prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 76-80 (v. 940-1027)

                  
                  § Laisse 76
                  
940.           D'altre part est uns paiens, Esturganz;
                  Estramariz i est, un soens cumpainz :
                  Cil sunt felun, traïtur suduiant.
                  Ço dist Marsilie : « Seignurs, venez avant !
                  En Rencesvals irez as porz passant,
945.           Si aiderez a cunduire ma gent. »
                  E cil respundent : « (Sire,) a vostre comandement !
                  Nus asaldrum Oliver e Rollant;
                  Li.XII. per n'avrunt de mort guarant.
                  Noz espees sunt bones e trenchant;
950.           Nus les feruns vermeilles de chald sanc.
                  Franceis murrunt, Carles en ert dolent.
                  Tere Majur vos metrum en present.
                  Venez i, reis, sil verrez veirement :
                  L'empereor vos metrum en present. »
                  
                  § Laisse 77
                  
955.           Curant i vint Margariz de Sibilie;
                  Cil tient la tere entre[s]qu'as Cazmarine.
                  Pur sa beltet dames li sunt amies :
                  Cele nel veit vers lui ne s'esclargisset;
                  Quant ele le veit, ne poet muer ne riet;
960.           N'i ad paien de tel chevalerie.
                  Vint en la presse, sur les altres s'escriet
                  E dist al rei : « Ne vos esmaiez mie !
                  En Rencesvals irai Rollant ocire,
                  Ne Oliver n'en porterat la vie;
965.           Li.XII. per sunt remes en martirie.
                  Veez m'espee, ki d'or est enheldie :
                  Si la tramist li amiralz de Primes.
                  Jo vos plevis qu'en vermeill sanc ert mise.
                  Franceis murrunt e France en ert hunie;
970.           Carles li velz a la barbe flurie,
                  Jamais n'ert jurn qu'il n'en ait doel e ire.
                  Jusqu'a un an avrum France saisie;
                  Gesir porrum el burc de seint Denise. »
                  Li reis paiens parfundement l 'enclinet. aoi.
                  
                  

Roland et Olivier  : deux caractères


                  
                  § Laisse 78
                  
975.           De l'altre part est Chernubles de Munigre;
                  Jusqu'a la tere si chevoel li balient;
                  Greignor fais portet par giu, quant il s'enveiset,
                  Que.IIII. mulez ne funt, quant il sumeient.
                  Icele tere, ço dit, dun il esteit,
980.           Soleill n'i luist, ne blet n'i poet pas creistre,
                  Pluie n'i chet, rusee n'i adeiset,
                  Piere n'i ad que tute ne seit neire.
                  Dient alquanz que diables i meignent.
                  Ce dist Chernubles : « Ma bone espee ai ceinte;
985.           En Rencesvals jo la teindrai vermeille.
                  Se trois Rollant li proz enmi ma veie,
                  Se ne l'asaill, dunc ne faz jo que creire,
                  Si cunquerrai Durendal od la meie.
                  Franceis murrunt e France en ert deserte. »
990.           A icez moz li.XII. [per] s'alient;
                  Itels .C. milie Sarrazins od els meinent,
                  Ki de bataille s'argüent, e hasteient :
                  Vunt s'aduber desuz une sapide.
                  
                  § Laisse 79
                  
                  Paien s'adubent des osbercs sarazineis,
995.           Tuit li plusur en sunt (saraguzeis) dublez en treis,
                  Lacent lor elmes mult bons sarraguzeis,
                  Ceignent espees de l'acer vianeis;
                  Escuz unt genz, espiez valentineis,
                  E gunfanuns blancs e blois e vermeilz.
1000.         Laissent les mulz e tuz les palefreiz,
                  Es destrers muntent, si chevalchent estreiz.
                  Clers fut li jurz e bels fut li soleilz :
                  N'unt guarnement que tut ne reflambeit.
                  Sunent mil grailles por ço que plus bel seit :
1005.         Granz est la noise, si l'oïrent Franceis.
                  Dist Oliver : « Sire cumpainz, ce crei,
                  De Sarrazins purum bataille aveir. »
                  Respont Rollant : « E ! Deus la nus otreit !
                  Ben devuns ci estre pur nostre rei :
1010.         Pur sun seignor deit hom susfrir destreiz
                  E endurer e granz chalz e granz freiz,
                  Sin deit hom perdre e del quir e del peil.
                  Or guart chascuns que granz colps (l')[i] empleit,
                  Que malvaise cançun de nus chantet ne seit !
1015.         Paien unt tort e chrestiens unt dreit;
                  Malvaise essample n'en serat, ja de mei. » aoi.
                  
                  § Laisse 80
                  
                  Oliver est desur un pui haut muntez,
                  Guardet su destre par mi un val herbus,
                  Si veit venir cele gent paienur,
1020.         Sin apelat Rollant, sun cumpaignun :
                  « Devers Espaigne vei venir tel bruur,
                  Tanz blancs osbercs, tanz elmes flambius !
                  Icist ferunt nos Franceis grant irur.
                  Guenes le sout, li fel, li traïtur,
1025.         Ki nus jugat devant l'empereür. »
                  - « Tais Oliver, » li quens Rollant respunt,
                  « Mis parrastre est, ne voeill que mot en suns. »

