journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 4

90                   Renaut avoit feru en la forte quinta[i]ne
                        Que brisee ot l'estache o l'espié de Limaigne,
                        Tot chaï en .j. mont es prez par desus Saigne.
                        Le jor en fu loez de mainte chastelaine.
                        Et mult en fu loez del boen rois Karlemaine.
95                   Mult par aime Renaut filz sa seror germaine,
                        Mais iré le fera anceis la quarantaine,
                        Le cuer li voudroit traire par dehors l'entraigne
                        Qu'il ocist son neveu, ci out mauvés covaine,
                        Il ot non Bertelay et fu de sa prochaine.
100                  Donc li deux releva et la tres grant engaigne :
                        N'out baron jusqu'as monz qui sunt devers Espaigne,
                        D'iluec en Lombardie desi qu'en Alemaigne,
                        Ne deca devers Flandres, qui a terre remaigne,
                        N'ot il mie .j. baron de guerre ne ses plaigne.

90                   Renaut avait frappé en plein dans la quintaine
                        En a brisé l'attache et l'épieu de Limagne,
                        Tout est tombé d'un coup sur le pré de la Seine.
                        Cet exploit fut loué de mainte châtelaine,
                        Et fort loué aussi du bon roi Charlemagne,
95                   Qui aime tant Renaut, fils de sa soeur germaine,
                        Mais qui lui fera tort avant sa quarantaine !
                        Il lui voudra tirer tout vif le cœur qui saigne :
                        Trucider son neveu lui valut cette haine...
                        Bertelai se nommait, fils d'une soeur prochaine.
100                  De ces deux il apprit la querelle certaine ;
                        Il n'y eut de baron qui d'ici en Espagne,
                        Depuis la Lombardie, et jusqu'en Allemagne,
                        Non plus que jusqu'en Flandre en sa terre se tienne,
                        De guerre il n'en est pas un seul qui ne se plaigne.