journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 28

            ‹            Quant Aymes ot ses filz en Ardenne trovez,
                        .ij. chevaliers apele del mielx de ses barnez :
1225                 « Barons, alez avant et si les desfiez. »
                        Et cil li respondirent : « Si com vos commandez. »
                        Des palefroiz descendent, es destriers sunt montez,
                        Cele part est venuz chascun d'elx toz armez.
                        Et quant Renaut les voit mult en fu esfreez ;
1230                 Il a dit a ses freres : « Barons, quer vos armez !
                        « Ci voi .ij. chevaliers venir toz abrivez.
                        « Je ne sai s'il nos heent ou qu'il ont enpensez :
                        « De danz Aymon mon pere les ai veü sevrez ;
                        « Tant conois le viellart et ses ruistes fiertez,
1235                 « Par le mien escient, j'a s'iert a nos meslez.
                        — Certes, ce dist Richart, vos dites veritez,
                        « Car hon qu'i het de mort n'iert ja asseürez. »
                        Atant ez les barons poingnant tot abrivez.
                        La ou voient les contes ses ont aresonez :
1240                 « Si m'aït Dex signors, mult vos voi mal senez.
                        « Vez ci Aymon vo pere qui est del roi sevrez :
                        « Il vos mande par nos que soiez desfiez.
                        — Seignors, ce dist Renaut, de folie parlez.
                        « Mais or alez ariere et trives me pernez. »
1245                 Et cil ont respondu : « Ja treves n'en aurez !
                        « Mes se l'en vos asaut, tres bien vos defendez. »
                        A icestes paroles sunt ariere tornez.
                        Atant es vos Aymon qui vient tot abrivez ;
                        Quant Renaut voit son pere contre li est alez,
1250                 Il l'en a apelé si come vos orrez :
                        « En la moei foi, sire mult grant tort en avez
                        « Que chascune foiz sor nos vos enbatez.
                        « Une oure en criem mult estre de pechié enconbrez.


            §


                        — Lecheres, ce dist Aymes, de folie parlez !
1255                 « Ja n'aurons mes buens tens puis que vos sarmonez.
                        « Or entreze cel bois, hermite devenez,
                        « Refete ces chaucies, ces maux pas estoupez,
                        « Puis que vos preechiez, bien sai que vos dotez.
                        « Vos estes chevalier hardiz et alosez :
1260                 « Qui onques vos assaille, tresbien vos desfendez !
                        — Par mon chief, dist Renaut, beau sire, droit avez.
                        « Jamais de moie part n'en serez apelez. »
                        Adonc a li dux Aymes ses enfants defiez ;
                        Il brochent les destriers par an .ij. les costez ;
1265                 Renaut s'est a ses freres hautement escriez ;
                        La peüssiez voer tant ruistes cops donnez
                        Tante hanste bruisie, tant escu estroez,
                        Tant hauberc jazarant desmaillié et fausé.
                        Tant i estut Renaut que ce fut foletez,
1270                 Que li meschiés en est desus les suens tornez :
                        De .vij.xx. chevaliers qu'il avoit amenez
                        N'en mena que .l. entre sains et navrez ;
                        Delez une montaingne s'en sunt fuiant tornez.


