prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 50-55 (v. 642-716)

                  
                  § Laisse 51
                  
                  Li reis apelet Malduit sun tresorer :
                  « L'aveir Carlun est il apareillez ? »
                  E cil respunt : « Oïl, sire, asez bien :
645.           .VII.C. cameilz, d'or e argent cargiez,
                  E.XX. hostages, des plus gentilz desuz cel. » aoi.
                  
                  

Le crime se réalise


                  
                  § Laisse 52
                  
                  Marsilies tint Guen[elun] par l'espalle;
                  Si li ad dit : « Mult par ies ber e sage.
                  Par cele lei que vos tenez plus salve,
650.           Guardez de nos ne turnez le curage.
                  De mun aveir vos voeill dunner grant masse :
                  .X. muls cargez del plus fin or d'Arabe;
                  Jamais n'iert an, altretel ne vos face.
                  Tenez les clefs de ceste citet large,
655.           Le grant aveir en presentez al rei Carles,
                  Pois me jugez Rollant a rereguarde.
                  Sel pois trover a port ne a passage,
                  Liverrai lui une mortel bataille. »
                  Guenes respunt : « Mei est vis que trop targe ! »
660.           Pois est munted, entret en sun veiage. aoi.
                  
                  § Laisse 53
                  
                  Li empereres aproismet sun repaire.
                  Venuz en est a la citet de Galne.
                  Li quens Rollant il l'ad e prise e fraite;
                  Puis icel jur en fut cent anz deserte.
665.           De Guenelun atent li reis nuveles,
                  E le treüd d'Espaigne, la grant tere.
                  Par main en l'albe, si cum li jurz esclairet,
                  Guenes li quens est venuz as herberges. aoi.
                  
                  § Laisse 54
                  
                  Li empereres est par matin levet;
670.           Messe e matines ad li reis escultet.
                  Sur l'erbe verte estut devant sun tref.
                  Rollant i fut e Oliver li ber,
                  Neimes li dux e des altres asez.
                  Guenes i vint, li fels, li parjurez.
675.           Par grant veisdie cumencet a parler,
                  E dist al rei : « Salvez seiez de Deu !
                  De Sarraguce ci vos aport les clefs;
                  Mult grant aveir vos en faz amener,
                  E.XX. hostages; faites les ben guarder !
680.           E si vos mandet reis Marsilies li ber,
                  De l'algalifes nel devez pas blasmer,
                  Kar a mes oilz vi.IIII.C. milie armez,
                  Halbers vestuz, alquanz healmes fermez,
                  Ceintes espees as punz d'or neielez,
685.           Ki l'en cunduistrent tresqu'en la mer :
                  De Marcilie s'en fuient por la chrestientet,
                  Que il ne voelent ne tenir ne guarder.
                  Einz qu'il oüssent.IIII. liues siglet,
                  Sis aquillit e tempeste e ored :
690.           La sunt neiez, jamais nes en verrez;
                  Se il fust vif, jo l'oüsse amenet.
                  Del rei paien, sire, par veir creez,
                  Ja ne verrez cest premer meis passet
                  Qu'il vos sivrat en France le regnet,
695.           Si recevrat la lei que vos tenez,
                  Jointes ses mains iert vostre comandet;
                  De vos tendrat Espaigne le regnet. »
                  Ço dist li reis : « Graciet en seit Deus !
                  Ben l'avez fait, mult grant prod i avrez. »
700.           Par mi cel ost funt mil grailles suner;
                  Franc desherbergent, funt lur sumers trosser :
                  Vers dulce France tuit sunt achiminez. aoi.
                  
                  § Laisse 55
                  
                  Carles li magnes ad Espaigne guastede
                  Les castels pris, (...) les citez violees.
705.           Ço dit li reis que sa guere out finee.
                  Vers dulce France chevalchet l'emperere.
                  Li quens Rollant ad l'enseigne fermee
                  En sur un tertre cuntre le ciel levee.
                  Franc se herbergent par tute la cuntree.
710.           Paien chevalchent par cez greignurs valees,
                  Halbercs vestuz e tres bien fermeez
                  Healmes lacez e ceintes lur espees,
                  Escuz as cols e lances adubees.
                  En un bruill par sum les puis remestrent,
715.           .IIII.C. milie atendent l'ajurnee.
                  Deus ! quel dulur que li Franceis nel sevent ! aoi.

