journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 32

                        Or est Aymes del roi par mautalent sevrez.
                        Et Renaut et ses freres ont les destriz passez,
                        En la forest parfonde estes les vos entrez.
1420                 Ja ne troverent mie chastel ne fermetez,
                        Ne a borc ne a vile n'en est nus recetez.
                        Assez ont venoison, c'est tote lor plentez,
                        Et boivent les fontaines et les eves des guez
                        Et prenent les chevrels quant il les ont bersez.
1425                 La grasse char et l'eve les a si engrotez
                        Que il sunt tuit enflé par flans et par costez.
                        Mult les a maubailliz li venz et li orez.
                        Par .j. poi que chascun n'est mort ne afolez,
                        Fors que li .iiij. frere : cil puent mal assez ;
1430                 Tuit li autre sunt mort de mesaise endurer
                        Ne mes .iij. conpaingnons hardiz et alosez,
                        Ce est Renier et Foques et Hues li menbrez :
                        Or se contienent bien, chascun est adurez.
                        Sor .iiij. chevalx erent, telx est lor povretez :
1435                 Entre elx toz n'en ont plus, ce est la veritez.
                        Et com ne vivent pas d'aveine ne de blez,
                        Ne de fein que l'en ait de soleiz essorez ;
                        De fuille et de racine vivent, c'est lor plentez,
                        Et qui trove un herboi mult est boneürez.
1440                 Li cheval amaigroient et sunttuit deschernez,
                        Mais Bayart est adès et gras et adurez,
                        Mieldres est il de fuille que .j. autre de blez.
                        Sovent vont hors del bois as venz et as orez ;
                        Il ne trovent nulhome n'eüst le chief copez.
1445                 Or enpire le tends ; li païs est gastez :
                        De Sanliz a Orliens puet on tres bien aler,
                        Et d'iluec a Nevers arriere retorner,
                        Et de Nevers a Rains par totes les citez :
                        N'i trove l'en nul home qui de mere soit nez
1450                 Fors celx qui es chastealx estoient enfermez,
                        Tant par estoit Renaut cremuz et redotez ;
                        Sovent a o ses freres les Franceis visitez.
                        Quant ce vient au besoig, li .iiij. sont montez
                        Et les .iij. vont a pié, qui les ars ont portez ;
1455                 Et quant ils ont les eves et les pas a paser,
                        Donc montent il tuit .vij. es chaux abrivez.
                        Chascun n'est pas el bois ne logiez ne travez :
                        De fuilles et de branches se sunt tuit aünbrez.
                        Lor garnement ont toz rompus et depanez,
1460                 Tant ont sor les chars nues lor garnement portez
                        Qu'en plus de .ij.c. leus lor est [li cuirs crevez,
                        Et tot parmi les mailles lor est] li poil volez,
                        Et ont le[s] chars plus noires qu'arrement destrempez,
                        Et si [sont] plus velu que .j. gaignon betez.
1465                 Des buens escuz a or est li fuz desgluez,
                        Et li frain et les cengles porrirent as orez ;
                        Regnes font de roortes, de ce trovent assez ;
                        Tant com il puent trere fu mult grant la plentez,
                        Mes les cordes porrissent donc refu la chiertez :
1470                 A poi que par besoing n'ont lor chevalx tuez.
                        Onques Dex ne fist home qui de mere soit nez
                        S'il voit les barons qu'il n'en eüst pitiez.




                        Aymes est maintenant avec le roi fâché.
                        Et Renaud et ses frères passent les défilés ;
                        En la forêt profonde les voici entrés.
1420                 Ni château ni lieu clos ils n'ont pu y trouver,
                        Pas de bourg ni de ville où pouvoir se cacher.
                        Ils ont de quoi manger, gibier à volonté,
                        Ils boivent aux fontaines, ils boivent dans les gués,
                        Et prennent des chevreuils quand ils les ont piégés.
1425                 La chair grasse avec l'eau les a fait s'empâter :
                        Ils sont tout comme enflés sur leurs flancs, de côté ;
                        Ni le temps ni le vent ne les ont rassurés,
                        Peu s'en faudrait qu'ils soient ou morts ou afolés,
                        À part les quatre frères, qui ont tout supporté.
1430                 Tous les autres se meurent des peines endurées,
                        Sauf ces trois compagnons, hardis, et tant vantés :
                        Renier, Huet et Fouques, lui si renommé :
                        Eux se portent très bien, ils ont tout enduré.
                        Ils n'ont que leurs chevaux, tant est leur pauvreté,
1435                 Et tous n'en ont pas un, c'est ça la vérité.
                        Et comme on ne vit pas d'avoine ni de blé,
                        Ni de foin qu'on a fait au grand soleil sécher,
                        De feuilles, de racines, vivent à satiété,
                        Et qui trouve un herbage en est fort contenté.
1440                 Les chevaux s'amaigrissent et sont tout décharnés,
                        Mais Bayard† au contraire est gras, plein de santé,
                        Les feuilles sont meilleures pour lui que le blé.
                        Par tous les temps ils sont sortis de la forêt,
                        Et quand trouvent un homme, sa tête font sauter.
1445                 Mais le temps se fait long, le pays ravagé :
                        De Senlis à Orléans on peut très bien aller,
                        Et de là à Nevers, on peut s'en retourner,
                        Et de Nevers à Reims, par beaucoup de cités,
                        On ne trouve personne qui de mère soit né,
1450                 À part ceux des châteaux où ils sont enfermés,
                        Car Renaud est partout, très craint et redouté ;
                        Souvent, avec ses frères, en France il est allé.
                        Quand il le faut, les quatre à cheval sont montés
                        Et et portant les arcs, les trois marchent à pied.
1455                 Mais quand c'est rop étroit ou qu'il y a un gué,
                        Alors tous les sept sont sur les chevaux montés.
                        Aucun d'eux n'a trouvé dans les bois à loger :
                        De feuilles et de branches ils se sont protégés.
                        Leurs armures se sont rompues et abîmées,
1460                 Ils les ont si longtemps à chair nues supportées
                        Qu'en de nombreux endroit leur peau est entamée
                        Et qu'à travers les mailles leurs poils ont passé ;
                        Leur peau est toute noire, carrément détrempée,
                        Et ils sont plus velus qu'un mâtin enragé.
1465                 Des bons écus ornés le fond est décollé,
                        Les brides, les sangles, sont sur les bords râpés ;
                        Des rênes font de joncs, dont ils trouvent assez ;
                        Autant qu'ils en ont pu, ils en ont récolté,
                        Mais les cordes pourrissent et viennent à manquer :
1470                 Peu s'en faut que contraints, leurs chevaux n'aient tués !
                        Jamais Dieu ne fit homme qui soit de mère né,
                        Qui les voyant ainsi, n'en fût pris de pitié.




NOTES

sept Ce vers a suscité beaucoup de discussions... Si on le prend à la lettre, rien n'indique que les quatre frères montent le même cheval ! Puisqu'il y a quatre chevaux (vers 1453), ils ne seraient en fait que trois sur le dos de Bayard ! Mais la légende populaire et son iconographie ont toujours représenté les quatre frères sur la même monture.§