            §


                        Et Aymes les enchauce, li chanuz, li barbez,
1275                 .Vij. liues totes plaines a li enchauz durez
                        Que Renaud n'i perdi .l. dener monneez
                        Ne n'i ot joste faite n'encoste ni en lez.
                        Par desus Bonneval est Renaud trestornez ;
                        Iluec ot de granz copx et partiz et donez.
1280                 Soz Aalart fu mort son destrier abrivez ;
                        Li vaslet saut en piez, qui mult fu effreez,
                        Et tint l'espee nue si est avant alez.
                        Li dux Aymes son pere est sor lui arrestez,
                        Et Hermanfroi i vient et son riche barnez :
1285                 Ja fust ou mort ou pris, ce est la veritez,
                        Quant Renautli cortois i est avant alez
                        Et Richart le petit et Guichart li menbrez,
                        A tant de gent com orent vint chascun abrivez.
                        Mais n'avoient cheval conquis ne recovrez
1290                 Ou Aalart peüst adonc estre montez ;
                        Par devant ses .iij. freres s'en est a pié tornez,
                        Li conte le defendent as espees delez.
                        Issi les a dux Aymes .j. liue menez
                        Que onques Aalart ne pot estre montez,
1295                 Mais toz dis fu a pié, ce est mout grant pitez ;
                        Si garnement le chargent donc il estoit armez ;
                        Que vos en mentiroie ? pris estoit et matez.
                        Quant Renaut l'a veü a poi n'est forsenez ;
                        Par delez une roche s'est li ber arestez,
1300                 Et dist a Aalart : « Baux douz frere, montez.
                        « Se je ci vos laissoie ce serait foletez :
                        « Jamés ne seriez a nul jor recouvrez »
                        Cil sailli sor la roche tant s'est evertuez,
                        Et saut derier le conte qui bien fu acesmez ;
1305                 Et quant Bayard se sent des .ij. barons trossez,
                        Il a la tete escosse, les flans et les costez,
                        Bien pres de .iiij. piez s'est desox elx levez ;
                        Adonc fu plus isnelx que devant n'iert assez.
                        Seignors, ce sachiez vos que ce fu veritez,
1310                 A tot les .ij. barons donc il ert enconbrez,
                        Fist Renaut .iiij. jostes as chevaliers armez.




                        Quand Aymes dans l'Ardenne a ses fils retrouvés,
                        Deux chevaliers appelle de ses préférés :
1225                 « Mes amis, avancez, allez les défier. »
                        Ceux-ci ont répondu : « Comme vous le voulez. »
                        Des palefrois descendent, montent leurs destriers,
                        Tout armés sont venus, chacun de leur côté.
                        Et quand Renaud les voit, il est très effrayé,
1230                 Et il dit à ses frères : « Il vous faut vous armer !
                        « Je vois venir en hâte ici deux chevaliers.
                        « Je ne sais ce qu'ils veulent, à quoi ils ont pensé :
                        «  Mais j'ai vu que mon père ils venaient de quitter ;
                        «  Je connais ce vieillard et sa folle fierté,
1235                 « Et je sais que déjà contre nous s'est jeté !
                        — Certes répond Richard, c'est bien la vérité :
                        « De qui vous hait à mort il faut se méfier. »
                        Voici les deux guerriers arrivant, très pressés,
                        Et quand ils voient les Comtes, ils les ont défiés :
1240                 « Au nom de Dieu, Seigneurs, vous êtes insensés !
                        « Votre père est ici, Charlemagne a quitté ;
                        « Il nous a envoyés vers vous, pour vous défier.
                        — Seigneurs, a dit Renaud, de folie vous parlez !
                        « Allez d'où vous venez, et en paix me laissez. »
1245                 Mais eux ont répondu : « La paix jamais n'aurez !
                        «  Et si nous attaquons, prenez bien garde à vous ! »
                        Et sur ces mots ils ont rebroussé leur chemin.
                        Alors arrive Aymon, au grand galop lancé ;
                        Quand Renaud voit son père, il s'en est approché,
1250                 Et il l'a appelé, disant, vous l'entendrez :
                        « Par ma foi, Sire, très grand tort vous avez,
                        « À chaque fois de vouloir ainsi nous harceler !
                        « Je crains que soient commis ici de grands péchés.


