prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 1-5 (v. 1-77)

                  

Le roi Marsile tient Conseil


                  
                  § Laisse 1
                  
                  Carles li reis, nostre emper[er]e magnes
                  Set anz tuz pleins ad estet en Espaigne :
                  Tresqu'en la mer cunquist la tere altaigne.
                  N'i ad castel ki devant lui remaigne;
5.               Mur ne citet n'i est remes a fraindre,
                  Fors Sarraguce, ki est en une muntaigne.
                  Li reis Marsilie la tient, ki Deu nen aimet;
                  Mahumet sert e Apollin recleimet :
                  Nes poet guarder que mals ne l'i ateignet. AOI*.
                  
                  § Laisse 2
                  
10.             Li reis Marsilie esteit en Sarraguce.
                  Alez en est en un verger suz l'umbre;
                  Sur un perrun de marbre bloi se culchet,
                  Envirun lui plus de vint milie humes.
                  Il en apelet e ses dux e ses cuntes :
15.             « Oëz, seignurs, quel pecchet nus encumbret :
                  Li emper[er]es Carles de France dulce
                  En cest païs nos est venuz cunfundre.
                  Jo nen ai ost qui bataille li dunne,
                  Ne n'ai tel gent ki la sue derumpet.
20.             Cunseilez mei cume mi savie hume,
                  Si m(e) guarisez e de mort et de hunte. »
                  N'i ad paien ki un sul mot respundet,
                  Fors Blancandrins de Castel de Valfunde.
                  
                  § Laisse 3
                  
                  Blancandrins fut des plus saives paiens :
25.             De vasselage fut asez chevaler,
                  Prozdom i out pur sun seignur aider;
                  E dist al rei : « Ore ne vus esmaiez !
                  Mandez Carlun a l'orguillus, (e) al fier,
                  Fedeilz servises e mult granz amistez.
30.             Vos li durrez urs e leons e chens,
                  Set cenz camelz e mil hosturs muers,
                  D'or e d'argent.IIII.C. muls cargez,
                  Cinquante carre, qu'en ferat carier :
                  Ben en purrat luer ses soldeiers.
35.             En ceste tere ad asez osteiet;
                  En France, ad Ais, s'en deit ben repairer.
                  Vos le sivrez a la feste seint Michel :
                  Si recevrez la lei de chrestiens,
                  Serez ses hom par honur e par ben.
40.             S'en volt ostages, e vos l'en enveiez,
                  U dis u vint pur lui afiancer.
                  Enveiu[n]s i les filz de noz muillers :
                  Par nun d'ocire i enveierai le men.
                  Asez est melz qu'il i perdent le chefs,
45.             Que nus perduns l'onur ne la deintet,
                  Ne nus seiuns cunduiz a mendeier. » aoi.
                  
                  § Laisse 4
                  
                  Dist Blancandrins : « Pa[r] ceste meie destre
                  E par la barbe ki al piz me ventelet,
                  L'ost des Franceis verrez sempres desfere.
50.             Francs s'en irunt en France la lur tere.
                  Quant cascuns ert a sun meillor repaire,
                  Carles serat ad Ais, a sa capele;
                  A seint Michel tendrat mult halte feste.
                  Vendrat li jurz, si passerat li termes,
55.             N'orrat de nos paroles ne nuveles.
                  Li reis est fiers e sis curages pesmes :
                  De noz ostages ferat tre[n]cher les testes;
                  Asez est mielz, qu'il i perdent les testes,
                  Que nus perduns clere Espaigne, la bele,
60.             Ne nus aiuns les mals ne les suffraites. »
                  Dient paien : « Issi poet il ben estre ! »
                  
