journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 3

                        A la quintaigne vont par le congié le roi
75                   Enz es prez Seint Vitor ou fu le sablonnoi ;
                        La fu grant l'asemblée por v[e]oir le tornoi ;
                        Une targe i drecierent, issi come je croi.
                        La josterent le jor, chascun fiert endroit soi ;
                        Renaut hurte Bayart contremont le chaumoi
80                   Et feri en la targe, si com dire le doi,
                        Que parmi la brisa et versa en l'erboi.
                        Ce plout a Karlemaigne quant il vit le desroi.
                        « Renaut, dist l'emper[ere, preuz estes, par ma foi :
                        « En bataille chanpel serez toz jorz o moi.
85                   « Ja ne voudreiz del mien que je ne vos otroi.
                        — Granz mercis, dist Renaut, et de Deu et de moi.
                        « Et je vos servirai a ennor et en foi,
                        « Et ja ne troverez nul jor forfet en moi
                        « S'il ne muet de vers vos, por la foi que vos doi. »

                        Ils vont à la quintaine; où le roi les envoie
75                   Sur le “Pré Saint Victor” où le sable on déploie ;
                        Grande y est l'assemblée pour y voir le tournoi.
                        On met un bouclier sur un pieu, je le vois,
                        Et chacun à son tour y a frappé, je crois.
                        Renaut avec Bayard tient sa lance au chamois
80                   Et il frappe la cible, je dis ce que je crois,
                        La fit tomber à terre en deux morceaux ou trois.
                        Voyant ça, Charlemagne en ressent grande joie :
                        « Renaut, dit-il, vous êtes vaillant, par ma foi,
                        « Sur le champ de bataille serez avec moi,
85                   « Et ce que voudrez vous l'obtiendrez de moi. »
                        — Grand merci, dit Renaud, et de Dieu et de moi,
                        « Je vous servirai, sur mon honneur et ma foi,
                        « Jamais ne trouverez à vous plaindre de moi :
                        « Et serai tout à vous, par la foi que vous dois. »