journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 5

SYNOPSIS :

§ Fuite vers l'Ardenne

105                  Grant duel vait demenant l'empereor Karlon
                        Por la mort de Lohier qui mult par fu preudon.
                        La plorerent le jor maint chevalier baron.
                        Tant chevel ont tiré, tant vermeil ciglaton ;
                        Tel noise i demenerent et tele bruïson
110                  [Qu'à paines li .i. l'autre entendre poist l'on.]
                        Oez que avoit fet Renaut le fiz Aymon :
                        Il a mandé son pere si l'a mis a raison :
                        « Pere ce dist Renaut, coment esploiteron ?
                        «Remaindrons [nos] ici ou nos nos en irons ?
115                  « Je dot que Karlemaigne me prenge a acheson
                        « Por ce il est vo frere, nostre oncle ce savon :
                        « Por ce nos metroit tost li rois en [sa] prison,
                        « Ne remaindra a tel, ja mar en doteron :
                        « Vos verrez frant [la] guerre et la destrucion.
120                  — Bien puet estre, beax fiz, ce dist li dus Aymon.
                        « J'en ai mult grant poor, foi que doi seint Symon.
                        « Alons en a Dordone sanz nule aresteison,
                        « Si garniron la vile, le chastel referon.
                        « Bien sai que l'emperere nos en movra tencon.
125                  — Par foi, ce dist Renaut, tot issi l'otroion. »


            § Fuite vers l'Ardenne


                        Lors vestent les haubers, lacent heaumes roon,
                        Et ceignent les espees au senestre geron,
                        Et montent es chevaux auferrant et gascon.
                        De Paris sont issu trestuit en .j. randon,
130                  Bien sunt en lor conpaigne .iiij.c. conpaignon,
                        Droitement vers Ardene acheminé se sunt.
                        Or les conduie Dex qui forma tot le mont.
                        S'adonques les tenisy Karles de Meloon,
                        Ne veïssent lor piez de[s]c'a l'Acenssion.
135                  Or cheuchent li prince a coite d'esperon,
                        Ne par jor ne par nuit n'i ot arestoison,
                        Si vindrent a Dordone, descent chascun par non,
                        Chascun a sun ostel est vebu abandon.
                        Mult [par] furent vaillant li .iiij. filz Aymon
140                  Qui puis furent pené durement par Karlon,
                        Et mistrent mainte vile en feu et a charbon.
                        Lor chasteaux font garbir sanz bule arestoison,
                        Manderent sodoiers plenté et a foison.

105                  Charles notre empereur est fort triste en raison
                        De la mort de Lohier qui fut si noble et bon.
                        Cette mort fut pleurée par de nombreux barons :
                        Ils tirent leur cheveux, et leurs manteaux défont,
                        Ils mènent grand tapage, tellement de bruit font,
110                  Qu'à peine l'un à l'autre se parler peut-on.
                        Sachez ce qu'il a fait, Renaud, le fils Aymon  !
                        Son père a fait venir, et lui fait la leçon :
                        « Père, lui dit Renaut, qu'est-ce que nous ferons  ?
                        « Allons nous demeurer ou bien nous en irons  ?
115                  « Je crains que Charlemagne m'ait en suspicion,
                        « Car il est votre frère, notre oncle, le savons.
                        « Pour cela nous mettra tous dedans sa prison,
                        « Sans grâcier personne, fort bien nous le savons   !
                        « Alors plutôt la guerre, et ses destructions. »
120                  — Vous avez bien raison, a dit le duc Aymon.
                        « J'en ai peur, par la foi que j'ai en saint Simon.
                        « Allons donc à Dordone†, sans hésitation  ;
                        « Occupons cette ville, et château réparons,
                        « L'Empereur fera tout pour que nous en sortions.
125                  — Renaut a dit : sur ça, nous nous accorderons. »


            § Fuite vers l'Ardenne


                        Les hauberts ont passé, les heaumes lacés ont,
                        Les épées ont passé, à gauche en leur giron,
                        Ils montent leurs chevaux, de bons guerriers gascons.
                        De Paris sont sortis en précipitation,
130                  Emmenant avec eux quatre cents compagnons,
                        Vers l'Ardenne tout droit ont pris la direction.
                        Dieu puisse les conduire, qui fit la création !
                        Charles est alors venu après eux depuis Laon,
                        Ils n'ont mis pied à terre jusqu'à l'Ascension.
135                  Les princes ont chevauché piquant des éperons,
                        De jour comme de nuit sans s'arrêter ils vont ;
                        A Dordone† arrivés l'un après l'autre sont,
                        Chacun à son logis sans nulle hésitation.
                        Ils sont vraiment vaillants, les quatre fils Aymon,
140                  Eux qui de Charlemagne risquant la punition,
                        Tant de villes ont prises, réduites en charbon !
                        Ils ont fait renforcer leurs châteaux à façon,
                        Enrôlé des soldats, sans cesse, et à foison.

NOTES

Dordone† D'après le contexte, il ne s'agit pas de la Dordogne mais plutôt d'un endroit de la forêt des Ardennes, sur la localisation duquel on a longtemps débattu et on débat encore !