                  
                  § Laisse 51
                  
                  Le roi a appelé Mauduit, son trésorier.
                  « Tous les cadeaux pour Charlemagne sont-ils prêts ? »
                  Et l'autre a répondu : « Mais oui, Sire, ils le sont.
645.           Sept cents chameaux chargés d'or et d'argent sont là,
                  Et vingt otages aussi, des plus nobles qui soient. »
                  
                  

Le crime se réalise


                  
                  § Laisse 52
                  
                  Marsile alors a pris Ganelon par l'épaule,
                  Et dit : « Vous êtes plein de vaillance et très sage.
                  Au nom de cette foi que vous croyez plus sainte,
650.           Tâchez de demeurer bien disposé pour nous.
                  Je suis de mon côté tout prêt à vous combler :
                  Dix mulets chargés d'or le plus fin d'Arabie,
                  Vous les aurez chaque année, c'est promis.
                  Prenez aussi les clefs de cette grande ville,
655.           Et offrez-en à Charles toutes les richesses,
                  Puis faites que Roland soit à l'arrière-garde.
                  Si je peux le trouver en quelque col qu'il soit,
                  Je pourrai l'attaquer en un combat à mort. »
                  Ganelon répondit : « Ne perdons pas de temps ! »
660.           Et puis il est monté à cheval, et parti.
                  
                  § Laisse 53
                  
                  L'empereur s'en retourne dans son pays.
                  Il est venu jusque dans la cité de Galne,
                  Que le comte Roland avait prise et détruite :
                  Depuis ce jour elle est cent ans restée ainsi.
665.           Le roi attend des nouvelles de Ganelon,
                  Et le tribut de l'Espagne, ce grand pays.
                  Le lendemain à l'aube, quand le jour paraît,
                  Le comte Ganelon est arrivé au camp.
                  
                  § Laisse 54
                  
                  L'Empereur s'est levé de bonne heure ce matin;
670.           À la messe est allé écouter les matines,
                  Et maintenant se tient debout devant sa tente.
                  Roland et Olivier, son compagnon, sont là,
                  Naimes le Duc aussi, et bien d'autres encore.
                  Ganelon est venu, le traître, le parjure;
675.           Il commence à parler, plein de sa perfidie,
                  Et dit alors au roi : « Que Dieu vous ait en garde !
                  Je vous apporte ici les clés de Sarragosse,
                  Et vous fait amener de là-bas un trésor,
                  Ainsi que trente otages : faites-les garder !
680.           Et Marsile, le roi, vous fait dire par moi
                  Que ne lui en vouliez à propos du calife :
                  De ses hommes j'ai vus au moins quatre cent mille,
                  Revêtus de hauberts et le heaume lacé,
                  Leur épée au côté, aux pommeaux d'or niellé.
685.           Avec lui ils fuyaient du côté de la mer.
                  À cause de Marsile, et de sa foi chrétienne,
                  Qu'ils ne veulent pas prendre et ne supportent pas.
                  Mais à peine avaient-ils navigué quatre lieues,
                  Que tempête et orage les ont assaillis :
690.           Il se sont tous noyés, vous ne les reverrez.
                  Sinon je vous aurai amené leur calife.
                  Mais pour le roi païen, sire, vous pouvez croire
                  Ce mois ne passera avant qu'il ne vous vienne
                  Jusqu'ici vous trouver au Royaume de France;
695.           Il recevra de vous la sainte loi chrétienne,
                  Et maintes jointes sera bientôt votre vassal :
                  C'est de vous qu'il tiendra son royaume d'Espagne. »
                  Le roi a répondu : « Que Dieu en soit loué !
                  Ce que vous avez fait mérite récompense. »
700.           Dans tout le camp alors mille trompettes sonnent;
                  Les Francs lèvent le camp, les mulets sont chargés,
                  Et vers la douce France ils vont s'acheminer.
                  
                  § Laisse 55
                  
                  Charles le Grand a ravagé toute l'Espagne.
                  Il a pris les châteaux, s'est emparé des villes,
705.           Et se dit qu'il va mettre fin à cette guerre.
                  C'est vers la douce France que va l'Empereur,
                  Et le Comte Roland a planté sa bannière
                  Sur un tertre, au sommet, on la voit sur le ciel.
                  Les Francs sont établis par toute la contrée,
710.           Mais les païens vont chevauchant par les vallées,
                  Vêtus de leur armure, sur eux bien ajustée,
                  Leur heaume bien lacé, leur épée au côté ;
                  Ils ont l'écu au cou et leurs lances sont prêtes.
                  Ils se sont arrêtés dans un bois, au sommet,
715.           Et sont quatre cent mille à attendre le jour.
                  Dieu  ! Quel malheur que les Francs ne le sachent pas  !

NOTES

ajustée : Les derniers mots ne sont pas sûrs : le manuscrit est abîmé ici.