journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 36

SYNOPSIS : “Coup de théâtre” : La duchesse reconnaît Renaud... retrouvailles avec ses trois fils.

§ Arrivée de leur père § Réponse de Renaud à son père

                        La duchesse se lieve el palais en estant,
                        Et voit muer Renaut son vis et son senblant.
1625                 Il avoit une plaie enz el vis par devant,
                        A Bordele fut fete quant il estoit effant ;
                        Quant sa mere le voit sel va reconoissant,
                        Vers li se retorna si li dist en oiant :
                        « Ha ! Renaut, ce es tu ! Por quoi te vas celant ? »
1630                 Quant li cuens l'entendi, si s'enbronche en plorant ;
                        La duchesse l'esgarde si li cort maintenant
                        Plorant, brace levee va baisier son enfant,
                        Et puis aprés les autres sanz nul arestement.
                        La dame les aresne si lor dit en plorant :
1635                 « Enfanz, mult estes povre, mesaise avez mult grant.
                        « Donc n'avez vos o vos escuer ne sergant ?
                        — Oil, dit Aalart a l'aduré talant,
                        « Treis gentiz conpaignons, n'en i a plus vivant,
                        « Qui nos gardent la hors chascun .j. auferrant. »
1640                 Quant la ducheise l'ot s'en apele Dinant :
                        « Alez moi la desoz ces degrez avalant,
                        « Si pernez le cheval a Renaut mon enfant,
                        « Et les autres chevalx, autresi vos comant. »
                        Et cil repondi : « Dame, tot a vostre talant. »
1645                 Entreci qu'as barons ne se va atarjant,
                        Il les a apelez si lor dist maintenant :
                        « Barons alez la sus, ne soiez delaiant.
                        « J'en merrai ces destriers en cele estable avant. »
                        Li baron sunt montés el palais maintenant.
1650                 « Seignor, ce dist la dame, bien soiez vos venant. »
                        Delez les .iiij. freres les assist maintenant.
                        Le mengier est tot prez et l'en lor met devant :
                        Char ont et venoison, et ont maslart volant,
                        Vin boivent et claré a une cope grant.


            §


1655                 Estes vos li dux Aymes parmi la porte errant,
                        Et repere de chace, mult ot le cuer joiant,
                        Quatre cers orent pris a la muete corant ;
                        Et a trovez ses filz a la table soiant ;
                        Si furent nu et povre n'eurent nul connoissant.
1660                 La ducheise apela si li dist en riant :
                        « Dame, qui sunt cist home ? bien semblent peneant.
                        — Sire, ce sunt mi fil que vos travailliez tant.
                        « Es espois en Ardenne ont mesese eü grant ;
                        « Or sunt venu a moi qui ere desirant.
1665                 « Herbergez les ennuit, por Deu voir raemant ;
                        « Le matin s'en iront par son l'aube aparant,
                        « Jamés ne les verrai en trestot mon vivant. »
                        Quant li dus l'entendi, toz teint de mautalent,
                        Vers ses fiz se torna, si lor dist son talent :
1670                 « Enfanz, Dex vos confonde qui sor toz est puissanz !
                        « Que quersistes vers moi ? ne sui vo bien voillant :
                        « Forsjuré vos ai toz vers Karles le ferrant ;
                        « Se je ne vos i rent parjurez qsui vilment ?
                        « Trop par estes chaitif, mauvés, et recreant,
1675                 « Vos ne valez tuit .iiij. la monte d'un besant :
                        « Donc ne troviez moine ne convers ne serjant
                        « Qui vos doinst raancon ou d'or fin, ou d'argent ?


            §


                        — En la moie foi, pere, dist Renaut le vaillant
                        « Se vos marches sunt quites partot comunalment,
1680                 « Ce ne sunt pas les autres par le mien escient :
                        « Asez puet ont aler et arriere et avant,
                        « Ne troverez .j. home, chevalier ne serjant,
                        « Clerc, provoire ne moine, ne nul borjois vaillant,
                        « Fors celx qui es chasteaus sont fui maintenant.
1685                 « Et l'autre an es espois me feistes mal tant :
                        « Mon chastel me tolistes, dont j'ai le cuer dolant,
                        « Entre vos et Karlon qui a le poil ferrant ;
                        « Aprés me revenistes laidement anchaucant,
                        « Toz nos desconfissistes delez .j. desrubant :
1690                 « De .vij.c. chevaliers n'en furent eschapant
                        « Ne mes ces .iij. barons qui ici sunt seant.
                        « Por nos perdrez vos Deu le pere omnipotent. »
                        Et quant Aymes l'oï forment va sospirant.




