journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 30

1350                 Seignors, ceste bataille fist forment a doter,
                        N'i ot nul parentage quant vint a l'asembler,
                        La peussiez voer maint ruiste cop doner,
                        Tant chevalier ocire, morir et graventer.
                        Renaut fu desconfit a .j. tertre monter,
1355                 Unques n'en puet des suens que .xiiij. mener,
                        Il s'en issi del champ qu'il n'i pout demorer ;
                        Mult fu granz li meschiés quant vint au desevrez.
                        Et Aymes est remès ses prent a esgarder :
                        « Hahi ! beaux filz toz .iiij., mult vos deüsse amer
1360                 « Et encontre toz homes garantir et tenser :
                        « Or m'estut que vos face toz en essil aler !
                        « Qui cest plaît controva mult en fait a blasmer ;
                        « Bien en devroit deable l'ame de li porter ! »
                        Les mors qui el champ furent ont fet toz enterrer,
1365                 Les navrez et les sains font es chevaux monter.
                        Hermanfroiz qui fu mort n'i volent oblier :
                        Desor une leitière le font bien correer,
                        Sor .ij. mulez l'on fet tot maintenant monter.
                        Et acuillent lor voie si prennent a errer,
1370                 Entresi qu'a Dordone n'i volent arester.
                        Au matin par son l'aube se prenent a lever,
                        A la voie se mistrent si prennent a errer,
                        La terre et le païs prenent a trespasser,
                        Entreci qu'a Paris n'i voldrent arester,
1375                 Et vint Aymes au roi les noveles conter.
                        Quant Aymes l'a veü sel prist a apeler :
                        « Sire, droiz emperere, ce dist Aymes le ber,
                        « Si sui dolent au cuer ne me sai conforter :
                        « En Ardenne m'estut les glotons encont[r]er,
1380                 « Je les cuidai bien prendre et a vos amener,
                        « Assez m'i combati, nel vos quier a celer.
                        « Tel damage m'ont fait que nel puis restorer :
                        « Ocis ont Hermanfroi qui gentilx fu et ber.
                        « Fetes une reliques devant vos aporter :
1385                 « Sor sainz vos jurerai que n'en poi mielx ovrer. »
                        Quant Karles l'entedi, le sens cuide desver.

1350                 Seigneurs, cette bataille était à redouter :
                        Même la parenté n'a pas pu l'empêcher !
                        Ah ! si vous aviez vu ces rudes coups donnés,
                        Tant de preux y mourir ou gravement blessés...
                        Renaut y fut défait : sur un tertre est monté,
1355                 Mais il n'a pu, des siens, que quatorze emmener.
                        Il quitte la bataille, qu'il ne peut plus mener,
                        Ce fut un grand malheur, pour lui, de s'en aller.
                        Aymes qui est resté, s'enfuir l'a regardé :
                        « Ah ! fils ! Tous les quatre j'eusse dû vous aimer,
1360                 « Et contre tout le monde, vous garder, protéger !
                        « Et voilà qu'il me faut en exil vous chasser !
                        « Qu'il soit maudit celui qui a cela causé...
                        « Le Diable devrait bien son âme dérober ! »
                        Tous les morts au combat ils ont fait enterrer,
1365                 Les blessés et les saufs sur des chevaux monter.
                        Hermanfroi lui aussi, ne l'ont pas oublié,
                        Et sur une litière ils l'ont fait convoyer,
                        Sur deux mulets enfin ils ont pu l'installer.
                        Ils sont partis et ont alors beaucoup erré
1370                 Jusqu'à Dordone† vont sans vouloir s'arrêter.
                        Au matin et dès l'aube, alors se sont levés,
                        Et se mettent en chemin, et ont beaucoup erré,
                        Des terres ont franchi, des pays traversé,
                        Et pas avant Paris n'ont voulu s'arrêter.
1375                 Aymes au roi s'en va, pour tout lui raconter.
                        Quand Aymes est arrivé, à lui s'est adressé :
                        « Sire, grand Empereur, lui a-t-il déclaré,
                        « Mon cœur lourd, je ne sais commentle conforter !
                        « En Ardenne j'ai du ces canailles attaquer ;
1380                 « Je croyais bien les prendre et vous les amener,
                        « Je me suis bien battu, je ne peux le cacher.
                        « Mais ils m'ont fait grand tort je ne peux l'effacer :
                        « Hermanfroi le vaillant, c'est eux qui l'ont tué !
                        « Faites que des reliques ici soient apportées,
1385                 « Que de mon mieux j'ai fait je pourrai vous jurer. »
                        Quand Charles l'entendit il en fut courroucé.

NOTES

Dordone† Un retour à “Dordone” semble une erreur de copiste, qui aurait ensuite ajouté quelques lignes, plutôt que de faire une rature... La répétition de “se prennent à errer” en est la preuve. On constate souvent ce genre de comportement des copistes dans les texte de cette époque.