journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 33

                        Tant ont li filz Aymon en Ardenne arestu
                        Que lor conpaignon sunt trestuit mort et perdu
1475                 Fors que .iij. chevalier qui lor sunt remasu :
                        Dan Renier et Huon et Foque li chanu.
                        Mult sont li chevalier redoté et cremu :
                        Il n'issent cele part, puis qu'il sunt perceü
                        Maintenant lor commence et li cri et li hu
1480                 Karles a comandé, bien est partot seü
                        Que se l'en les puet prendre qu'il soient retenu.
                        Il n'ateignent nul home qui n'ait le chief perdu.
                        Quant il pluet et il vente et il gresle menu,
                        Chascun est soz .j. arbre, a son col son escu
1485                 Lor cheval se desferrent, li estrié sunt ronpu,
                        Et lor poitral porrissent, li arcon sunt fendu.
                        Tant portent lor haubers a lor char nu a nu
                        Que tres parmi les mailes lor est li peuz issu.
                        Sovent maudient l'ore que Lohier ocis fu.
1490                 Renaut et toz li suens sunt forment irascu.
                        Et mult lor ennuia de l'iver qui lons fu.


                        Les quatre fils Aymon en Ardenne venus
                        Ont tous leurs compagnons ou presque tous perdus,
1475                 Sauf trois bons chevaliers qui, eux, ont survécu :
                        Don Regnier et Huon, et Fouques le chenu.
                        Ces chevaliers sont redoutés, et résolus :
                        Ils ne vont nulle part : ils seraient reconnus :
                        Et maintenant on commence à leur crier “hue !”
1480                 Charles en a donné l'ordre, tout le monde l'a su,
                        Que si on peut les prendre, ils seront retenus.
                        Si quelqu'un les rencontre, sa tête aura perdue.
                        Quand il pleut et qu'il vente, et qu'il grêle menu,
                        Chacun est sous un arbre, à son col, son écu.
1485                 Leurs chevaux déferrés, leurs étriers rompus,
                        Le rênes sont pourries, le arçons sont fendus.
                        Ils portent leurs hauberts à même leur chair nue,
                        Tant qu'au travers des mailles leurs poils ont apparu.
                        Ils ont maudit le jour où Lohier† ne fut plus !
1490                 Pour Renaud et les siens la rage est contenue,
                        Mais l'hiver leur causa des tourments continus.

NOTES

venus Cette laisse constitue une sorte de “doublon” de la précédente — mais avec une autre rime. Les termes en sont très proches de ceux de la précédente.

reconnus Le texte du manuscrit D est ici incompréhensible, de l'avis même de Jacques Thomas, qui l'a édité (cf. bibliographie) Il a très certainement connu des vicissitudes... Je traduis ici “comme je le peux” !