                        La duchesse vers lui est allée, se levant,
                        Et voit que de Renaud le visage est changeant :
1625                 Il avait une plaie sur la joue, par devant,
                        À Bordeaux la reçut, quand il était enfant ;
                        Quand sa mère la voit, et le reconnaissant,
                        Vers lui elle se tourne, et à lui s'adressant :
                        « Ah ! Renaud ! Est-ce toi ? Pourquoi vas te cachant ? »
1630                 Quand Renaud l'entendit, il s'incline en pleurant ;
                        La duchesse le voit, vers lui va maintenant
                        Et pleurant, l'étreignant, embrasse son enfant,
                        Et puis après les autres, avec empressement.
                        À eux elle s'adresse, et leur dit en pleurant :
1635                 « Vous êtes mal en point, vous, mes pauvres enfants !
                        « Vous n'avez donc aucun écuyer ni servant ?
                        — Si, a dit Aalard, dont les talents sont grands,
                        « Trois nobles compagnons, et bien des plus allants,
                        « Qui gardent nos chevaux, au dehors, maintenant.
1640                 La duchesse l'entend, et appelle Dinant :
                        « Allez donc là-dessous, descendez à l'instant,
                        « Et prenez le cheval de Renaud, mon enfant,
                        « Avec les autres, tel est mon commandement. »
                        Et lui a répondu : « Dame, je vous entends. »
1645                 Il est alors venu vers ceux-là, attendant,
                        Il les a appelés, maintenant, leur disant :
                        « Chevaliers vous devez monter là maintenant :
                        « Ces destriers mettrai à l'écurie devant. »
                        Les hommes sont montés au palais, maintenant.
1650                 « Seigneurs, leur dit la dame, ici soyez contents. »
                        Auprès des quatre alors les voici s'asseyant.
                        Le repas est servi, on leur a mis devant
                        Viande ou bien venaison, et canard. À présent,
                        Dans des coupes ont bu du clairet, et du blanc.


            § Arrivée de leur père


1655                 Et voici que soudain le duc Aymes, arrivant
                        De la chasse revient, et se réjouissant :
                        Quatre cerfs avaient pris avec leurs chiens courants.
                        Et trouve alors ses fils à table festoyant !
                        En haillons, miséreux, ne les connaît, pourtant.
1660                 La duchesse il appelle, et lui dit en riant :
                        « Dame ! Qui sont ces gens, est-ce des pénitents ?
                        — Sire, ce sont mes fils que vous torturez tant !
                        « Dans la forêt d'Ardenne ont vécu durement.
                        « Ils sont venus vers moi, je les désirais tant !
1665                 « Logez les cette nuit, par Dieu le Tout Puissant ;
                        « Au matin, partiront, à l'aube blanchissant,
                        « Et ne les verrai plus, jamais, de mon vivant ! »
                        Quand le duc l'entendit, de colère en fut blanc ;
                        Vers ses fils se tourna, et leur dit, menaçant :
1670                 « Enfants ! Dieu vous confonde, Lui le Tout Puissant !
                        « Qu'attendez-vous de moi ? Ne suis pas bienveillant !
                        « Je vous ai renié, devant Charles le Grand
                        « Si à lui ne vous rends, parjuré suis vraiment !
                        « Vous n'êtes que des lâches, mauvais et méchants,
1675                 « A vous tous ne valez même pas un besant !
                        « Vous ne trouveriez pas ni moine, ni servant
                        « Qui pour votre rançon donnerai de l'argent !


            § Réponse de Renaud à son père


                        — Sur ma foi, Père, a dit Renaud le très vaillant,
                        « Si vos terres sont sûres généralement,
1680                 « Les autres le sont moins, par mon propre escient :
                        « On y peut bien aller en arrièren en avant,
                        « Sans y trouver un seul chevalier ou servant,
                        « Clerc, ou prieur ou moine, ou bien bourgeois vaillant,
                        « Sauf ceux qui ont quitté leur château, maintenant.
1685                 « Dans la forêt m'avez fait du mal tellement :
                        « Mon château m'avez pris, j'en suis très mécontent,
                        « Vous avec Charlemagne, empereur vieillissant ;
                        « Et vous êtes encore revenu, nous chassant,
                        « Vous nous avez vaincu près d'un rocher fort grand :
1690                 « De sept cents chevaliers ne furent s'échappant
                        « Que les trois qui sont là, qui sont ici vivants.
                        « Pour nous oublierez-vous le Dieu omnipotent ? »
                        Quand il entend cela, Aymes va soupirant.




NOTES

Bordeaux C'est la seule mention de “Bordeaux” dans toute la Chanson ; peut-être un “lapsus calami” ?

le Grand Traduction : l'épithète “ferrant” étant une cheville fréquente, et sans signification particulière,j'ai pensé que je pouvais me permettre cette petite entorse...

besant Monnaie d'or de Byzance.