journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 29

                        Or sunt li .iiij. frere durement entrepris.
                        Renaut sist el cheval, requiert ses ennemis.
                        He ! Dex, com Bayart est (et) preuz et amanevis !
1315                 A tot les .ij. barons armez et fervestis,
                        Fist Renaut .iiij. jostes as chevaliers de pris :
                        A chascune lor a.i. chevalier ocis.
                        Es vos par la bataille Ermanfroi de Paris,
                        Et sist el noir cheval qui vint de Monncenis :
1320                 Par chierté fu a Karles l'empereor tramis,
                        ne cuit qu'eüst si boen en trestot le païs ;
                        Ermanfroi fu meü de[l] roi de Seint Denis,
                        Por .j. mesage faire fu a Aymon tramis.
                        Il broche le cheval, ne fu mie alentis,
1325                 Envers le filz Aymon s'escria a haut cris :
                        « Je vos rendrai à Karles le roi de Seint Denis ! »
                        Lors va ferir Renaut en l'escu d'a[s]ur bis,
                        Et Renaut le refiert com chevaler hardis,
                        Que l'escu li trencha et le hauberc treslis,
1330                 Le cuer qu'il a el ventre li a parmi partis,
                        Tant com hanste li dure l'abati el larris ;
                        Par les regnes a or a le boen cheval pris ;
                        Aalart le cortois est as archons assis,
                        De la joie qu'il a vait ferair Anseïs,
1335                 A terre l'abat mort deu bon cheval de pris :
                        Cil ne reverra mais ne Chartres ne Paris,
                        Et Aymes les enchauce, le vieilx et li floris ;
                        Il escria s'enseigne : « Mar en ira uns vis !
                        « Ermanfroi m'ont ocis que Karles m'out tramis. »
1340                 Li chevalier Aymon ont ses fils acuillis ;
                        Adonc fu la bataille et l'estor esbaudis.
                        Renaut s'est regardé delez .j. plaisseïs,
                        Et va ferir Girart, poignant tot ademis,
                        Il en a apelé ses freres les hardis :
1345                 « Seignors, veez ci Girart, qui n'est pas notre amis :
                        « Quant nos entrepreïmes la mors de Loeïs,
                        « Ce fu cil qui fu nez de nos maux ennemis.
                        « Se icist nos eschape, trop some mal baillis :
                        « Ja n'aurons pes a Karles tant come il soit vis. »


                        Voilà les quatre frères durement assaillis.
                        Renaud sur son cheval défie ses ennemis.
                        Que Bayard† est vaillant et comme il obéit !
1315                 À ces deux chevaliers aux armures de prix
                        Renaud s'est attaqué, il les a entrepris,
                        Et de chacun il a le destrier occis.
                        À la bataille vient Ermanfroi de Paris
                        Monté sur un cheval venant de Mont Cenis :
1320                 A Charlemagne fut si grand était son prix
                        Jamais, je crois n'y eut de meilleur au pays ;
                        Ermanfroi fut requis du roi de Saint Denis
                        Afin qu'à Aymon soit un message remis.
                        Son cheval a lancé, et n'a pas ralenti,
1325                 Et vers le fils Aymon a poussé de grands cris :
                        « Pour Charles vous prendrai, le roi de Saint Denis ! »
                        Renaud alors frappa l'écu d'azur et gris,
                        Et le refrappe encore, ce chevalier hardi,
                        Si bien qu'il le trancha, et l'armure, elle aussi :
1330                 Et le cœur ennemi de son ventre est sorti !
                        D'un grand coup de sa lance, à terre l'abattit,
                        Et alors, par les rênes, le bon cheval a pris.
                        Aalard le vaillant sur l'arçon est assis,
                        Si content de cela, qu'il va contre Anseïs :
1335                 À terre l'abat mort, de son cheval de prix.
                        Il ne reverra plus ni Chartres ni Paris !
                        Mais Aymes les attaque, vieux aux cheveux gris,
                        Il a poussé son cri : « Que vous soyez maudis !
                        « Ermanfroi, messager de Charles, avez occis ! »
1340                 Aymes le chevalier, ses fils l'ont accueilli
                        En redoublant de coups, jusqu'en être étourdis.
                        Renaud a regardé par dessus un palis,
                        Et pour frapper Girard, a chargé sans répit,
                        Il en a appelé ses frères, si hardis :
1345                 « Seigneurs, voyez Girard, qui n'est pas notre ami :
                        « Quand avons voulu en finir avec Louis,
                        « C'est de lui que nous vinrent ces maux ennemis.
                        « S'il nous échappe, ici, nous voilà mal partis !
                        « Jamais n'auront la paix de Charles, s'il survit ! »