journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 37

                        Or sont li .iiij. frere el palais a Dordon ;
1695                 N'ont chemise ne braie, ne chauce ni chaucon.
                        Entre elx et lor chier pere conmence la tencon ;
                        Li viellart les a mis fierement a raison :
                        « Glotons, Dex vos co[n]fonde qui soffri passion !
                        « Je ne vos pris toz .iiij. vaillant .j. esperon.
1700                 « Noir estes et velu ausi come gaingnon.
                        « Quel guerre faites vos l'emperere Karlon ?
                        « Ne trovez en sa terre donc aiez garison,
                        « Chevalier ne borjois donc aiez raancon ?
                        « N'estes pas chevalier, anceis estes garcon !
1705                 « Ja a il assez gent dedenz sa region,
                        « Clercs, provoires et moines de grant relegion,
                        « En cler saïn lor gisent le foie et le pomon :
                        « Mieldres est moine en rost que cisne ne poon.
                        « Brisiez ces abeïes a force et a bandon :
1710                 « Qui del suen vos dorra si ait salvacion ;
                        « Et qui nel vodra faire ja n'i ait garison :
                        « Mengiez les et cuissez en feu et en charbon !
                        « Damledex me confonde, enfanz, ce dist Aymon,
                        « Se j'anceis nes mangeoie que de fain morison
1715                 « Il ne vos feront ja plus mal que venoison. 
                        « Issiez hors de ma terre ; voidiez moi ma maison,
                        « Que ja n'aurez del mien vaillant .j. esperon.
                        — Sire, ce dist Renaut, vos distes que malx hon.
                        « Tant en avon ocis le nonbre n'en savon.
1720                 « Or nos volez destruire si con fusson larron,
                        « Or avomes tant fet que somes en maison,
                        « Des or devrions estre del tot a garison.
                        « Mais par la foi que doi au cors saint Semion,
                        « Vos le conperrez chier ainz que nos departon. »


                        Voilà les quatre frères au palais de Dordon.
1695                 N'ont chemise ni chausse, et non plus de chaussons !
                        Entre leur père et eux, grande est la discussion.
                        Le vieillard fièrement veut les mettre à raison :
                        « Canailles, Dieu vous voit, qui souffrit la Passion !
                        « Vous ne valez pour moi même pas un jeton.
1700                 « Noirs et velus vous êtes, comme chiens le sont.
                        « À Charles l'Empereur, quelle guerre faites donc ?
                        « N'avez-vous en sa terre assez de protection,
                        « Chevaliers ou bourgeois pour en tirer rançon ?
                        « Vous n'êtes chevaliers, vous n'êtes que larrons !
1705                 « Il est assez de gens dans toute la région,
                        « Clercs, moines et prieurs, de bonne religion,
                        « Chez qui le corps est sain, le foie et le poumon :
                        « Mieux vaut moineau rôti qu'un cygne ou que un paon.
                        « Brisez ces abbayes sans même hésitation :
1710                 « Qui donne ce qu'il a aura la rédemption,
                        « Et qui ne le voudra, jamais de guérison :
                        « Mangez-les, cuisez-les sur un feu de charbon !
                        « Au nom de Notre Dame, enfants, a dit Aymon,
                        « Si je mourais de faim, n'en ferais exception :
1715                 « Ils ne vous feront pas plus mal que venaison.
                        « Partez donc de ma terre, et quittez ma maison,
                        « Car de mes biens n'aurez jamais moindre portion.
                        — Sire, répond Renaud, vos mots ne sont pas bons.
                        « Tant en avons occis, leur nombre ne savons.
1720                 « Et vous nous traiteriez comme mauvais larrons ?
                        « Nous en avons tant fait pour être à la maison
                        « De tout ce qu'il nous faut avoir nous devrions !
                        « Mais par la foi que j'ai, au nom de Saint Simon,
                        « Vous le paierez très cher, avant que nous partions ! »