prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 71-75 (v. 885-939)

                  
                  § Laisse 71
                  
885.           Reis Corsalis, il est de l'altre part :
                  Barbarins est e mult de males arz.
                  Cil ad parlet a lei de bon vassal :
                  Pur tut l'or Deu ne volt estre cuar
                  {...} [Com-23]
                  As vos poignant Malprimis de Brigant :
890.           Plus curt a piet que ne fait un cheval.
                  Devant Marsilie cil s'escriet mult halt :
                  « Jo cunduirai mun cors en Rencesvals;
                  Se truis Rollant, ne lerrai que nel mat ! »
                  
                  § Laisse 72
                  
                  Uns amurafles i ad de Balaguez :
895.           Cors ad mult gent e le vis fier e cler;
                  Puis que il est sur un cheval muntet,
                  Mult se fait fiers de ses armes porter;
                  De vasselage est il ben alosez;
                  Fust chrestiens, asez oüst barnet.
900.           Devant Marsilie cil en est escriet :
                  « En Rencesvals irai mun cors juer !
                  Se truis Rollant, de mort serat finet,
                  E Oliver e tuz les.XII. pers.
                  Franceis murrunt a doel e a viltiet.
905.           Carles li magnes velz est e redotez :
                  Recreanz ert de sa guerre mener,
                  Si nus remeindrat Espaigne en quitedet. »
                  Li reis Marsilie mult l'en ad merciet. aoi.
                  
                  § Laisse 73
                  
                  Uns almaçurs i ad de Moriane;
910.           N'ad plus felun en la tere d'Espaigne.
                  Devant Marsilie ad faite sa vantance :
                  « En Rencesvals guierai ma cumpaigne,
                  .XX. milie ad escuz e a lances.
                  Se trois Rollant, de mort li duins fiance.
915.           Jamais n'ert jor que Carles ne se pleignet. » aoi.
                  
                  § Laisse 74
                  
                  D'altre part est Turgis de Turteluse :
                  Cil est uns quens, si est la citet sue.
                  De chrestiens voelt faire male vode.
                  Devant Marsilie as altres si s'ajust,
920.           Ço dist al rei : « Ne vos esmaiez unches !
                  Plus valt Mahum que seint Perre de Rume !
                  Se lui servez, l'onur del camp ert nostre.
                  En Rencesvals a Rollant irai juindre,
                  De mort n'avrat guarantisun pur hume.
925.           Veez m'espee, ki est e bone e lunge :
                  A Durendal jo la metrai encuntre;
                  Asez orrez, laquele irat desure.
                  Franceis murrunt, si a nus s'abandunent;
                  Carles li velz avrat e deol e hunte :
930.           Jamais en tere ne portera curone. »
                  
                  § Laisse 75
                  
                  De l'altre part est Escremiz de Valterne :
                  Sarrazins est, si est sue la tere.
                  Devant Marsilie s'escriet en la presse,
                  « En Rencesvals irai l'orgoill desfaire.
935.           Se trois Rollant, n'en porterat la teste,
                  Ne Oliver, ki les altres cadelet;
                  Li.XII. per tuit sunt jugez a perdre;
                  Franceis murrunt e France en ert deserte,
                  De bons vassals avrat Carles suffraite. » aoi.

                  
                  § Laisse 71
                  
885.           De l'autre côté se tient le roi Corsalis :
                  Il vient de Barbarie, connaît les maléfices...
                  En tant que bon vassal il a pris la parole,
                  Et pour tout l'or du monde, il ne sera couard.
                  {...} [Com-23]
                  Voici vite venir Malprimis de Brigant :
890.           À pied il va plus vite qu'un cheval courant.
                  Venu devant Marsile, il a crié très fort :
                  « En personne je vais me rendre à Roncevaux;
                  Si je trouve Roland, je le laisserai mort ! »
                  
                  § Laisse 72
                  
                  Venu de Balaguer un émir était là :
895.           Il est bien fait, son visage est hardi et clair.
                  Quand il est en selle, monté sur son cheval,
                  Il est vraiment très fier de ses armes porter.
                  Sa grande renommée lui vient de sa bravoure,
                  Et s'il était chrétien, serait noble guerrier.
900.           Venu devant Marsile, le voilà qui s'écrie :
                  « À Roncevaux je veux aller moi-même aussi !
                  Si je trouve Roland, c'en sera fait de lui,
                  Ainsi que d'Olivier et que des Douze Pairs;
                  Français mourront, dans la douleur et dans la honte.
905.           Charlemagne est un vieux qui maintenant radote :
                  Il est vraiment très las de mener cette guerre,
                  Et l'Espagne pour nous sera donc en franchise. »
                  Le roi Marsile lui a fait des compliments.
                  
                  § Laisse 73
                  
                  Un autre émir est là, qui vient de Moriane;
910.           Il n'en est de plus traître dans toute l'Espagne.
                  Devant Marsile il est venu pour se vanter :
                  « À Roncevaux je conduirai toute ma troupe,
                  Avec écus et lances, ce sont vingt mille hommes;
                  Si je trouve Roland, je le mettrai à mort.
915.           Et Charles s'en plaindra ensuite tous les jours. »
                  
                  § Laisse 74
                  
                  Et voici maintenant Turgis de Tortelose :
                  Celui-ci est un comte et la cité est sienne.
                  Aux chrétiens, il fera le plus de mal qu'il peut.
                  Devant Marsile il est venu se joindre aux autres,
920.           Et il a dit au roi :« Ne vous inquiétez pas !
                  Mahomet vaut bien mieux que saint Pierre de Rome !
                  Servez-le : vous aurez les honneurs du combat.
                  À Roncevaux j'irai, et Roland défierai :
                  Nul ne pourra le faire échapper à la mort.
925.           Voyez donc mon épée, comme elle est bonne et longue,
                  Et je l'opposerai à cette Durendal.
                  Bientôt vous apprendrez laquelle a le dessus.
                  S'ils s'opposent à nous, les Français périront,
                  Et le vieux Charles en aura douleur et honte :
930.           Plus jamais ici-bas couronne portera. »
                  
                  § Laisse 75
                  
                  De l'autre côté vient Escremis de Valterne,
                  C'est un vrai Sarrazin, ce pays est à lui.
                  Devant Marsile il s'est écrié, de la foule :
                  « À Roncevaux j'irai m'attaquer à l'orgueil !
935.           Si je trouve Roland, sa tête y laissera,
                  Et de même Olivier, qui commande les autres.
                  Les douze pairs sont tous désignés pour leur perte,
                  Tous le Français mourront, France sera déserte.
                  Et Charles n'aura plus de courageux vassaux. »

NOTES

Com-23 : Joseph Bédier en comparant les manuscrits, a décelé qu'ici il y avait probablement une lacune de deux vers.