prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 86-95 (v. 1082-1260)

§ LXXXVIII Préparatifs de combat § XCIII Premier choc : les francs ont l’avantage

                  
                  § LXXXVI
                  
                  Dist Oliver : « D'iço ne sai jo blasme ?
                  Jo ai veüt les Sarrazins d'Espaigne,
                  Cuverz en sunt li val e les muntaignes
1085.         E li lariz e trestutes les plaignes.
                  Granz sunt les oz de cele gent estrange;
                  Nus i avum mult petite cumpaigne. »
                  Respunt Rollant : « Mis talenz en est graigne.
                  Ne placet Damnedeu ne ses angles
1090.         Que ja pur mei perdet sa valur France !
                  Melz voeill murir que huntage me venget.
                  Pur ben ferir l'emperere plus nos aimet. »
                  
                  § LXXXVII
                  
                  Rollant est proz e Oliver est sage;
                  Ambedui unt me[r]veillus vasselage.
1095.         Puis que il sunt as chevals e as armes,
                  Ja pur murir n'eschiverunt bataille.
                  Bon sunt li cunte e lur paroles haltes.
                  Felun paien par grant irur chevalchent.
                  Dist Oliver : « Rollant, veez en alques !
1100.         Cist nus sunt pres, mais trop nus est loinz Carles.
                  Vostre olifan, suner vos nel deignastes;
                  Fust i li reis, n'i oüssum damage.
                  Guardez amunt devers les porz d'Espaigne :
                  Veeir poez, dolente est la rereguarde;
1105.         Ki ceste fait, jamais n'en ferat altre. »
                  Respunt Rollant : « Ne dites tel ultrage !
                  Mal seit del coer ki el piz se cuardet !
                  Nus remeindrum en estal en la place;
                  Par nos i ert e li colps e li caples. » aoi.
                  
                  § LXXXVIII Préparatifs de combat
                  
1110.         Quant Rollant veit que la bataille serat,
                  Plus se fait fiers que leon ne leupart.
                  Franceis escriet, Oliver apelat :
                  « Sire cumpainz, amis, nel dire ja !
                  Li emperere, ki Franceis nos laisat,
1115.         Itels.XX. milie en mist a une part
                  Sun escientre n'en i out un cuard.
                  Pur sun seignur deit hom susfrir granz mals
                  E endurer e forz freiz e granz chalz,
                  Sin deit hom perdre del sanc e de la char.
1120.         Fier de [ta] lance e jo de Durendal,
                  Ma bone espee, que li reis me dunat.
                  Se jo i moert, dire poet ki l'avrat
                  ....... que ele fut a noble vassal. »
                  
                  § LXXXIX
                  
                  D'altre part est li arcevesques Turpin,
1125.         Sun cheval broche e muntet un lariz,
                  Franceis apelet, un sermun lur ad dit :
                  « Seignurs baruns, Carles nus laissat ci;
                  Pur nostre rei devum nus ben murir.
                  Chrestientet aidez a sustenir !
1130.         Bataille avrez, vos en estes tuz fiz,
                  Kar a voz oilz veez les Sarrazins.
                  Clamez vos culpes, si preiez Deu mercit !
                  Asoldrai vos pur voz anmes guarir.
                  Se vos murez, esterez seinz martirs,
1135.         Sieges avrez el greignor pareïs. »
                  Franceis de[s]cendent, a tere se sunt mis,
                  E l'arcevesque de Deu les beneïst :
                  Par penitence les cumandet a ferir.
                  
                  § XC
                  
                  Franceis se drecent, si se metent sur piez.
1140.         Ben sunt asols e quites de lur pecchez,
                  E l'arcevesque de Deu les ad seignez;
                  Puis sunt muntez sur lur curanz destrers.
                  Adobez sunt a lei de chevalers
                  E de bataille sunt tuit apareillez.
1145.         Li quens Rollant apelet Oliver :
                  « Sire cumpainz, mult ben le saviez
                  Que Guenelun nos ad tuz espiez;
                  Pris en ad or e aveir e deners.
                  Li emperere nos devreit ben venger.
1150.         Li reis Marsilie de nos ad fait marchet;
                  Mais as espees l'estuvrat esleger. » aoi.
                  
