prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 61-65 (v. 766-813)

                  
                  § Laisse 61
                  
                  - « Dreiz emperere, » dist Rollant le barun,
                  « Dunez mei l'arc, que vos tenez el poign.
                  Men escientre nel me reproverunt
                  Que il me chedet, cum fist a Guenelun
770.           De sa main destre, quant reçut le bastun. »
                  Li empereres en tint sun chef enbrunc,
                  Si duist sa barbe, e detoerst sun gernun;
                  Ne poet muer que des oilz ne plurt.
                  
                  § Laisse 62
                  
                  Anpres iço i est Neimes venud :
775.           Meillor vassal n'out en la curt de lui;
                  E dist al rei : « Ben l'avez entendut;
                  Li quens Rollant, il est mult irascut.
                  La rereguarde est jugee (...) sur lui :
                  N'avez baron ki jamais la remut.
780.           Dunez li l'arc que vos avez tendut,
                  Si li truvez ki tres bien li aiut ! »
                  Li reis li dunet, e Rollant l'a reçut.
                  
                  § Laisse 63
                  
                  Li empereres apelet ses nies Rollant :
                  « Bel sire nies, or savez veirement,
785.           Demi mun host vos lerrai en present.
                  Retenez les, ço est vostre salvement. »
                  Ço dit li quens : « Jo n'en ferai nient;
                  Deus me cunfunde, se la geste en desment !
                  .XX. milie Francs retendrai ben vaillanz.
790.           Passez les porz trestut soürement :
                  Ja mar crendrez nul hume a mun vivant ! »
                  
                  § Laisse 64
                  
                  Li quens Rollant est muntet el destrer. aoi.
                  Cuntre lui vient sis cumpainz Oliver;
                  Vint i Gerins e li proz quens Gerers,
795.           E vint i Otes, si i vint Berengers,
                  E vint i Astors e Anseïs li veillz;
                  Vint i Gerart de Rossillon li fiers;
                  Venuz i est li riches dux Gaifiers.
                  Dist l'arcevesque : « Jo irai, par mun chef ! »
800.           - « E jo od vos, » ço dist li quens Gualters;
                  « Hom sui Rollant, jo ne li dei faillir. »
                  Entr'e[l]s eslisent.XX. milie chevalers. aoi.
                  
                  § Laisse 65
                  
                  Li quens Rollant Gualter de l'Húm apelet :
                  « Pernez mil Francs de France, nostre tere,
805.           Si purpernez les deserz e les tertres,
                  Que l'emperere nis un des soens n'i perdet. » aoi.
                  Respunt gualter : « Pur vos le dei ben faire. »
                  Od mil Franceis de France, la lur tere,
                  Gualter desrenget les destreiz e les tertres,
810.           N'en descendrat pur malvaises nuveles,
                  Enceis qu'en seient. VII.C. espees traites.
                  Reis Almaris, del regne de Belferne
                  Une bataille lur livrat le jur pesme.

                  
                  § Laisse 61
                  
                  « Juste Empereur, a dit Roland, lui, le vaillant,
                  Donnez moi l'arc que vous avez en votre main.
                  On ne pourra me reprocher, je le crois bien,
                  De le laisser tomber, ce que fit Ganelon,
770.           Quand il reçut de vous le bâton en main droite. »
                  L'Empereur à ces mots a la tête baissée,
                  Il se lisse la barbe et tire sa moustache :
                  Il ne peut empêcher que des larmes lui viennent.
                  
                  § Laisse 62
                  
                  Après cela voici que Naimes est venu;
775.           C'est le meilleur chevalier de la cour.
                  Et il a dit au roi : « Vous l'avez entendu :
                  Roland est furieux d'avoir été choisi
                  Pour avoir à conduire votre arrière-garde.
                  Et personne à cela ne pourra rien changer.
780.           Donnez-lui l'arc que vous lui proposiez,
                  Et trouvez celui qui pourrait bien l'assister ! »
                  Le roi a donné l'arc - et Roland l'a saisi.
                  
                  § Laisse 63
                  
                  L'Empereur a fait venir Roland, son neveu :
                  « Sire, mon beau neveu, comme vous le savez,
785.           Vous aurez la moitié de l'armée en présent.
                  Veillez sur ces soldats qui sont votre salut. »
                  Le Comte a répondu : « Non, je n'en ferai rien !
                  Dieu me confonde, si j'oublie la tradition !
                  Je prendrai seulement vingt mille Francs vaillants,
790.           Et vous pourrez passer les cols tranquillement :
                  Tant que je suis vivant, vous ne craignez personne ! »
                  
                  § Laisse 64
                  
                  Roland a enfourché son cheval de bataille.
                  Près de lui est venu son ami Olivier;
                  Gérin arrive aussi, et le Comte Gérier,
795.           Et puis ce fut Oton, et ce fut Bérenger,
                  Bientôt suivis d'Astor et du vieil Anséis,
                  Sans oublier Gérard de Roussillon, le fier,
                  Et le duc de Gafier lui-même, le puissant.
                  L'archevêque [Turpin] a dit : « J'irai aussi !
800.           — Et j'irai avec vous, dit le Comte Gautier;
                  En vassal de Roland, je dois le soutenir ! »
                  Ils ont alors choisi vingt mille chevaliers.
                  
                  § Laisse 65
                  
                  Roland a appelé Gautier de l'Hum, le comte  :
                  « Prenez mille hommes de notre terre de France,
805.           Gardez les défilés, occupez les hauteurs,
                  Pour que Charles n'y perde un seul de tous ses hommes. »
                  Gautier a répondu : « Je le ferai pour vous. »
                  Avec mille Français, de leur terre de France,
                  Gautier quitte les rangs, occupe les hauteurs.
810.           Il n'en descendra pas pour mauvaises nouvelles,
                  Sans que sept cents épées aient été dégaînées.
                  Et le roi Almaris qui règne sur Belferne,
                  Ce jour-là leur livra une affreuse bataille.

NOTES

l'arc : Il est curieux de prime abord de voir Charlemagne tenir un arc : mais la la composition d ela “Chanson” remonte à une époque antérieure à celle de la “chevalerie” telle que nous avons l'habitude de nous la représenter ; l'arc n'était pas encore une arme réservée aux combattants à pied, et donc discréditée. On chassait à l'arc à cheval, même le gros gibier. Et à la guerre, la cuirasse de métal complète, rendant l'arc peu efficace n'apparaîtra que bien plus tard. Par ailleurs, l'arc, ici comme plus haut le “bâton” à une valeur symbolique de passage de relais du pouvoir.

bâton : à comprendre ici comme “bâton de maréchal”, en quelque sorte, un symbole d'autorité.