journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 8

Lamentations sur la mort de Bertholet.

                        Or est mort Bertelai le nevo Karlemaigne.
                        Karlemaigne le vit, de mautalent engraigne ;
                        Il escria ses homes a clere voiz hauteine :
                        « Barons, car l'ociez, por amor Dé demeine ! »
205                  Lors le voudront tuer, c'est verité certaine.
                        Ces noveles oï son lignage demeine.
                        Maint bon drap i ot rot qui estoit teint en graine,
                        Tant chevalier sanglent, qui que plaist ne qui plaigne,
                        Mult fu fort la bataille de la fiere conpaigne.
210                  Es vos la fort meslee et le mal qui engraingne.

                        Il est mort, Bertelai, neveu de Charlemagne.
                        Et en voyant cela, l'Empereur a de la hargne.
                        À ses hommes a crié, d'une voix forte et digne :
                        « Barons ! Au nom du ciel, à mort je le destine ! »
205                  Dès lors il est voué à une mort certaine...
                        Et entendant cela, les siens ont grande peine.
                        Vêtements déchirés, teints de rouge qui saigne,
                        Chevaliers tout sanglants, mais nul qui ne s'en plaigne,
                        Terrible ce combat sous de telles enseignes,
210                  Une affreuse mêlée où c'est le Mal qui règne !