                  § Laisse 5
                  
                  Li reis Marsilie out sun cunseill finet :
                  Sin apelat Clarin (...) de Balaguet,
                  Estamarin e Eudropin, sun per,
65.             E Priamun e Guarlan le barbet,
                  E Machiner e sun uncle, Maheu,
                  E Joüner e Malbien d'ultremer,
                  E Blancandrins, por la raisun cunter.
                  Des plus feluns dìs en ad apelez :
70.             « Seignurs baruns, a Carlemagnes irez;
                  Il est al siege a Cordres la citet.
                  Branches d'olives en voz mains porterez,
                  Ço senefiet pais e humilitet.
                  Par voz saveirs sem puez acorder,
75.             Jo vos durrai or e argent asez,
                  Teres e fiéz tant cum vos en vuldrez. »
                  Dient paien : « De ço avun nus asez ! » aoi.

                  

Le roi Marsile tient Conseil


                  
                  § Laisse 1
                  
                  Le Roi Charles, qui est notre grand Empereur,
                  En Espagne pendant sept années est resté :
                  Jusqu'à la mer il a conquis les hautes terres.
                  Il n'est aucun château qui lui ait résisté,
5.               Ni rempart ni cité ne lui reste à forcer,
                  Si ce n'est Saragosse, en haut sur la montagne.
                  Le Roi Marsile y règne, et ne croit pas en Dieu :
                  C'est Mahomet qu'il sert, et Apollin révère;
                  Mais il n'y pourra rien, le malheur l'atteindra ! AOI.
                  
                  § Laisse 2
                  
10.             Le Roi Marsile est installé à à Saragosse;
                  Il est allé dans un verger se mettre à l'ombre,
                  Et sur un banc de marbre bleu s'est allongé,
                  Avec autour de lui vingt mille de ses hommes.
                  Il a convoqué là ses comtes et ses ducs :
15.             « Écoutez bien, Seigneurs, le fléau qui nous guette !
                  Charles, celui qui est de France l'Empereur,
                  Chez nous s'en est venu pour nous mettre à merci.
                  Je n'ai aucune armée prête à livrer bataille
                  Et aucun de mes gens ne peut vaincre la sienne.
20.             Vous mes sages vassaux, que me conseillez-vous ?
                  Ne me laissez subir et la mort et la honte ! »
                  Il n'est aucun païen qui sache quoi répondre,
                  Si ce n'est Blancandrin, du château de Valfonde.
                  
                  § Laisse 3
                  
                  Blancandrins était un des plus sages païens :
25.             Sa vaillance en faisant un très bon chevalier,
                  Et près de son seigneur, conseiller avisé.
                  Il dit au roi : « Surtout, ne vous effrayez pas !
                  Envoyez donc à Charles, l'orgueilleux, le fier,
                  Vos offres de service, avec vos amitiés :
30.             Offrez lui en cadeau des ours, des lions, des chiens,
                  Sept cents de vos chameaux, et mille autours mués,
                  Avec trois cents mulets d'or et d'argent chargés,
                  Et cinquante chariots, pour former le convoi;
                  Il aura bien de quoi soudoyer ses soldats !
35.             Il a assez longtemps mené la guerre ici !
                  Il lui faut retourner en France, jusqu'à Aix;
                  Vous irez le rejoindre pour la Saint-Michel,
                  Et vous y recevrez la religion chrétienne :
                  Vous serez son vassal, en tout bien tout honneur.
40.             S'il lui faut des otages, vous les enverrez,
                  Une dizaine, ou vingt, pour le mettre en confiance.
                  Envoyons-lui les fils de nos épouses :
                  Moi, j'enverrai le mien, au risque de le perdre,
                  Car il vaut beaucoup mieux qu'on leur coupe la tête
45.             Plutôt que nous perdions honneur et dignité,
                  Et que d'être réduits, pour finir, à mendier ! » [Com-2]
                  
