journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 34

SYNOPSIS :

§ Les fils Aymon décident de revenir à Dordone § Départ pour Dordone § Ils entrent au château § Arrivée de leur mère

                        Or est esté venu et iver est passez,
                        Li soëf tens les a auques reconfortez ;
                        Li cheval pessent l'erbe qui les a amendez,
1495                 Et por ce ont les cors auques resvigorez.
                        Et Renaut a ses freres belement apelez,
                        Et Renier et Huon et Foques li menbrez :


            §


                        « Seignors, ce dist Renaut, .j. petit m'entendez.
                        « Mult avon en Ardenne eu grant povretez,
1500                 « Ainc grainor ne soffri home de mere nez :
                        « N'avons armes ne dras, toz les avon usez,
                        « Velu somes con chien des venz et des orez.
                        « Plus me poise de vos que de moi voir assez.
                        « .Vij. anz a aconpliz, n'en est nul jor passez,
1505                 « Que avon ces forez et ces granz bois hantez ;
                        « Karles li emperere nos en doit savoir grez.
                        « Or est venus li tens que tant ai desirrez.
                        « Trop ont nos ennemis a lonc sejor estez.
                        « S'or avion chevaux sor quoi fussons montez,
1510                 « Hui mes devroient estre nos ennemis grevez :
                        « Par icelui apostre qu'en quiert en Neron prez,
                        « Ja n'en ateindrai .j. qui n'ait le chief copez !
                        « Qui boen conseil saura, por Deu me soit donez.
                        — En la moie foi sire, dist Aalart l'ainz nez,
1515                 « S'il ne vos en pesoit, ja orrez mes pensez.
                        « Nos somes tuit sopris de la grant povretez,
                        « Que jamais en cest siecle ne seron recovrez.
                        « Mes fesons une chose, se croire me volez :
                        « Alons en a Dordone la nobile citez,
1520                 « Si verron nostre mere qui nos a desirrez,
                        « De nos a grant dolor, ploré en a assez.
                        « Se secors nos puet fere ja ne vos iert veez :
                        « Certes de nos devroit avoir mult grant pitez. 
                        — Frere, ce dist Renaut, vos dites veritez.
1525                 « Enquenuit i movron quant il iert avesprez. »
                        Quant li autre l'entendent tuit l'en ont merciez.


            §


                        A l'entree de mai, quant esté fu entrez,
                        Que florissent li bois et verdissent li prez,
                        Chaitif en autre terre sont forment adolez :
1530                 Por les fiz Aymon est cist reprocier trovez,
                        Qui mult ont grant mesaise sofert et endurez.
                        Tant ont chascune nuit chevalchié et errez
                        Que mult sunt aprochié de la ou furent nez,
                        De Dordone ont veü le palais principez,
1535                 Les murs d'araine bis et li bois et li prez,
                        Et la tres grant richece donc il furent jetez ;
                        Menbré lor a de l'aisse ou il orent estez
                        De pitié et de duel sunt li frere pasmez.
                        Renaut les releva si les a confortez :
1540                 « Si m'aït Dex le pere, mult somes mal menez,
                        « Car se somes quenu ne de rien avisez,
                        « Se Aymes nos puet prendre, a mort somes livrez. »
                        Dist Guichart a Renaut : « Vos dites veritez.
                        — Par foi, ce dist Richart, nos avons fol pensez.
1545                 « Ja somes nos d'Ardenne issuz et eschapez,
                        « Et de la grant mesese ou nos avons estez,
                        « Noir somes et veluz come ors enchaenez :
                        « Ja ne seromes mes conuz ne ravisez.
                        « Chevalcon a seür les frains abandonez,
1550                 « Se nos dedenz la vile poion estre entrez,
                        « Ja ne serion pris par home qui fust nez ;
                        « Et se nostre juïsse nos i est atornez
                        « Autresi somes nos a martire tornez. »


