « Parjurés sui a Karles, ma foi li ai menti ;
                        « Dameldeu me confunde se je les [lais] issi !
                        « Las pecheor dolent qui ne s'en sunt parti :
                        « Ja en iert la bataille, je le sais bien de fi,
                        « Et se mi fil i muerent le cuer aurai marri.
1215                 — Sire, dist Ermanfroiz, onques mais tel n'oï.
                        « Donc n'avez vos a Karles et juré et plevi ?
                        « Se vos les poez pendre il seront mal bailli ?
                        « Nus hom de vostre aage qui le poil ait flori
                        « Ne se doit parjurer por fille ne por fil ;
1220                 « Et qui son seignor boise Deu a tort relenqui.
                        — Vassal, ce dist Aymon, je vos ai bien oï.
                        « Jamais n'i aront treves ; de ma part les desfis. »

                        Charles notre Empereur de sa cour est parti,
1195                 Il est allé tout droit en chemin vers Paris,
                        Et les barons alors chez eux sont repartis ;
                        Chacun va dans sa terre et ils sont réjouis.
                        Aymes à la belle barbe aussi est reparti :
                        Il passe les montagnes vers ce lieu choisi,
1200                 Vers la fontaine d'où tous ses fils sont partis ;
                        Il entre dans l'enclos, et son cœur est meurtri !
                        En Ardenne s'en va, pour les chercher ici.
                        Une fontaine a vu, un vieux sentier suivit,
                        Et a trouvé ses fils, eux si preux et hardis !
1205                 Ils dormaient là le jour, ayant veillé la nuit.
                        Aleaume les a vus, étant avec Henri.
                        « Sire duc honoré, sur ma foi, les voici !
                        — Ah ! dit le duc, hélas ! J'en suis tout étourdi !
                        « Si je laisse ces drôles que je trouve ici,
1210                 «  Je me parjure à Charles, lui aurai menti !
                        « Par Notre-Dame, ne peux les laisser ici !
                        « Pauvres pêcheurs souffrants, ils n'en ont pas fini :
                        « Il y aura bataille, je le sais, ici,
                        « Et si mes fils y meurent, mon coeur sera meurtri...
1215                 — Sire, dit Ermanfroi, que dites-vous ici ?
                        « N'avez vous pas à Charles juré et promis
                        « Que si vous le pouvez, seront pendus ici ?
                        « Aucun homme à votre âge, à la barbe fleurie,
                        « Ne doit se parjurer pour sa fille ou son fils,
1220                 « Et qui son seigneur trompe, c'est Dieu qu'il trahit.
                        — Mon cher, a dit Aymon, je vous ai bien compris.
                        « Jamais n'auront la paix, c'est moi qui vous le dis. »