                  § XCI
                  
                  As porz d'Espaigne en est passet Rollant
                  Sur Veillantif, sun bun cheval curant.
                  Portet ses armes, mult li sunt avenanz,
1155.         sun espiet vait li bers palmeiant,
                  Cuntre le ciel vait la mure turnant,
                  Laciet en su un gunfanun tut blanc;
                  Les renges li batent josqu'as mains.
                  Cors ad mult gent, le vis cler e riant.
1160.         cumpaignun apres le vait sivant,
                  E cil de France le cleiment a guarant.
                  Vers Sarrazins reguardet fierement
                  E vers Franceis humeles e dulcement,
                  Si lur ad dit un mot curteisement :
1165.         « Seignurs barons, suef pas alez tenant !
                  Cist paien vont grant martirie querant.
                  Encoi avrum un eschec bel e gent :
                  Nuls reis de France n'out unkes si vaillant. »
                  A cez paroles vunt les oz ajustant. aoi.
                  
                  § XCII
                  
1170.         Dist Oliver : « N'ai cure de parler.
                  Vostre olifan ne deignastes suner,
                  Ne de Carlun mie vos n'en avez.
                  Il n'en set mot, n'i ad culpes li bers.
                  Cil ki la sunt ne funt mie a blasmer.
1175.         Kar chevalchez a quanque vos puez !
                  Seignors baruns, el camp vos retenez !
                  Pur deu vos pri, ben seiez purpensez
                  De colps ferir, de receivre e (de) duner !
                  L'enseigne Carle n'i devum ublier. »
1180.         A icest mot sunt Franceis escriet.
                  Ki dunc oïst « Munjoie » demander,
                  De vasselage li poüst remembrer.
                  Puis si chevalchent, Deus ! par si grant fiertet !
                  Brochent ad ait pur le plus tost aler,
1185.         Si vunt ferir, que fereient il el ?
                  E Sarrazins nes unt mie dutez;
                  Francs e paiens, as les vus ajustez.
                  
                  § XCIII Premier choc : les francs ont l’avantage
                  
                  Li nies Marsilie, il ad a num Aelroth;
                  Tut premereins chevalchet devant l'ost.
1190.         De noz Franceis vait disant si mals moz :
                  « Feluns Franceis, hoi justerez as noz,
                  Traït vos ad ki a guarder vos out.
                  Fols est li reis ki vos laissat as porz.
                  Enquoi perdrat France dulce sun los,
1195.         Charles li magnes le destre braz del cors. »
                  Quant l'ot Rollant, Deus ! si grant doel en out !
                  Sun cheval brochet, laiset curre a esforz,
                  Vait le ferir li quens quanque il pout.
                  L'escut li freint e l'osberc li desclot,
1200.         Trenchet le piz, si li briset les os,
                  Tute l'eschine li desevret del dos,
                  Od sun espiet l'anme li getet fors,
                  Enpeint le ben, fait li brandir le cors,
                  Pleine sa hanste del cheval l'abat mort,
1205.         En dous meitiez li ad briset le col;
                  Ne leserat, ço dit, que n'i parolt :
                  «  Ultre culvert ! Carles n'est mie fol,
                  Ne traïsun unkes amer ne volt.
                  Il fist que proz qu'il nus laisad as porz :
1210.         Oi n'en perdrat France dulce sun los.
                  Ferez i, Francs, nostre est li premers colps !
                  Nos avum dreit, mais cist glutun unt tort. » aoi.
                  
                  § XCIV
                  
                  Un duc i est, si ad num Falsaron :
                  Icil er[t] frere al rei Marsiliun;
1215.         tint la tere Datliun e Balbiun.
                  Suz cel nen at plus encrisme felun.
                  Entre les dous oilz mult out large le front,
                  Grant demi pied mesurer i pout hom.
                  Asez ad doel quant vit mort sun nevold,
1220.         de la prese, si se met en bandun,
                  E se s'escriet l'enseigne paienor;
                  Envers Franceis est mult cuntrarius :
                  «  Enquoi perdrat France dulce s'onur ! »
                  Ot le Oliver, sin ad mult grant irur;
1225.         cheval brochet des oriez esperuns,
                  Vait le ferir en guise de baron.
                  L'escut li freint e l'osberc li derumpt,
                  El cors li met les pans del gunfanun,
                  Pleine sa hanste l'abat mort des arçuns;
1230.         a tere, veit gesir le glutun,
                  Si li ad dit par mult fiere raison :
                  «  De voz manaces, culvert, jo n'ai essoign.
                  Ferez i, Francs, kar tres ben les veincrum ! »
                  «  Munjoie ! » escriet, ço est l'enseigne Carlun. aoi.
                  
