journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 7

SYNOPSIS : On notera l'incohérence de la composition : Bertolai est donné comme mort avant que son assassinat par Renaut ne soit évoqué.

§ Annonce du drame qui va se dérouler... § Renaut essaie de dissimuler son méfait § Renaut tue Bertolai† d'un coup d'échiquier sur la tête... 

            §            


                        Grant joie fet li rois de danz Ayme le ber :
                        De faudestuef descent sel corut acoler,
                        Et Renaut le fiz Aymess que il doit mult amer ;
160                  Grant joie deme[ne]rent li novel bacheler.
                        Karles demanda l'eve, s'asient au disner,
                        Donc sient par les tebles li demaine et li pers ;
                        S'il furent bien servi ne fet a dema,der.
                        Et quant il ont disné si prenent a elver.
165                  Apres icele joie covint en duel torner.
                        Li damoisel vaillant conmencent a joer ;
                        [Li .i. en vont as chanz a cheval behorder,
                        Renaus et Bertolaiz s'asieent per a per,
                        Niés estoit Karlemaigne, forment fist a loer,
170                  Hélas ! mar i asist, il s'en covint finer.


            §


                        Il comencent entr'els durement a joer,]
                        Mais tant dura le jeux qu'il pristrent a i[r]er.
                        Li neveuz Krlemaigne lessa le poing aler,
                        Renaut le fiz Aymon va tel bufe doner
175                  Que les .ij. eaux del front li fet estenceler.
                        Come Renaut le vit prist soi a forsener ;
                        Por l'amor Karlemaigne ne l'osa adeser,
                        La ou il vit rois Karles a li s'ala clamer :
                        « Sire droiz emperere, je nel vos qui[e]r celer,
180                  « Mon oncle m'avez mort donc mult me doit peser.
                        « [Et vostre niés meïsmes m'ala hui bufeter.]
                        « Quidez que ne m'en poist, droit emperere ber ?
                        « La mort Buef d'Aygremont vos vodrai demander
                        « Que vos m'en faciez droit, par le cors seint Omer,
185                  « Ou se ce non, danz rois, il m'en devra peser. »
                        Come Karles l'oï, si comence a penser,
                        La soer fiere chiere fet mult a redoter.
                        « Malvais garcon, dist il, par le cors seint Omer,
                        « A poi que ne vos vois de ma paume doner ! »


            §


190                  Come Renaut l'oï, sel prent a redoter,
                        Et regarda ses freres que lez li vit ester,
                        Bien conut lor corage a la color muer,
                        De mult grant hardement se prist a porpenser.
                        Il prist .j. eschequi[e]r donc il orent joé,
195                  Et vit ses ennemis entor li aüner,
                        Berttelai en feri quant que il pout esmer
                        Amont parmi le chief que il ne pot durer,
                        Le cervel li espant, les euz li fet voler,
                        De si haut com il fu l'a fet mort craventer ;
200                  L'ame s'en est alee del vaillant bacheler.

            § Annonce du drame qui va se dérouler...


                        Le roi se réjouit qu'Aymes soit arrivé :
                        Il a quitté son trône, est venu l'accoler.
                        Et Renaut lui aussi, qui de lui est aimé.
160                  Ils se sont réjoui, les nouveaux chevaliers !
                        Charles demande l'eau, ils s'assoient pour dîner :
                        Ils se sont tous assis ses vassaux et ses pairs.
                        S'ils furent bien servis n'est pas à demander !
                        Et quand ils ont dîné, alors se sont levés ;
165                  Mais cette joie pourtant en peine va tourner...
                        Les vaillants jouvenceaux commencent à jouer ;
                        Les uns vont à cheval dans les champs promener,
                        Eux s'assoient face à face, Renaut et Bertolai†,
                        Neveu de Charlemagne, homme fort honoré.
170                  Hélas ! Mal lui en prit, pour mal se terminer !


            § Renaut essaie de dissimuler son méfait


                        Ils se sont durement en ce jeu affrontés, 
                        Et tellement dura, la colère est montée :
                        Bertolai le neveu du poing l'a menacé,
                        Et Renaut, fils d'Aymon, violemment l'a frappé,
175                  Tellement qu'il lui fait la cervelle éclater.
                        Quand Renaut vit cela, il en fut affolé,
                        Et par respect pour Charles, n'osa le toucher...
                        Il alla le chercher, et quand il l'eut trouvé :
                        « Sire, noble Empereur, ne puis vous le cacher
180                  « Par vous mon oncle est mort, et ne puis l'endurer ;
                        « Votre neveu lui-même aujourd'hui m'a giflé :
                        « Grand Empereur, cela je ne puis supporter !
                        « De Beuves d'Aigremont, la mort que vous savez,
                        « Par saint Omer je viens, raison vous demander,
185                  « Et si ne le voulez, Sire, me contrariez. »
                        Quand Charles l'entendit, il se prit à penser
                        Qu'il avait pour lui-même tout à redouter.
                        « Mauvais garçon, dit-il, au nom de Saint Omer,
                        « Pour un peu je voudrais de mon poing vous frapper ! »


            § Renaut tue Bertolai† d'un coup d'échiquier sur la tête... 


190                  Quand Renaut l'entendit, il en fut effrayé ;
                        Il regarda ses frères, qui n'avaient pas bougé :
                        Il sut ce qu'ils pensaient, voyant leur teint changer,
                        Et de grandes batailles vint à redouter.
                        Il a pris l'échiquier dont ils avaient joué
195                  Voyant ses ennemis tout autour assemblés,
                        En frappa Bertolai† d'un coup bien ajusté,
                        En plein dessus la tête, jusqu'à l'achever ;
                        Sa cervelle répand, les yeux lui fait voler,
                        De toute sa hauteur, il l'a comme écrasé.
200                  Du vaillant chevalier, l'âme s'en est allée !

NOTES

l'eau Rituel classique : on mange avec les doigts, et on apporte donc une aiguière pour se les laver au début du repas. C'est ce qui se pratique encore couramment au Maghreb.

éclater On remarquera que l'événement majeur, annoncé ici, est repris en détails un peu plus bas...