            §


                        Parmi la maistre porte sunt en la vile entrez,
1555                 Mes il n'i furent mie conuz ne avisez.
                        Mult en ont grant merveille cil quis ont esgardez,
                        Et dit li uns a l'autre : « Ou furent cil trovez ?
                        « Je cuit qu'il ne sunt mie de ceste terre nez ? »
                        Chevaliers et borjois les ont aresonez :
1560                 « Estes vos peneant ? ou avez conversez ?
                        — Seignors, ce dist Renaut, trop estes enparlez.
                        « Bien veez que gent somes de mult mal ore nez. »
                        Lors a brochié Bayart par andeus les costez.
                        A pié sunt descenduz desoz .j. pin ramez,
1565                 Toz .iiij. les chevaux ont iluec aregnez,
                        Contremont le palais sunt li frere montez,
                        Mais le palés ont tot de serjanz voit trovez.
                        A la table devant sunt ensenble acotez,
                        Ja n'en leveront mes si seront mult irez,
1570                 Quer dus Aymes lor pere estoit chacier alez
                        Entre li et ses homes donc il out a plentez,
                        Quatre cers orent pris mult s'i sunt deportez,
                        Dux Aymes s'en repaire, ovec lui son barnez,
                        Ne set mot de ses filz que il a ostelez
1575                 En sa cit de Dordone, enz en palais listez.
                        Richart et Aalart et Guichart li menbrez,
                        Et Renaut lor boen frere qui tant ot de bontez,
                        Cil s'afichent ensenble, dorment sont trespensez.
                        Mais encor n'ot on pas le mengier atornez.


            §


1580                 La dame ist de sa chanbre, qui moult out grant bontez,
                        Et si fil l'esgarderent qu'ele avoir tant amez.
                        Aalart dist Renaut : « Si[re] frere esgardez :
                        « Veez la nostre mere qui mult fet a loer.
                        — Sire, ce dist Guichart, vos dites veritez.
1585                 « Beau frere, alez encontre et si la saluez,
                        « Contez li no mesage et no granz povretez.
                        — Non ferai, dist Renaut, ja ne sera pensez,
                        « Ainz atendrai encore tant qu'a nos ait parlez,
                        « Savoir s'ele nos a de noient ravisez. »




                        Voilà l'été venu et l'hiver est passé,
                        Le beau temps les a donc quelque peu renforcés.
                        Les chevaux paissent l'herbe, ils se sont régalés,
1495                 Et de ce fait leur corps en est revigoré.
                        Renaut envers ses frères alors s'est adressé,
                        Et Regnier et Hugon, Fouques le renommé :


            § Les fils Aymon décident de revenir à Dordone


                        « Seigneurs, a dit Renaud, veuillez bien m'écouter !
                        « Nous avons en Ardenne connu la pauvreté,
1500                 « Jamais ne souffrit plus homme de mère né :
                        « N'avons armes ni draps, nous les avons usés,
                        « Nous sommes comme chiens, velus, sous les ondées,
                        « Et plus que pour moi-même, pour vous suis peiné.
                        « Voilà sept ans, et pas un seul jour n'est passé,
1505                 « Que nous n'ayons ces bois et ces forêts hantés.
                        « Charles, cet empereur, doit nous en savoir gré !
                        « Mais le temps est venu, si longtemps désiré !
                        « Trop longtemps sont ici nos ennemis restés.
                        « Si nous avions chevaux que nous puissions monter,
1510                 « Alors nos ennemis pourraient le regretter.
                        « Par l'Apôtre à Saint-Pierre de Rome invoqué,
                        « Jamais n'en verrai un qui n'ait tête coupée !
                        « Qui par Dieu le pourra vienne me conseiller !
                        — Sur ma foi, Sire, répond Aalard l'aîné,
1515                 « Si vous le voulez bien, vous dirai ma pensée.
                        « De la grande misère sommes très affectés,
                        « Dont jamais en ce siècle ne serons sauvés.
                        « Faisons donc autrement, si croire me voulez :
                        « Revenons à Dordone la noble cité,
1520                 « Retrouver notre mère, de nous tant privée,
                        « Dont la douleur est grande, et qui a tant pleuré.
                        « Si elle peut le faire, secours va nous donner :
                        « Elle devrait avoir de nous grande pitié.
                        — Frère, lui dit Renaud, c'est bien la vérité.
1525                 « Ce soir nous partirons, sitôt la nuit tombée. »
                        Quand les autres l'entendent, tous l'ont remercié.