                  
                  § Laisse 76
                  
940.           Voici l'autre païen, Esturgan qui s'avance
                  Avec Estramaris, un de ses compagnons.
                  Ceux-ci sont des félons, des traîtres et des fourbes.
                  Marsile leur a dit : « Seigneurs, avancez-vous !
                  À Roncevaux irez, et jusqu'aux défilés,
945.           Vous prêterez main-forte à conduire mes hommes. »
                  Ceux-ci ont répondu : « Nous sommes à vos ordres !
                  Nous irons attaquer Olivier et Roland.
                  Même les douze pairs n'empêcheront leur mort.
                  Nos épées sont robustes et bien éffilées :
950.           Nous les ferons vermeilles de leur sang tout chaud.
                  Les Français périront, et Charles en souffrira.
                  Notre cadeau sera la terre des Aïeux.
                  Venez, Sire, là-bas, voir cela de vos yeux :
                  C'est l'Empereur lui-même que nous vous offrons. »
                  
                  § Laisse 77
                  
955.           En courant est venu Margaris de Séville,
                  Celui qui tient la terre jusqu'aux Cazmarines.
                  Sa beauté lui procure les faveurs des dames :
                  Aucune ne le voit sans en être ravie,
                  Aucune à lui ne peut s'empêcher de sourire.
960.           Il n'est pas de païen aussi chevaleresque.
                  En la foule venu, lui aussi il s'écrie :
                  « Ne vous effrayez pas ! » à l'adresse du roi.
                  « J'irai à Roncevaux et j'occirai Roland,
                  Olivier lui non plus n'en sortira vivant,
965.           Les Douze Pairs aussi trouveront le martyre.
                  Admirez mon épée, dont la garde est en or,
                  C'est de Primes, l'Émir, qui me l'a envoyée.
                  Elle sera trempée dans le sang, je le jure !
                  les Français périront, la France en aura honte.
970.           Le vieux Charles qui a une si belle barbe,
                  N'aura plus un seul jour sans deuil et sans courroux.
                  D'ici un an la France entière sera nôtre,
                  Et nous pourrons coucher au bourg de Saint-Denis. »
                  Le roi païen l'a salué profondément.
                  
                  

Roland et Olivier  : deux caractères


                  
                  § Laisse 78
                  
975.           Et voici maintenant Chernuble de Munigre;
                  Ses cheveux sont si longs qu'ils tombent jusqu'à terre.
                  Quand il veut s'amuser, il soulève un fardeau
                  Tel que quatre mulets ne pourraient le porter.
                  Il prétend qu'en la terre dont il est venu
980.           Ni le soleil ne luit, ni le blé ne peut croître,
                  La pluie n'y tombe pas, la rosée ne s'y pose,
                  Et il n'y a de pierres qui ne soient pas noires :
                  Certains ont même dit qu'y résident les diables.
                  Chernuble a déclaré : « J'ai ceint ma bonne épée;
985.           À Roncevaux je la teindrai de sang vermeil.
                  Si je trouve Roland en travers du chemin,
                  Et que je ne l'attaque, on ne me croira plus;
                  Je prendrai Durendal avec ma bonne épée,
                  Les Français périront, France sera déserte. »
990.           À ces mots les douze pairs se sont assemblés,
                  Emmenant avec eux cent mille Sarrazins,
                  Qui se montrent pressés d'aller à la bataille :
                  Ils se sont harnachés dans une sapinière.
                  
                  § Laisse 79
                  
                  Les païens sont armés des hauberts sarrasins,
995.           Qui ont pour la plupart trois épaisseurs de mailles,
                  Ils ont lacé leurs bons casques de Saragosse,
                  Et ceint leurs épées faites d'un acier viennois.
                  Ils ont des écus forts, des épieux de Valence,
                  Et leurs gonfanons sont bleus et blancs et vermeils.
1000.         Négligeant les mulets et tous les palefrois,
                  Ils ont monté des destriers, en rangs serrés.
                  Le jour était fort beau et le soleil brillait :
                  Tous leurs équipements au soleil reluisaient,
                  Mille clairons sonnaient pour renforcer l'effet.
1005.         Mais le bruit est si grand que les Français l'entendent.
                  Olivier dit alors : « Sire Roland, ami,
                  Nous allons affronter, je crois, les Sarrasins. »
                  Roland répond : « Eh bien ! Si Dieu le veut pour nous,
                  Nous devons bien ici tenir, pour notre roi.
1010.         Le vassal doit savoir souffrir pour son seigneur,
                  Endurer les grands froids, supporter la chaleur,
                  Même s'il doit y perdre et son cuir et son poil.
                  Que chacun veille bien à porter de grands coups,
                  Qu'on ne chante sur nous de mauvaise chanson !
1015.         Païens sont dans leur tort et Chrétiens dans leur droit;
                  Jamais je ne serai pris pour mauvais exemple. »
                  
                  § Laisse 80
                  
                  Olivier est monté sur un haut promontoire,
                  Sur la droite il regarde, et par un val herbeux,
                  Il voit venir l'armée composée de païens.
1020.         Il appelle Roland, qui est son compagnon :
                  « Du côté de l'Espagne, vient telle rumeur,
                  Et tant de blancs hauberts, de heaumes flamboyants !
                  Ces gens feront beaucoup de mal à nos Français...
                  Ganelon le savait, le traîtyre, le félon,
1025.         Qui devant l'Empereur a su nous désigner. »
                  - Tais-toi donc, Olivier, a répondu Roland,
                  « Puisque c'est mon parâtre, n'en dis pas de mal ! »

NOTES

Cazmarines : Endroit difficile à identifier. Gérard Moignet évoque “Camarinas”, au nord de Compostelle.