            § Combat entre Aymes et ses fils


                        — Bon à rien ! lui dit Aymes, et même écervelé !
1255                 « Nous perdons notre temps rien qu'à vous écouter.
                        « Entrez donc en ce bois, ermite devenez,
                        « Réparez ces chemins, rebouchez ces fossés,
                        « À écouter vos prêches, je sais, vous hésitez !
                        « Vous êtes chevalier hardi et admiré :
1260                 « Et si l'on vous attaque, vous vous défendez !
                        — Par ma foi, dit Renaud, vous pouvez le penser.
                        « Jamais d'aucun secours pour moi vous ne serez. »
                        Alors à ses enfants Ayme a défi jeté :
                        Ils ont piqué des deux leurs braves destriers,
1265                 Et Renaud à ses frères a de grands cris poussé !
                        Là vous auriez pu voir de rudes coups donnés ;
                        Bien des lances brisées, et tant d'écus troués,
                        Tant de hauberts d'Alger démaillés et faussés.
                        Renaud s'est follement, tellement, acharné
1270                 Que pour les siens ce fut grande calamité !
                        Des deux cents chevaliers qu'il avait amenés
                        N'en resta que cinquante indemnes ou blessés,
                        Alors dans la montagne ils se sont réfugiés.


            § La poursuite


                        Mais Aymes à barbe blanche les a pourchassés,
1275                 Sur sept lieues au moins la poursuite a duré
                        Sans que Renaud y perde le moindre écuyer
                        Et sans la moindre joute sur aucun côté.
                        Par devers Bonneval Renaud s'en est allé ;
                        Et là, de nombreux coups ont été assénés !
1280                 Le cheval d'Aalart sous lui-même tué,
                        Il en fut effrayé, sur ses pieds dut sauter !
                        Brandissant son épée, ainsi s'est avancé,
                        Et devant lui son père, Aymes, s'est arrêté ;
                        Et Ermanfroi arrive, et tous ses chevaliers :
1285                 Il allait être pris, allait être tué,
                        Quant Renaud le vaillant ves lui s'est avancé,
                        Et Richard le petit, Guichart le bien taillé,
                        Et tant de gens encore vers lui sont arrivés.
                        Mais ils n'avaient aucun cheval pu attraper
1290                 Sur lequel Aalart aurait pu se hisser,
                        Et devant ses deux frères il est allé à pied,
                        Eux deux l'ont défendu, brandissant leurs épées.
                        Ainsi Aymes les a sur deux lieues pourchassés,
                        Tout le temps qu'Aalard ne pouvait chevaucher,
1295                 Et devait demeurer à pied, quelle pitié !
                        Et avec son armure, il était trop chargé...
                        Pourquoi ne pas le dire ? On allait l'attraper !
                        Quand Renaud l'aperçut, il en fut enragé ;
                        À côté d'un rocher il vint pour s'arrêter,
1300                 Et dit à Aalard : « Noble frère, montez !
                        « Il faudrait être fou pour ici vous laisser :
                        « Vous ne pourriez jamais ainsi nous rattraper. »
                        L'autre sur le rocher s'évertue à grimper,
                        Et derrière Renaud, préparé, a sauté :
1305                 Et quand Bayard se sent de tous les deux chargé,
                        Ses deux flancs et la tête alors a secoués,
                        Et il s'est enlevé avec eux de deux pieds,
                        Plus rapide qu'avant même d'être chargé !
                        Seigneurs, sachez-le bien, c'est pure vérité,
1310                 Même ainsi tous les deux sur son dos installés,
                        Renaud le fit jouter à quatre chevaliers !




NOTES

palefrois ?Le "palefroi" était un cheval d'apparat. Le "destrier" un cheval destiné au combat.

deux cents Le texte dit : “sept vingt”, soit cent quarante, il est vrai ; mais je me permets cette petite entorse : ces chiffres n'ont pas de valeur précise...

écuyer “denier” fait bien référence à une pièce de monnaie, mais l'image est pratiquement impossible à transposer : il s'agit de montrer que Renaud n'a rien perdu de ce qui lui reste de ses troupes.

Bonneval J. Thomas, dans une note de son édition suppute longuement la localisation possible de l'endroit... « qui pourrait être Bonneval près de Contrexéville (Vosges) ». Mais les divers manuscrits donnent à cet endroit des noms différents ! Pour ma part, je considère que les toponymes, tout comme les patronymes, sont sans grande valeur dans les textes de ce genre : le jongleur mettait ce qui lui venait à l'esprit — ou qu'il inventait. Et les copistes ont fait de même ensuite... Ces discussions savantes ne me semblent donc avoir que peu d'intérêt véritable — sinon pour le tourisme local !