                  § XCV
                  
1235.         reis i est, si ad num Corsablix :
                  Barbarins est, d'un estra[n]ge païs.
                  Si apelad les altres Sarrazins :
                  «  Ceste bataille ben la puum tenir,
                  Kar de Franceis i ad asez petit.
1240.         ki ci sunt devum aveir mult vil;
                  Ja pur Charles n'i ert un sul guarit :
                  Or est le jur qu'els estuvrat murir. »
                  Ben l'entendit li arc[e]vesques Turpin.
                  Suz ciel n'at hume que [tant] voeillet haïr;
1245.         cheval brochet des esperuns d'or fin,
                  Par grant vertut si l 'est alet ferir.
                  L'escut li freinst, l'osberc li descumfist,
                  Sun grant espiet par mi le cors li mist,
                  Empeint le ben, que mort le fait brandir,
1250.         sa hanste l'abat mort el chemin.
                  Guardet arere, veit le glutun gesir,
                  Ne laisserat que n'i parolt, ço dit :
                  «  Culvert paien, vos i avez mentit !
                  Carles, mi sire, nus est guarant tuz dis;
1255.         Franceis n'unt talent de fuïr.
                  Voz cumpaignuns feruns trestuz restifs;
                  Nuveles vos di : mort vos estoet susfrir.
                  Ferez, Franceis ! Nul de vus ne s'ublit !
                  Cist premer colp est nostre, Deu mercit ! »
1260.         « Munjoie ! » escriet por le camp retenir.

                  
                  § LXXXVI
                  
                  Olivier lui répond : « Pas de quoi vous blâmer !
                  J'ai vu ce qu'il en est des Sarrasins d'Espagne :
                  Les monts en sont couverts,les vallées en sont pleines,
1085.         Ainsi que les collines et toutes les plaines.
                  De ce peuple étranger grandes sont les armées,
                  Et de notre côté, elles sont si petites ! »
                  Roland a répondu : « Mon ardeur, elle, est grande !
                  Qu'il ne plaise au Seigneur ainsi qu'à tous ses anges
1090.         Que la France par moi perde de sa valeur !
                  Je préfère mourir que subir cette honte,
                  Plus fort nous frapperons, plus nous aimera Charles. »
                  
                  § LXXXVII
                  
                  Roland est téméraire et Olivier est sage;
                  L'un comme l'autre sont d'un merveilleux courage :
1095.         Quand ils sont à cheval et qu'ils portent leurs armes,
                  La mort ne leur fera jamais fuir la bataille.
                  Ces comtes sont hardis et leurs paroles fières;
                  Les traîtres de païens chevauchent en fureur.
                  Olivier dit : « Roland, voyez combien ils sont !
1100.         Ils sont tout près de nous, et Charles bien trop loin !
                  Vous n'avez pas daigné sonner de votre cor...
                  Si le roi était là, nous n'aurion rien à craindre.
                  Regardez tout là-haut, les défilés d'Espagne :
                  Et voyez comme faible est notre arrière-garde.
1105.         Qui est de celle-ci n'en verra jamais d'autre. »
                  Roland répond : « Vos propos sont exagérés !
                  Maudit soit-il, le cœur qui flanche en la poitrine !
                  Nous allons demeurer fermes à cette place,
                  Et porter de grands coups, dominer la mêlée ! »
                  
                  § LXXXVIII Préparatifs de combat
                  
1110.         Quand Roland s'aperçoit que la bataille est proche,
                  Plus féroce il devient que léopard et lion,
                  Appelle les Français et dit à Olivier :
                  « Seigneur, mon compagnon, ne parlez plus ainsi !
                  L'Empereur, s'il nous a confié ces Français,
1115.         En a trié vingt mille pour les mettre à part,
                  Et parmi eux il n'y a pas un seul couard !
                  Pour son Seigneur il faut être prêt à souffrir,
                  Endurer les grands froids et les fortes chaleurs,
                  Même perdre pour lui et son sang et sa chair.
1120.         Frappe donc de ta lance, et moi de Durendal,
                  Ma chère épée, celle que le roi m'a donnée.
                  Et si je meurs, celui qui l'aura pourra dire
                  Qu'elle a appartenu à un noble guerrier. »
                  
