journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 31

Aymes rend compte de sa mission à Charles, qui est très mécontent. Il quitte précipitamment la cour, et revient conter ses déboires à sa femme, non sans vanter la valeur de ses fils, qu'il a pourtant combattus. Il est maintenant très fâché contre Charlemagne.

                        « Aymes, ce dist li rois, mult t'ai bien entendu.
                        « En mult malvais endroit me sunt cil plet venu.
                        « Or seront li concile a ces festes tenu
1390                 « D'apovrier ma terre se j'en ere creü. »
                        Aymes a bien del roi la ranpogne entendu,
                        Forment s'en coroca, mult en fu irascu,
                        Isnelement s'en torne entre li et si dru,
                        Que il n'a le congié de Karles atendu.
1395                 Entresi qu'a Dordone ne sunt aresteü ;
                        Aymes descent a pié desoz le pin fuillu.
                        « Sire, cedist dame Aie, com es vos avenu ?
                        — Dame ce dist li dux, mon servisse ai perdu.
                        « Je forjurai mes filz por Karkes le chanu ;
1400                 « Or ai Renaut en champ desconfit et vaincu,
                        « Et ses homes ocis a force et a vertu.
                        « Mult se defendi bien, onques tel ber ne fu :
                        « Hermanfroi le feri de l'espié sor l'escu,
                        « Mes Renaut vostre filz li a mult chier vendu.
1405                 « Beneoite soit l'ore que il onques nez fu !
                        « De son espié a or li out tel cop feru
                        « Que l'esculi perca et le hauberc rumpu
                        « Tres parmilieu del cors li mist le fer molu,
                        « Del cheval l'abati a la terre estendu,
1410                 « Aalart vostre fil ot le cheval rendu.
                        — Sire, ce dist dame Aie, a en nul retenu ?
                        — Nenil, ce dist li dux, quer ne plot a Jhesu,
                        « Mes il sunt desconfit ; forment i ont perdu,
                        « Mult malvés guerredon m'en a Karles rendu ;
1415                 « Par mautalent en somes de la cort revenu.
                        « Par Deu qui fist le monde, jel ferai irascu ! »
                        

                        « Aymes, a dit le roi, je t'ai bien entendu.
                        « D'aussi mauvais discours me sont souvent venus.
                        « À ces fêtes seront les discussions tenues
1390                 « De réduire mes terres, croyez -moi là-dessus. »
                        Aymes a fort bien compris la menace entendue ;
                        Il en fut courroucé, sa colère est venue :
                        Il est vite parti, chez lui est revenu,
                        Sans même avoir de Charles permission reçue.
1395                 Avant d'être à Dordone† s'arrêter n'a pu :
                        Alors met pied à terre sous le pin feuillu.
                        « Sire, dit Dame Aye†, que vous est advenu ?
                        - Dame, répond le duc, la partie est perdue !
                        « J'avais maudit mes fils pour Charles le chenu ;
1400                 « J'ai combattu Renaud et lui, je l'ai vaincu,
                        « Et de ses hommes aussi, à bout je suis venu.
                        « Il fut fort et vaillant, il s'est bien défendu :
                        « Hermanfroi l'a frappé de son pieu sur l'écu,
                        « Mais Renaud votre fils le lui a bien rendu.
1405                 « Benie soit l'heure quand il naquit et parut !
                        « De son épieu sur lui a poussé tant qu'il put,
                        « Que l'écu lui perça, son haubert fut rompu,
                        « Et au travers du corps le fer lui est venu ;
                        « À terre le jeta du cheval abattu,
1410                 « Aalard votre fils ce cheval a reçu.
                        — Sire, dit dame Aye†, nul n'y fut retenu ?
                        — Non, répondit le Duc, cela grâce à Jésus !
                        « Mais ils sont en déroute, et leur combat perdu.
                        « Charles m'en a fort mal récompense rendue !
1415                 « Très mécontent je suis de la cour revenu.
                        « Par Dieu  ! Comme ennemi sera pour moi tenu !