            § Départ pour Dordone


                        Et au début de mai, quand on fut en été,
                        Que fleurissent les bois, et verdissent les prés...
                        “En autre terre, malheureux, les prisonniers !”
1530                 C'est bien pour eux que ce proverbe trouvé,
                        Eux qui ont tant souffert et ont tant enduré !
                        Si bien ont chaque nuit galopé, chevauché,
                        Qu'ils sont arrivés près de là où ils sont nés :
                        De Dordone† ils ont vu le château élevé,
1535                 Ses murs de pierre grise, et les bois et les prés,
                        Et la grande richesse qu'ils ont dû quitter.
                        Du bonheur d'autrefois ils se sont rappelés.
                        D'émotion, et de peine, les frères sont pâmés.
                        Renaud les releva, les a réconfortés :
1540                 « Que Dieu nous vienne en aide, nous, les malmenés !
                        « Si on nous reconnaît, si on peut nous nommer,
                        « Et si Aymes nous prend, à mort serons livrés ! »
                        Guichart a répondu : C'est bien la vérité.
                        — Mais bien à tort, dit-il, nous sommes affolés :
1545                 « D'Ardenne nous avons bien su nous échapper,
                        «  Mais de cette misère où nous avons été,
                        « Noirs et velus nous sommes, des ours enchaînés !
                        « Nous ne serons jamais reconnus, remarqués.
                        «  Nous chevauchons tranquilles, rênes relâchées,
1550                 « Mais si dans cette ville nous pouvions entrer,
                        « Ne serions accueillis par quiconque y est né,
                        « Mais si on nous prenait pour y être jugés,
                        « Alors nous y serions au martyre voués. »


            § Ils entrent au château


                        Par la plus grande porte en la ville ont entré,
1555                 Et n'y furent du tout reconnus, remarqués.
                        Tous ceux qui les ont vus en furent étonnés
                        Et l'un à l'autre dit : « Où les a-t-on trouvés ?
                        « Je crois bien qu'il ne sont de cette terre nés ! »
                        Chevaliers et bourgeois les ont interrogés :
1560                 « Êtes vous pénitents ? Ou convertis seriez ?
                        — Seigneurs, a dit Renaud, cessez de bavarder.
                        « Nous sommes gens mal nés, comme vous le voyez. »
                        Et puis il a piqué Bayard† des deux côtés.
                        Sous un grand pin enfin ils se sont arrêtés,
1565                 Et leurs quatre chevaux alors ont attachés.
                        En haut, vers le palais, les frères sont montés,
                        Mais ils le trouvent vide, quand ils sont arrivés.
                        À une grande table ils se sont installés,
                        Qu'ils ne quitteront pas — sauf s'il sont très fâchés,
1570                 Car leur père, duc Aymes était allé chasser,
                        Et avec lui ses hommes, en grande quantité.
                        Quatre cerfs avaient pris, ils en étaient comblés.
                        Le Duc Aymes revient, de tous accompagné,
                        Il ne sait pas un mot de ses fils installés
1575                 À Dordone, au palais, dans sa propre cité !
                        Richard et Aalard, Guichard le renommé,
                        Et leur frère Renaud pour eux plein de bonté,
                        Ils sont là tous ensemble, et dorment, fatigués,
                        Mais le repas n'est pas encore préparé :


            § Arrivée de leur mère


1580                 La dame de sa chambre sort, avec bonté,
                        Et ses fils la regardent, eux qu'elle a tant aimés.
                        Aalard à Renaud a dit : Frère, voyez :
                        « Voyez-là, notre mère, qu'il nous faut louer !
                        — Sire, lui dit Guichard, c'est bien la vérité.
1585                 « Beau frère, allez vers elle, allez la saluer,
                        « Nos ennuis, nos misères allez lui conter !
                        — Non, répondit Renaud, je ne veux y penser,
                        « Mais j'attendrai un peu qu'à nous elle ait parlé,
                        « Pour savoir si de nous sa pensée est changée. »




NOTES

invoqué Dans le texte original on lit : “Neron prez” , soit littéralement : “le pré de Néron”, c'est-à-dire l'endroit où se trouve la Basilique Saint-Pierre, à Rome.

pierre Le texte dit : “araine bise”. Mes dictionnaires indiquent « semble indiquer une sorte de ciment gris ». J'ai préféré “pierre”, plus “noble”...

mal nés C'est-à-dire “nés soue une mauvaise étoile”. L'expression désigne ceux dont le destin est plutôt funeste.