                  § LXXXIX
                  
                  De son côté, voici l'archevêque Turpin;
1125.         Donnant de l'éperon, il gravit la colline,
                  Appelle les Français et leur fait un sermon :
                  « Chevaliers, mes seigneurs, Charles nous a laissés;
                  Ici, pour lui peut-être nous allons mourir :
                  Vous devez soutenir ici la chrétienté !
1130.         La bataille s'approche, vous le savez bien,
                  Puisque les Sarrasins sont là devant vos yeux.
                  Confessez-vos péchés, remettez-vous à Dieu,
                  Pour mieux sauver vos âmes, je vais vous absoudre;
                  Si vous devez mourir, vous serez des martyrs,
1135.         Et parmi tous les saints irez en Paradis. »
                  Descendus de cheval, les Français s'agenouillent,
                  Et l'archevêque alors par Dieu les a bénis :
                  Leur disant de combattre pour leur pénitence !
                  
                  § XC
                  
                  Les Français se relèvent, remis sur leurs pied
1140.         Ils ont été absous, lavés de leurs péchés.
                  Au nom de Dieu l’archevêque les a signés
                  Puis ils sont remontés sur leurs bons destriers.
                  Les voilà adoubés comme vrais chevaliers
                  Et pour combattre sont maintenant préparés.
1145.         Et le Comte Roland appela Olivier :
                  « Sire, mon compagnon, très bien vous le saviez
                  Que ce vil Ganelon nous a tous épiés;
                  Il en a obtenu de l’or et des deniers !
                  L’Empereur devrait certes venir nous venger :
1150.         Sur notre dos, Marsile a conclu un marché !
                  Mais avec nos épées il lui faudra compter. »
                  
                  § XCI
                  
                  Par les cols de l’Espagne en est allé Roland
                  Sur Veillantif, son cheval galopant,
                  Avec toutes ses armes, il est fort avenant,
1155.         Le voilà qui s’avance, sa lance brandissant
                  Vers le ciel, et le fer tournoyant,
                  Il lui a attaché un gonfanon tout blanc
                  Dont les franges lui viennent jusque sur les gants.
                  Son corps est élégant, visage souriant,
1160.         Son compagnon chevauche tout en le suivant,
                  Ceux de France l’acclament comme leur garant.
                  Les Sarrazins il a regardé méchamment,
                  Et les Français avec douceur et humblement.
                  Il leur a dit alors, et fort courtoisement :
1165.         « Seigneurs barons, avancez doucement !
                  Ces païens vont aller se faire massacrant,
                  Et d’eux nous tirerons un butin beau et grand !
                  Jamais nul roi de France n’en a eu autant. »
                  Sur ces mots les armées s’en vont se rejoignant.
                  
                  § XCII
                  
1170.         Olivier dit : « ne veux plus vous parler.
                  De votre cor n’avez voulu sonner,
                  Et Charles vous n’avez pas voulu appeler.
                  Il ne sait rien, on ne peut le blâmer.
                  Et à ceux qui sont là, que peut-on reprocher ?
1175.         Chevauchez donc ! Et tant que vous pouvez !
                  Seigneurs barons, la bataille livrez !
                  je vous en prie, ne pensez qu’à frapper,
                  Grands coups vous recevrez et grands coups donnerez !
                  Le cri de ralliement ne devons oublier. »
1180.         À ces mots les Français se sont mis à clamer.
                  Qui les eût entendus alors « Monjoie ! » crier
                  Leur bravoure n’est pas près d’avoir oublié.
                  Et alors chevauchant de si grande fierté !
                  Ils ont piqué des deux pour se précipiter,
1185.         Ne peuvent faire mieux que vite aller frapper,
                  Mais les Sarrazzins, eux, n’en sont pas effrayés :
                  Les Francs et les païens, les voilà affrontés.
                  
