prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 56-60 (v. 717-765)

                  
                  § Laisse 56
                  
                  Tresvait le jur, la noit est aserie.
                  Carles se dort, li empereres riches.
                  Sunjat qu'il eret al greignurs porz de Sizer,
720.           Entre ses poinz teneit sa hanste fraisnine.
                  Guenes li quens l'ad sur lui saisie;
                  Par tel air l'at estrussee e brandie,
                  Qu'envers le cel en volent les escicles.
                  Carles se dort, qu'il ne s'esveillet mie.
                  
                  § Laisse 57
                  
725.           Apres iceste altre avisiun sunjat :
                  Qu'il en France ert, a sa capele, ad Ais,
                  El destre braz li morst uns uers si mals.
                  Devers Ardene vit venir uns leuparz,
                  Sun cors demenie mult fierement asalt.
730.           D'enz de la sale uns veltres avalat,
                  Que vint a Carles le galops e les salz,
                  La destre oreille al premer uer trenchat,
                  Ireement se cumbat al lepart.
                  Dient Franceis, que grant bataille i ad;
735.           Il ne sevent, liquels d'els la veintrat.
                  Carles se dort, mie ne s'esveillat. aoi.
                  
                  § Laisse 58
                  
                  Tresvait la noit, e apert la clere albe.
                  Par mi cel host [suvent e menu reguarded] [Com-18*]
                  Li empereres mult fierement chevalchet.
740.           « Seignurs barons, » dist li emperere Carles,
                  « Veez les porz e les destreiz passages :
                  Kar me jugez, ki ert en la rereguarde. »
                  Guenes respunt : « Rollant cist miens fillastre :
                  N'avez baron de si grant vasselage. »
745.           Quant l'ot li reis, fierement le reguardet,
                  Si li ad dit : « Vos estes vifs diables.
                  El cors vos est entree mortel rage.
                  E ki serat devant mei en l'ansguarde ? »
                  Guenes respunt : « Oger de Denemarche :
750.           N'avez barun, ki mielz de lui la facet. »
                  
                  § Laisse 59
                  
                  Li quens Rollant quant il s'oït juger, aoi.
                  Dunc ad parled a lei de chevaler :
                  « Sire parastre, mult vos dei aveir cher :
                  La rereguarde avez sur mei jugiet.
755.           N'i perdrat Carles, li reis ki France tient,
                  Men escientre palefreid ne destrer,
                  Ne mul ne mule que deiet chevalcher,
                  Ne n'i perdrat ne runcin ne sumer,
                  Que as espees ne seit einz eslegiet. »
760.           Guenes respunt : « Veir dites, jol sai bien. » aoi.
                  
                  § Laisse 60
                  
                  Quant ot Rollant, qu'il ert en la rereguarde,
                  Ireement parlat a sun parastre :
                  « Ahi ! culvert, malvais hom de put aire,
                  Qui[d]ás, le guant me caïst en la place,
765.           Cume fist a tei le bastun devant Carle ? » aoi.

                  
                  § Laisse 56
                  
                  Le jour s'en est allé et la nuit est venue.
                  Charles tranquillement dort, le Grand Empereur.
                  Il rêve qu'il se tient aux plus grands ports de Cize,
720.           Entre ses poings tenant sa bonne lance en frêne.
                  Mais Ganelon soudain vient la lui arracher,
                  Il la brandit en l'air et la secoue si bien
                  Que la voilà brisée, qu'elle vole en éclats !
                  Mais Charles dort si bien qu'il ne s'éveille pas.
                  
                  § Laisse 57
                  
725.           Après cette vision, il fait un autre rêve.
                  Il est en France même, à sa chapelle, à Aix;
                  Un sanglier cruel l'a mordu au bras droit;
                  Du côté des Ardennes, il voit venir un léopard,
                  Qui s'attaque à lui-même avec férocité.
730.           Et du bout de la salle un lévrier s'élance,
                  Qui vient en galopant et en sautant vers lui.
                  Il arrache l'oreille au sanglier, d'abord;
                  Puis s'attaque férocement au léopard.
                  Et les Français ont dit que le combat est rude,
735.           Et qu'ils ne savent pas lequel l'emportera.
                  Mais Charles dort si bien qu'il ne s'éveille pas.
                  
                  § Laisse 58
                  
                  Bientôt la nuit s'achève et l'aube claire point.
                  Dans les rangs de l'armée [il est venu souvent.] [Com-18]
                  Et l'Empeur chevauche avec eux fièrement.
740.           « Seigneurs, vous mes barons, dit Charles l'Empereur,
                  Voyez où sont les cols et les étroits passages :
                  Dites-moi qui commandera l'arrière-garde. »
                  Et Ganelon répond : « C'est Roland, mon beau-fils;
                  Aucun de vos barons n'est plus vaillant que lui. »
745.           Quand il l'entend, le roi durement le regarde,
                  Et lui dit : «  Vous êtes donc le diable en personne !
                  Votre cœur est donc plein d'une rage mortelle ?
                  Et qui donc en ce cas sera à l'avant-garde ? »
                  Ganelon lui répond : « Ogier de Danemark.
750.           Vous n'avez personne de meilleur que lui. »
                  
                  § Laisse 59
                  
                  Quand il s'entendit nommer, le Comte Roland
                  S'est adressé à tous, en noble chevalier.
                  « Seigneur beau-père, je vous dois grande affection,
                  De m'avoir désigné pour notre arrière-garde !
755.           Charles, le roi qui tient les rênes de la France
                  N'y perdra rien, ni destrier ni palefroi,
                  Ni mule, ni mulet qu'il doive chevaucher,
                  Ni bon cheval de selle, ni bête de somme,
                  Qu'ils n'aient d'abord été disputés à l'épée. »
760.           Ganelon dit : « Vous dites vrai, je le sais bien. »
                  
                  § Laisse 60
                  
                  Apprenant qu'il sera mis à l'arrière-garde,
                  Roland très en colère a dit à son parâtre :
                  « Ah ! Coquin, homme lâche et de la pire espèce,
                  Tu as cru que le gant me tomberait des mains,
765.           Comme à toi le bâton quand tu fus devant Charles ! »

NOTES

sanglier : On traduit généralement ici par “ours” ([1], [2]). Mais cela me semble une erreur de lecture : la graphie est “ver/vers” et non “uer/uers”. Le dictionnaire Godefroy donne 2 sens pour “ver” : 1) verrat, sanglier ; 2) dragon, serpent. “Sanglier” me semble mieux convenir pour la région d'Aix - encore que... un “léopard” vienne des Ardennes ! Les copistes et jongleurs de l'époque ne visaient nullement à la véracité. Et puis il s'agit d'un rêve...

lévrier : La parenté avec le texte de Dante (deux siècles plus tard, Chant I, vv. 31-36,100-103) est curieuse : léopard, “vautre”... Mais il est vrai que cela fait partie des “loci comunes” des scribes, ces répertoires d'images et de tournures qu'ils utilisaient dans leurs travaik de copie, parfois pour “boucher des trous” quand le manuscrit était endommagé, ou même pour ajouter quelque chose de leur propre cru : le “droit d'auteur” n'avait pas encore été inventé - il ne le sera qu'au XVIIIe, quand le livre (et la “culture”) deviendront des valeurs marchandes.

Com-18 : Les derniers mots du vers ont été complétés par une autre main.