prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 66-70 (v. 814-884 )

                  
                  § Laisse 66
                  
                  Halt sunt li pui e li val tenebrus,
815.           Les roches bises, les destreiz merveillus.
                  Le jur passerent Franceis a grant dulur;
                  De.XV. lius en ot hom la rimur.
                  Puis que il venent a la Tere Majur,
                  Virent Guascuigne, la tere lur seignur.
820.           Dunc le remembret des fius e des honurs,
                  E des pulcele e des gentilz oixurs :
                  Cel nen i ad ki de pitet ne plurt.
                  Sur tuz les altres est Carles anguissus :
                  As porz d'Espaigne ad lesset sun nevold.
825.           Pitet l'en prent, ne poet muer n'en plurt. aoi.
                  
                  § Laisse 67
                  
                  Li.XII. per sunt remes en Espaigne.
                  .XX. milie F(r)rancs unt en lur cumpaigne,
                  N'en unt poür ne de murir dutance.
                  Li emperere s'en repairet en France;
830.           Suz sun mantel en fait la cuntenance.
                  Dejuste lui li dux Neimes chevalchet
                  E dit al rei : « De quei avez pesance ? »
                  Carles respunt : « Tort fait kil me demandet !
                  Si grant doel ai ne puis muer nel pleigne.
835.           Par Guenelun serat destruite France,
                  Enoit m'avint un avisiun d'angele,
                  Que entre mes puinz me depeçout ma hanste,
                  Chi ad juget mis nes a (la) rereguarde.
                  Jo l'ai lesset en une estrange marche !
840.           Deus ! se jol pert, ja n'en avrai escange ! » aoi.
                  
                  § Laisse 68
                  
                  Carles li magnes ne poet muer n'en plurt.
                  .C. milie Francs pur lui unt grant tendrur,
                  E de Rollant merveilluse poür.
                  Guen[e]s li fels en ad fait traïsun :
845.           Del rei paien en ad oüd granz duns,
                  Or e argent, palies e ciclatuns,
                  Muls e chevals e cameilz e leuns.
                  Marsilies mandet d'Espaigne les baruns,
                  Cuntes, vezcuntes e dux e almaçurs,
850.           Les amirafles e les filz as cunturs :
                  .IIII.C. milie en ajustet en.III. jurz.
                  En Sarraguce fait suner ses taburs;
                  Mahumet levent en la plus halte tur.
                  N'i ad paien nel prit e nel aort.
855.           Puis si chevalchent, par mult grant cuntençun,
                  La Tere Certeine e les vals e les munz :
                  De cels de France virent les gunfanuns.
                  La rereguarde des.XII. cumpaignuns
                  Ne lesserat bataille ne lur dunt.
                  
                  § Laisse 69
                  
860.           Li nies Marsilie, il est venuz avant,
                  Sur un mulet od un bastun tuchant.
                  Dist a sun uncle belement en riant :
                  « Bel sire reis, jo vos ai servit tant,
                  Sin ai oüt e peines e ahans,
865.           Faites batailles e vencues en champ !
                  Dunez m'un feu, ço est le colp de Rollant;
                  Jo l'ocirai a mun espiet trenchant.
                  Se Mahumet me voelt estre guarant,
                  De tute Espaigne aquiterai les pans
870.           Des porz d'Espaigne entresqu'a Durestant.
                  Las serat Carles, si recrerrunt si Franc;
                  Ja n'avrez mais guere en tut vostre vivant. »
                  Li reis Marsilie l'en ad dunet le guant. aoi.
                  
                  § Laisse 70
                  
                  Li nies Marsilies tient le guant en sun poign,
875.           Sun uncle apelet de mult fiere raisun :
                  « Bel sire reis, fait m'avez un grant dun.
                  Eslisez mei.XII. de voz baruns,
                  Sim cumbatrai as.XII. cumpaignuns. »
                  Tut premerein l'en respunt Falsaron,
880.           Icil ert frere al rei Marsiliun :
                  « Bel sires nies, e jo e vos [ì]irum.
                  Ceste bataille veirement la ferum :
                  La rereguarde de la grant host Carlun,
                  Il est juget que nus les ocirum. » aoi.