                  § XCIII Premier choc : les francs ont l’avantage
                  
                  Le neveu de Marsile se nomme Aelroth.
                  Il est au premier rang, chevauchant devant l’ost,
1190.         Et aux Français il va leur lançant des injures :
                  « Français félons, ce jour aurez affaire à nous !
                  Celui qui aurait dû vous garder vous trahit.
                  Fol est ce roi qui dans ces gorges vous conduit.
                  C’est ici que la France perdra son honneur,
1195.         Et Charlemagne son bras droit y laissera. »
                  Quand Roland entend ça, grande douleur en a !
                  Il éperonne, et fait galoper son cheval,
                  Il s’en va le frapper aussi fort qu’il le peut,
                  Il brise son écu, déchire son haubert,
1200.         Lui ouvre la poitrine et lui brise les os,
                  Lui fracasse l’échine tout le long du dos,
                  Et de sa lance, l’âme lui ôte du corps.
                  Il l’enfonce profond, et la secoue encore :
                  De son cheval l’abat, le jette à terre, mort.
1205.         Il l’a coupé en deux, en lui brisant le cou,
                  Mais ce ne sera pas sans lui parler, dit-il :
                  « Malotru ! Bon à rien ! Charles n’est pas un fou,
                  Et il n’a jamais eu l’idée de nous trahir !
                  Il a agi en preux, nous laissant dans ces gorges.
1210.         Jamais la France ici ne perdra son renom.
                  Francs, battez-vous, le premier combat est pour nous,
                  Nous avons le bon droit, ces canailles le tort. »
                  
                  § XCIV
                  
                  Il y a là un duc s’appelant Falsaron,
                  Qui était le propre frère du roi Marsile;
1215.         Il avait pour domaines Dathan et Balbon.
                  Sur terre il n’y a pas de plus fieffé félon.
                  Et entre les deux yeux, fort large était son front,
                  Qui mesurait au moins tout un grand pied de long.
                  Sa douleur était grande pour son neveu mort.
1220.         Sortant de la mêlée, tous les coups sont pour lui !
                  Il a poussé le cri de guerre des païens.
                  Il est très méprisant envers tous les Français :
                  « Aujourd’hui la France va perdre son honneur ! »
                  Olivier qui l’entend se met très en colère;
1225.         Il a éperonné de ses éperons d’or,
                  Et il vient le frapper, comme un preux chevalier.
                  Il brise son écu, déchire son haubert,
                  Et dans le corps lui met même son gonfanon.
                  De sa lance l’atteint, et l’abat, il est mort.
1230.         À terre maintenant, elle gît, la canaille,
                  Et de toutes ses forces il lui a crié :
                  « Peu me chaut de tes menaces, toi l’avorton !
                  Frappez, Français, nous en viendrons à bout ! »
                  Et puis il crie “Monjoie” !, le cri de Charlemagne.
                  
                  § XCV
                  
1235.         Il est ici un roi appelé Corsablix.
                  Il vient de Barbarie, un très lointain pays.
                  Il appelle avec lui les autres Sarrasins :
                  «  Nous allons soutenir cette grande bataille,
                  Car les Français n’y sont vraiment pas très nombreux,
1240.         Et nous ne devons pas être effrayés par eux.
                  Charles ne pourra pas en secourir un seul,
                  C’est aujourd'hui le jour où ils devront mourir ! »
                  L’archevêque Turpin entend bien son discours :
                  Il n’y a sous le ciel homme qu’il déteste plus.
1245.         Il pique son cheval de ses éperons d’or,
                  Et de toutes ses forces s’en va le frapper.
                  Il lui brise l'écu, démonte son haubert,
                  Lui enfonce sa lance à travers tout le corps,
                  Et de son fer l’atteint si bien qu’il l’en ébranle,
1250.         Son coup le fait chuter à terre raide mort.
                  Il regarde en arrière, et le voit étalé,
                  Mais ne peut s’empêcher de dire quelques mots :
                  « Canaille de païen, vous en avez menti !
                  Charles, qui est mon sire, nous sauvera, c’est sûr,
1255.         Et les Français d’ici n’ont pas envie de fuir.
                  Vos compagnons, tous prisonniers nous les ferons;
                  Et je vais vous le dire : vous allez tous mourir !
                  Frappez, Français ! Que nul ici ne se défausse !
                  Ce premier combat est pour nous, Dieu merci ! »
1260.         Il a crié « Monjoie ! » pour marquer sa victoire.