prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 46-50 (v. 603- 641)

                  
                  § Laisse 46
                  
                  Ço dist Marsilies : « Qu'en parlereient [il plus ?]
                  Cunseill n'est proz dunt hume [n'est servis.]
605.           La traïsun me jurrez de Rollant [si illi est.] »
                  Ço respunt Guenes : « Issi seit cum vos plaist ! »
                  Sur les reliques de s'espee Murgleis,
                  La traïsun jurat, e si s'en est forsfait. aoi.
                  
                  § Laisse 47
                  
                  Un faldestoed i out d'un olifant;
610.           Marsilies fait porter un livre avant :
                  La lei i fut Mahum e Tervagan.
                  Ço ad juret li Sarrazins espans :
                  Se en rereguarde troevet le cors Rollant,
                  Cumbatrat sei a trestute sa gent,
615.           E, se il poet, murrat i veirement.
                  Guenes respunt : « Ben seit vostre comant ! » aoi.
                  
                  § Laisse 48
                  
                  A tant i vint uns paiens, Valdabruns :
                  Icil en vait al rei Marsiliun;
                  Cler en riant l'ad dit a Guenelun :
620.           « Tenez m'espee, meillur n'en at nuls hom;
                  Entre les helz ad plus de mil manguns.
                  Par amistiez, bel sire, la vos duins,
                  Que [n]os aidez de Rollant le barun,
                  Qu'en rereguarde trover le poüsum. »
625.           - « Ben serat fait, » li quens Guenes respunt.
                  Puis se baiserent es vis e es mentuns.
                  
                  § Laisse 49
                  
                  Apres i vint un paien, Climorins.
                  Cler en riant a Guenelun l'ad dit :
                  « Tenez mun helme, unches meillor ne vi.
630.           Si nos aidez de Rollant li marchis,
                  Par quel mesure le poüssum hunir. »
                  - « Ben serat fait, » Guenes respundit.
                  Puis se baiserent es buches e es vis. aoi.
                  
                  § Laisse 50
                  
                  A tant i vint la reine Bramimunde.
635.           « Jo vos aim mult, sire, » dist ele al cunte,
                  « Car mult vos priset mi sire e tuit si hume.
                  A vostre femme enveierai dous nusches;
                  Bien i ad or, matices e jacunces :
                  Eles valent mielz que tut l'aveir de Rume,
640.           Vostre emperere si bones n'en out unches. »
                  Il les ad prises, en sa hoese les butet, aoi.

                  
                  § Laisse 46
                  
                  Marsile dit alors : « Pourquoi en dire plus ?
                  Il n'est de bon conseil que celui que l'on suit.
605.           Jurez moi de Roland que vous le trahirez. »
                  Et Ganelon répond : « C'est comme il vous plaira ! »
                  Alors sur son épée Murgleis, et ses reliques,
                  Il a juré qu'il trahirait - le voilà traître.
                  
                  § Laisse 47
                  
                  On avait amené un trône fait d'ivoire,
610.           Et Marsile tenait un livre devant lui,
                  Avec les lois de Mahomet et Tervagant.
                  Et lui, le Sarrazin d'Espagne, il a juré
                  Que s'il trouve Roland chef de l'arrière-garde,
                  De toute son armée, il ira le combattre,
615.           Et que s'il y parvient, il le fera périr.
                  Ganelon lui répond : « À votre bon plaisir. »
                  
                  § Laisse 48
                  
                  Alors est arrivé un païen, Valdabrun;
                  Et il s'est avancé devant le roi Marsile,
                  Et en riant très fort il dit à Guanelon :
620.           « Prenez donc mon épée ! Il n'en est de meilleure !
                  Sa poignée seule vaut plus de mille mangons.
                  Par amitié pour vous, Sire, je vous la donne,
                  Pour que vous nous aidiez à débusquer Roland,
                  Quand il sera avec ceux de l'arrière-garde. »
625.           « Ce sera fait, et bien » répondit Ganelon.
                  Ils se sont embrassés, au menton et aux lèvres.
                  
                  § Laisse 49
                  
                  Puis est venu un autre païen, Climorin.
                  En riant lui aussi, il dit à Ganelon :
                  « Prenez aussi mon heaume, il n'en est de meilleur.
630.           Si vous nous permettez de trouver comment faire
                  Pour attenter à l'honneur de Roland, le seigneur.
                  Ce sera fait, et bien !  » répondit Ganelon.
                  Ils se sont embrassés, au menton et aux lèvres.
                  
                  § Laisse 50
                  
                  Alors s'en est venue la reine Branimonde;
635.           « Je vous aime beaucoup, sire, dit-elle au Comte.
                  Mon Seigneur et ses gens ont pour vous grande estime.
                  J'enverrai donc ces deux colliers à votre femme,
                  Ils sont faits d'or et d'améthyste, et de hyacintes :
                  Ils surpassent de loin les richesses de Rome,
640.           Jamais votre empereur n'en posséda de tels. »
                  Ganelon les saisit et les met dans sa botte.

NOTES

alors : La fin de ce vers et des deux suivants est douteuse, le manuscrit est lacunaire, et a été complété par un réviseur ultérieur (mots entre crochets dans le texte original).

reliques : Le pommeau des épées conteit souvent de minuscules « reliques » : fragments de la « vraie croix », dents de saints etc. censées conférer à ladite épée des pouvoirs miraculeux.

Tervagant : C'est avec “Apollin” et Mahomet le troisième des “dieux” qu'à l'époque de la “Chanson de Roland”, on prêtait aux “païens”, sans avoir que les musulkmans étaient monothéistes !

mangons : Probablement une monnaier d'or. Mais ce vers n'est pas très clair, et on peut l'interpréter autrement : « sa poignée contient plus de mille pièces d'or ».

embrassés : Le rite de l'hommage médiéval d'un vassal à son seigneur voulait qu'il l'embrasse sur les lèvres, en mettant ses mains dans les siennes.

seigneur : le texte dit : « marquis », mais son sens était alors celui de « seigneur d'une marche », c'est-à-dire d'un territoire frontalier. Le mot a pris depuis un sens tellement lié au XVII et XVIIIe siècle qu'il ne m' apas semblmé judicieux de l'utiliser - même si d'autres lon fait pourtant (G. Moignet, J. Bédier).