                  § Laisse 4
                  
                  Blancandrin dit aussi : « De par cette main droite,
                  Et cette barbe au vent flottant sur ma poitrine,
                  Bientôt se défera l'armée de ces Français.
50.             Les Francs retourneront en France, leur pays.
                  Et quand chacun sera de retour en sa terre,
                  Charles sera à Aix, où il a sa chapelle,
                  Et à la Saint-Michel, fera très grande fête.
                  Alors le jour viendra, le terme passera,
55.             Il n'entendra de nous plus aucune nouvelle.
                  Le roi est orgueilleux, et son cœur est cruel :
                  Il fera donc couper la tête à nos otages.
                  Mais il vaut beaucoup mieux qu'ils y perdent leurs têtes,
                  Plutôt que nous perdions la belle et claire Espagne,
60.             Et devoir endurer souffrances et malheur ! »
                  Les païens se sont dit : « il peut avoir raison ! »
                  
                  § Laisse 5
                  
                  Le roi Marsile avait réuni son Conseil,
                  Et il a fait venir Clarins de Balaguer,
                  Estamarin, et Eudropin, qui est son pair,
65.             Avec lui Priamon, et Guarlan le barbu,
                  Et aussi Machiner, et son oncle Maheu,
                  Encore Joüner et Malbien d'Outremer,
                  Et enfin Blancandrin, pour exposer l'affaire.
                  Parmi les plus félons, il en prend dix à part :
70.             « Seigneurs barons, à Charlemagne vous irez;
                  Il mène le siège de la cité de Cordres.
                  Vous aurez à la main des branches d'olivier,
                  Comme signe de paix, signe d'humilité.
                  Et si vous m'obtenez avec lui un accord,
75.             Or et argent vous donnerai, en quantité,
                  Terres et fiefs aussi, autant que vous voudrez. »
                  « Cela nous comblera ! » répondent les païens.

NOTES

Apollin : Il ne s'agit pas d'Apollon, mais d'un nom de divinité païenne, ou encore le nom donné par les arabes à Satan.

AOI : Ces trois lettres sont présentes 172 fois dans le manuscrit. Gérard Moignet (op. cit., p. 31) en a relevé pas moins de dix interprétations différentes ! Cela va du “cri de guerre” a une variante de “Amen”... En réalité on ne sait toujours pas quel sens leur donner, mais il est probable qu'il s'agit d'une notation destinée au jongleur qui déclamait le texte.

mués : La fauconnerie avait une grande importance dans la société féodale ; les autours servaient à la chasse, et leur mue marquait le passage à leur âge adulte, celui où ils pouvaient être dressés et utilisés à cette fin.

soudoyer : “soudoier” était en fait le mot ancien pour les “soldats”, mot qui venait de “sou” , car les soldats étaient en fait des mercenaires - ceux que l'on payait pour faire a -la guerre. Je conserve volontairement ici le mot sous sa forme de verbe. On pourra noter qu'avec l'abolition de la conscription, nous sommes revenus, en France à une armée de mercenaires...système complètement à l'opposé de la conception du “peuple en armes” institué par la Révolution.

Com-2 : Le discours de Blancandrins est rusé et cynique ; les “paiens” sont évidemment montrés sous un jour défavorable... Pourtant les rituels se ressemblent : Marsile, face à un danger grave, réunit ses “barons”, comme le ferait un seigneur chrétien. Mais l'étalage des richesses est certainement liée à l'idée que les “Francs” avaient de “l'Orient”. La conclusion de cette péroraison, par sa cruauté, fait monter la tension dramatique : l'auteur de la chanson, s'il a existé, ou les jongleurs qui l'ont peu à peu constituée, ont le sens de la “mise en scène”. La “Chanson de Roland” est vraiment une œuvre littéraire, déjà. Par ailleurs, on pourra remarquer que le conseil de Blancandrin à propos de la religion chrétienne précède de quelques siècles la fameuse phrase “Paris vaut bien une messe” !

Cordres : On a beaucoup discuté sur la localisation de cette « cité ». S'il s'agit bien de Cordoue dans l'esprit de celui qui a composé le texte, historiquement, cela n'a aucun sens : Charlemagne n'est jamais allé aussi loin !