prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 81-85 (v. 1028-1081)

                  
                  § Laisse 81
                  
                  Oliver est desur un pui muntet;
                  Or veit il ben d'Espaigne le regnet
1030.         E Sarrazins, ki tant sunt asemblez.
                  Luisent cil elme, ki ad or sunt gemmez,
                  E cil escuz e cil osbercs safrez
                  E cil espiez, cil gunfanun fermez.
                  Sul les escheles ne poet il acunter;
1035.         Tant en i ad que mesure n'en set.
                  E lui meïsme en est mult esguaret.
                  Cum il einz pout, del pui est avalet,
                  Vint as Franceis, tut lur ad acuntet.
                  
                  § Laisse 82
                  
                  Dist Oliver : « Jo ai paiens veüz :
1040.         Unc mais nuls hom en tere n'en vit plus.
                  Cil devant sunt .C. milie ad escuz
                  Helmes laciez e blancs osbercs vestuz
                  Dreites cez hanstes, luisent cil espiet brun.
                  Bataille avrez, unches mais tel ne fut.
1045.         Seignurs Franceis, de Deu aiez vertut !
                  El camp estez, que ne seium vencuz ! »
                  Dient Franceis : « Dehet ait ki s'en fuit !
                  Ja pur murir ne vus en faldrat uns. » aoi.
                  
                  § Laisse 83
                  
                  Dist Oliver : « Paien unt grant esforz,
1050.         De noz Franceis m'i semblet aveir mult poi !
                  Cumpaign Rollant, kar sunez vostre corn :
                  Si l'orrat Carles, si returnerat l'ost. »
                  Respunt Rollant : « Jo fereie que fols !
                  En dulce France en perdreie mun los.
1055.         Sempres ferrai de Durendal granz colps;
                  Sanglant en ert li branz entresqu'a l'or.
                  Felun paien mar i vindrent as porz :
                  Jo vos plevis, tuz sunt jugez a mort. » aoi.
                  
                  § Laisse 84
                  
                  - « Cumpainz Rollant l'olifan car sunez :
1060.         Si l'orrat Carles, ferat l'ost returner,
                  Succurrat nos li reis od tut sun barnet. »
                  Respont Rollant : « Ne placet Damnedeu
                  Que mi parent pur mei seient blasmet
                  Ne France dulce ja cheet en viltet !
1065.         Einz i ferrai de Durendal asez,
                  Ma bone espee que ai ceint al costet :
                  Tut en verrez le brant ensanglentet.
                  Felun paien mar i sunt asemblez :
                  Jo vos plevis, tuz sunt a mort livrez. » aoi.
                  
                  § Laisse 85
                  
1070.         - « Cumpainz Rollant, sunez vostre olifan :
                  Si l'orrat Carles, ki est as porz passant.
                  Je vos plevis, ja returnerunt Franc. »
                  - « Ne placet Deu, » ço li respunt Rollant,
                  « Que ço seit dit de nul hume vivant,
1075.         Ne pur paien, que ja seie cornant !
                  Ja n'en avrunt reproece mi parent !
                  Quant jo serai en la bataille grant
                  E jo ferrai e mil colps e.VII. cenz,
                  De Durendal verrez l'acer sanglent.
1080.         Franceis sunt bon, si ferrunt vassalment,
                  Ja cil d'Espaigne n'avrunt de mort guarant. »

                  
                  § Laisse 81
                  
                  Olivier est monté au sommet d'une butte,
                  D'où il peut embrasser le royaume d'Espagne,
1030.         Et tous les sarrasins qui se sont rassemblés.
                  Les heaumes brillent, leurs gemmes sont serties d'or,
                  Et les écus, et les hauberts jaunes safran,
                  Et les épieux brandis, les bannières dressées.
                  Il ne peut pas compter tous les corps de bataille
1035.         Si nombreux qu'on ne peut en connaître le nombre.
                  En lui-même il en est effaré, égaré.
                  Du plus vite qu'il peut, il est redescendu,
                  Et aux Français raconte tout ce qu'il a vu.
                  
                  § Laisse 82
                  
                  Olivier dit : « Je viens de voir l'armée païenne !
1040.         Jamais personne au monde n'en a vu autant.
                  Ils sont cent mille là, avec leur boucliers,
                  Leurs casques bien lacés, et leurs hauberts tout blancs,
                  Les hampes sont dressées, les épieux bruns reluisent.
                  Voici une bataille à nulle autre pareille...
1045.         Seigneurs français, que Dieu puisse vous soutenir !
                  Accrochez-vous ici, pour n'être pas vaincus ! »
                  Et les Français ont dit : « Malheur à qui s'enfuit !
                  Pas un n'hésitera, s'il le faut, à mourir. »
                  
                  § Laisse 83
                  
                  Olivier dit : « Les païens ont de grandes forces,
1050.         Les nôtres semblent bien faibles à côté d'elles !
                  Ami Roland, veuillez sonner de votre cor,
                  Charles qui l'entendra, ramènera l'armée. »
                  Roland a répondu : « Non ! Ce serait folie !
                  En douce France, alors, on me mépriserait.
1055.         Je vais plutôt donner des coups de Durendal,
                  Le sang, jusqu'à la garde, teintera sa lame.
                  Ces traîtres de païens regretteront leur coup,
                  Je vous en fais serment, ils n'en réchapperont. »
                  
                  § Laisse 84
                  
                  « Roland, mon compagnon, sonnez de votre cor :
1060.         Charles qui l'entendra, ramènera l'armée,
                  Et pour nous secourir, tous ses barons aussi. »
                  Roland alors a répondu : « À Dieu ne plaise
                  Que l'on blâme mes proches à cause de moi !
                  Et que la douce France encourre le mépris !
1065.         Je frapperai si bien, avec ma Durendal,
                  Ma bonne épée, celle que je porte au côté :
                  On verra bien comme est sa lame ensanglantée.
                  Les félons de païens rassemblés pour leur perte,
                  Je vous en fais serment, tous trouveront la mort ! »
                  
                  § Laisse 85
                  
1070.         « Roland, mon compagnon, veuillez sonner du cor :
                  Charles pourra l'entendre, en passant par les cols,
                  Et je le garantis, les Francs retourneront. »
                  - « Qu'à Dieu ne plaise ! » répondit alors Roland,
                  Il ne sera pas dit par nul homme vivant
1075.         Que j'ai sonné du cor à cause des païens !
                  Qu'aucun de mes parents n'encourre ce reproche !
                  Quand je serai au beau milieu de la bataille,
                  Frappant de si grands coups, et des mille et des cents,
                  On verra bien l'acier de Durendal sanglant !
1080.         Les courageux Français se battront vaillamment,
                  Et ceux d'Espagne sont tous voués à mourir.