journal

prev

SOMMAIRE

prev

Laisse 9

SYNOPSIS : Du point de vue de “l'action”, on notera le “coup de théâtre” destiné à relancer le récit : un “valet” révèle “par hasard” (v. 273) l'endroit où se sont réfugiés “les quatre fils Aymon”. La ficelle est un peu grosse, mais c'est une convention tout à fait classique — et que l'on trouve aussi jusque dans le théâtre du XVIIe.

§ Bayard § La fuite en Ardenne

                        De Paris sont parti li .iiij. fil Aymon,
                        Et Karles le[s] fait sivre a cuite d'esperon.
                        Qui ainz ainz, qui mielz mielz monterent atencon.
                        .C. chevaliers le[s] sivent a force et a bandon :
215                  Meïsmes Karlemaigne le[s] sivi de randon
                        Sus ferrant d'Alisandre qui va comme faucon.
                        Et li vassal s'en vont a force d'esperon ;
                        En la chace le roi ne doent .j. boton ;
                        Entresi qu'a Seint Liz n'i ot areisteison


            § Bayard


220                  Tel aventure avint as .iiij. filz Aymon :
                        Lor chevaux estancherent, ne valent j boton
                        Mais Bayart ne dolut ne jambe ne jambon.
                        Quant Renaut vit ses freres remaner a bandon,
                        « He Dex ! ce dist Renaut, coment nos contendron ?
225                  « Se mes freres i lais, jamais enor n'auron. »
                        Aalart apela si li dist sa raison :
                        « Beau frere, dist Renaut, montez ci a bandon. »
                        Et il a respondu « Se Dex plest, non feron.
                        Es vos parmi la plaingne, bessié le gonfanon,
230                  .j. vassal apoignant qui avoìt non Huon,
                        Sire fu de Perone et si tenoit Mascon,
                        Et escria Renaut : « Filz a putain gloton,
                        « Mar i avez ocis le chevalier baron :
                        « Karles vos en rendra mult malvés guerredon. »
235                  Renaut hurte Bayart le cheval arragon,
                        Va ferir en l'escu le preuz conte Huon,
                        Tant com hanste li dure l'abati el sablon,
                        [Puis rechevauche avant] isnel comme faucon
                        Aalart le bailla sanz nule aresteison,
240                  Et il i est montez sanz fere lonc sarmon,
                        Et Richart et Guichart sor Bayart l'Arragon.
                        Or s'en tornent li frere qui Dex face pardon.
                        Quant Bayart se senti si chargié des baron,
                        Il a bessié le col et escos le crepon ;
245                  Adonc ne se tenist a lui esmerilon ;
                        Hui més ne dotent il l'empereor Karlon.
                        Lors trespassent les terres et li val et li mon
                        Onques ne s'aresterent jusqu'as Valx de Faucon.
                        La nuit est parvenue, si retorna Karlon,


            § La fuite en Ardenne


250                  A Paris s'en revint toz plains de marrisson
                        Girart s'en est parti, li dux de Rosillon.
                        Et Doon de Nantuil o le flori gernon ;
                        Ainz ne pristrent congié l'empereor Karlon.
                        Karles apele Aymon si l'a mis a raison ;
255                  La jura li dux Aymes sor les seins abandon,
                        Et forsjura ses filz sor le cors seint Simon.
                        Jamais n'auront del suen vaillant .j. esperon
                        Ne nes recetera a plain ne a maison.
                        Adonc se departi de la cort abandon,
260                  Et s'en vint à Dordone a cuite d'esperon.
                        La trova il ses filz, de verté le savon ;
                        Adonc les en chassa sanz nule aresteisson.
                        Et lor dona del suen asez et a foison.
                        De Dordon se départent [li] .iiij. filz Aymon
265                  Desique en Ardene ne font aresteison,
                        La firent .j. chastel qui Montessor ot non,
                        Si coiment le firent onques ne le sout on,
                        Quer cil cremoient mult l'emper[e]or Karlon.
                        Li rois fu a Paris en sa maistre maison,
270                  A ses barons se claime des .iiij. filz Aymon.
                        Mult demora lonc tens, par certé le savon,
                        Que n'en oï noveles l'empereor Karlon,
                        Fors que a .j. trespas que li dist .j. garcon
                        Que la sont ostelé li .iiij. fil Aymon.
275                  Come li rois l'oï, Dex loa et son non.
                        Il en avoit juré sa barbe et son menton
                        Que sor elx en ira a cuite d'esperon :
                        Donc fit mander son ost entor et environ ;
                        De la gent que il mainne n'est se merveille non :
280                  Bien sunt .iiij.xx.m., si come nos dison.
                        Karles parti de France o le flori gernon,
                        L'oireflanbe bailla Galeran de Buillon ;
                        Lors errent et chevauchent li chevalier baron.
                        Lors [a] erré li rois qu'il vint a Monloon.

                        De Paris sont partis les quatre fils Aymon,
                        Charles les fait poursuivre à grands coups d'éperons.
                        À qui mieux mieux, et avec précipitation
                        Cent chevaliers alors sur leurs traces s'en vont,
215                  Et même Charlemagne, avec résolution,
                        Sur un cheval d'Alexandrie, comme un faucon.
                        Et les quatre s'en vont piquant des éperons :
                        Du roi qui les poursuit ils sont sans émotion,
                        Et jusque vers Senlis sans s'arrêter ils vont.