                  
                  § Laisse 66
                  
                  Les cols sont élevés, et sombres les vallées,
815.           Grise toute la roche aux affreux défilés.
                  Ce jour-là les Français sont passés à grand-peine :
                  À quinze lieues de là on entend la rumeur.
                  Ils retrouvent enfin la terre des aïeux :
                  La Gascogne est devant, terre de leur seigneur.
820.           Avec le souvenir de leurs fiefs, leurs domaines,
                  Des jeunes filles et de leurs bonnes épouses...
                  Il n'en est pas un seul qui retienne ses larmes.
                  Mais Charles plus que tous est en proie à l'angoisse :
                  Aux défilés d'Espagne il a laissé Roland !
825.           Son émotion est grande et ses yeux pleins de larmes.
                  
                  § Laisse 67
                  
                  Les douze pairs de Charles en Espagne demeurent.
                  Avec eux sont restés vingt mille Francs aussi.
                  Ils ne sont pas peureux, ne craignent pas la mort;
                  Mais l'Empereur revient vers la terre de France,
830.           Et cache sa douleur aux plis de son manteau.
                  Étant à ses côtés le duc Naimes demande :
                  « Sire quelle est la cause, en vous, de cette peine ? »
                  Charles répond : « Le demander, c'est m'offenser.
                  Si grande est ma douleur, je ne peux que pleurer.
835.           La faute à ganelon, si la Frnce est détruite :
                  Un ange cette nuit m'a causé la vision
                  Que Ganelon brisait ma lance dans mes mains,
                  Et à l'arrière-garde il a mis mon neveu !
                  Je l'ai abandonné en la terre étrangère,
840.           Dieu ! Si je le perds, il n'en est point d'égal ! »
                  
                  § Laisse 68
                  
                  Charlemagne ne peut s'empêcher de pleurer.
                  Cent mille Francs pour lui sont tendrement émus,
                  Et pour Roland éprouvent une crainte étrange.
                  Ganelon le félon, le perfide, a trahi :
845.           Du roi païen il a reçu mille richesses,
                  Or et argent, manteaux de soie et de brocarts,
                  Mulets, chevaux, chameaux et lions.
                  Marsile a fait venir d'Espagne ses barons,
                  Comtes, Vicomtes, ducs et les grands généraux,
850.           Tous les émirs, tous ses puissants vassaux.
                  En trois jours il en est venu quatre cent mille !
                  À Saragosse il a fait sonner les tambours,
                  Et sur la haute tour ériger Mahomet :
                  Tous les paîens sont là qui le prient et l'adorent.
855.           Puis ils ont parcouru, en poussant leurs chevaux,
                  De la Terre Certaine les monts et les vaux;
                  De ceux de France ils voient alors les gonfanons .
                  L'arrière-garde aux douze compagnons de Charles
                  Sûrement ne va pas leur refuser bataille.
                  
                  § Laisse 69
                  
860.           Le neveu de Marsile alors s'est avancé,
                  Monté sur un mulet, qu'il conduit d'un bâton.
                  Et à son oncle dit, en riant de bon cœur :
                  « Beau sire roi, je vous ai tellement servi,
                  J'ai tant souffert de peines, de tant de tourments,
865.           J'ai tant fait de batailles, j'en ai gagné tant,
                  Que je sois le premier qui frappera Roland !
                  Je le tuerai d'un coup de mon épieu trenchant.
                  Si Mahomet veut bien être mon protecteur,
                  Je pourrai libérer la pays tout entier,
870.           Depuis les cols d'Espagne jusqu'à Durestant.
                  Charles se lassera, les Francs renonceront.
                  Jamais vous n'aurez plus de guerre en votre vie ! »
                  Alors le roi Marsile lui donne le gant.
                  
                  § Laisse 70
                  
                  Le neveu de Marsile en son poing tient le gant.
875.           Il s'adresse à son oncle avec beaucoup d'orgueil :
                  « Sire, mon roi, vous m'avez un grant cadeau.
                  Désignez moi aussi douze de vos barons,
                  Pour combattre avec eux les douze compagnons. »
                  Falsaron, le premier, aussitôt lui répond,
880.           C'est lui qui est le propre frère de Marsile :
                  « Sire, mon beau neveu, nous irons tous les deux.
                  Cette bataille livrerons, assurément.
                  L'arrière-garde de la grande armée de Charles,
                  Comme il est décidé, nous l'exterminerons. »

NOTES

compagnons : les « pairs », les vassaux les plus éminents de Charlemagne. Sa « garde rapprochée », en quelque sorte...