            § Bayard


220                  Voici ce qu'il advint aux quatre fils Aymon :
                        Assoiffés leurs chevaux ne valent rien de bon,
                        Mais Bayard†, lui, ne souffre pas du paturon !
                        Quand Renaut vit ses frères prêts à l'abandon,
                        « Dieu ! S'écrie-t-il, qu'est-ce que nous ferons ?
225                  « Si je laisse mes frères, l'honneur nous perdrons ! »
                        Il apelle Aalard, lui donne ses raisons :
                        «  Frère, lui dit Renaut, montez à croupeton !  »
                        Et lui répond, « Dieu veuille que nous le fassions ! »
                        Mais voici que surgit, baissant son gonfanon,
230                  Un puissant chevalier qui avait nom Huon,
                        Le sire de Pérone et maître de Mâcon ;
                        Il a crié  : « Renaut, fils de pute, larron,
                        « Bien mal vous en a pris d'occire un tel baron :
                        « Charles vous le fera payer à sa façon.  »
235                  Renaut lance Bayard†, bon cheval d'Aragon,
                        Et va frapper l'écu du preux Comte Huon,
                        Si fort qu'à terre tombe, vidant les arçons ;
                        Il lui prend son cheval, qui va comme un faucon,
                        Le donne à Aalard sans une hésitation.
240                  Alart est monté sans autre discussion ;
                        Et Richart et Guichart sur Bayard† d'Aragon.
                        Aux frères qui s'en vont Dieu donne son pardon !
                        Quand Bayard† se sentit chargé des trois barons,
                        Il a baissé le col, et secoué le front,
245                  Sur lui n'aurait tenu même un émerillon !
                        Maintenant jamais plus l'Empereur ne craindront.
                        Ils ont franchi des champs et des vals et des monts,
                        Ne s'arrêtant enfin qu'en ce “val du Faucon”.
                        Mais la nuit est venue, Charles a dit : « Revenons »


            § La fuite en Ardenne


250                  Et vers Paris revint, tout plein de déception.
                        Girart aussi s'en va, le Duc de Roussillon,
                        Avec Don de Nanteuil, et sa barbe au menton,
                        Mais de leur empereur n'ont eu la permission.
                        D'Aymes Charles réclame alors la soumission ;
255                  Lui fait jurer sa foi sur les saints, en son nom,
                        Et renier ses fils, au nom de Saint Simon
                        De lui plus jamais rien de valeur n'obtiendront,
                        Ne les verra dehors ni dedans sa maison.
                        Il a quitté la cour sans une hésitation,
260                  Et s'en vint à Dordone† à grands coups d'éperons.
                        Il y trouva ses fils, cela nous le savons,
                        Et il les en chassa, sans une hésitation,
                        Mais leur distribua de ses biens, à foison.
                        Ils ont quitté Dordon, les quatre fils Aymon,
265                  Et jusque dans l'Ardenne, enfoncés ils se sont :
                        Ils ont fait un château : Montessor est son nom,
                        Dans le plus grand secret, aussi ne le sait-on,
                        Car de Charles craignaient beaucoup la punition !
                        À Paris se tenait le roi, en son palais :
270                  À ses barons se plaint des quatre fils Aymon,
                        Et pendant très longtemps, cela nous le savons,
                        Il n'eut pas de nouvelles de ces fils Aymon !
                        Mais par hasard un jour, un valet, un garçon,
                        Lui dit où se trouvent les .iiij. fils Aymon.
275                  En l'entendant, le roi loua Dieu et son nom.
                        Il s'était bien juré, par sa barbe au menton,
                        Que sur eux il irait, à force d'éperons.
                        Il a donc fait venir ses gens des environs
                        Et de sa troupe alors a vu la profusion :
280                  Ils sont quatre-vingt-mille, nous vous le disons.
                        De France il est parti, belle barbe au menton,
                        L'oriflamme a brandi Galeran de Bouillon ;
                        Ils ont bien chevauché, les chevaliers barons,
                        Le roi parvient enfin à la ville de Laon.

NOTES

faucon Je corrige, dans ma traduction, ce vers qui est manifestement fautif, en m'appuyant sur le vers 257 du Ms P.

au menton J'ai conservé certaines formules traditionnelles, comme : “Par sa barbe au menton”. On connaît “L'empereur à la barbe fleurie” de la “Chanson de Roland”. La parenté de ce genre de qualificatifs en guise de “cheville” est intéressante : si l'on considère que la “Chanson de Roland” est apparue environ deux siècles plus tôt que celle de “Renaut de Montauban”, la persistance de telles formules est assez remarquable...

l'Ardenne Charlemagne réagit à la mort de son neveu : le duc Aymes est mis en demeure de lui jurer fidélité et de renier ses fils : c'est le début de leur fuite “en Ardenne”, où ils vont construire un château... Ce château n'a cessé depuis, bien sûr, d'être revendiqué par diverses villes ou villages... Mais cette attribution, de toutes façons, est sujette à caution, puisqu'il ne s'agit pas de faits historiques avérés, mais d'une légende mise en poème !

quatre-vingt-mille J'ai conservé les exagérations habituelles dans ce genre de texte : « Ils sont quatre-vingt mille », ce qui est manifestement beaucoup pour une armée de cette époque...