prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 6-10 (v.78-156)

                  § Laisse 6
                  
                  Li reis Marsilie out finet sun cunseill;
                  Dist a ses humes : « Seignurs, vos en ireiz;
80.             Branches d'olive en voz mains portereiz,
                  Si me direz a Carlemagne, le rei,
                  Pur le soen Deu qu'il ait m(er)ercit de mei.
                  Ja einz ne verrat passer cest premer meis,
                  Que jel sivrai od mil de mes fedeilz,
85.             Si recevrai la chrestiene lei,
                  [S]erai ses hom par amur e par feid;
                  S'il voelt ostages, il en avrat par veir. »
                  Dist Blancandrins : « Mult bon plait en avreiz. » aoi.
                  
                  § Laisse 7
                  
                  Dis blanches mules fist amener Marsilies,
90.             Que li tramist li reis de Suatilie;
                  Li frein sunt d'or, les seles d'argent mises.
                  Cil sunt muntez ki le message firent,
                  Enz en lur mains portent branches d'olive.
                  Vindrent a Charles ki France ad en baillie :
95.             Nes poet guarder que alques ne l'engignent. aoi.
                  
                  § Laisse 8
                  
                  Li empereres se fait e balz e liez,
                  Cordres ad prise e les murs peceiez,
                  Od ses cadables les turs en abatied.
                  Mult grant eschech en unt si chevaler
100.           D'or e d argent e de guarnemenz chers.
                  En la citet nen ad remes paien,
                  Ne seit ocis, u devient chrestien.
                  Li empereres est en un grant verger,
                  Ensembl od lui Rollant et oliver
105.           Sansun li dux e anseis li fiers
                  Gefreid d anjou le rei gunfanuner,
                  E si i furent e gerin et gerers,
                  La u cist furent, des altres i out bien :
                  De dulce france i ad quinze milliers.
110.           Sur palies blancs siedent cil cevaler,
                  As tables juent pur els esbaneier
                  E as eschecs li plus saive e li veill,
                  E escremissent cil bacheler leger.
                  Desuz un pin delez un eglenter
115.           Un faldestoed i unt fait tut d or mer,
                  La siet li reis, ki dulce france tient.
                  Blanche ad la barbe e tut flurit le chef,
                  Gent ad le cors e le cuntenant fier,
                  S'est, kil demandet, ne l'estoet enseigner.
120.           E li message descendirent a pied,
                  Sil saluerent par amur e par bien
                  
                  § Laisse 9
                  
                  Blancandrins ad tut premereins parled,
                  E dist al rei : « Salvez seiez de Deu
                  Le glorius, que de[v]u[n]s aürer !
125.           Iço vus mandet reis Marsilies, li bers :
                  Enquis ad mult la lei de salvetez;
                  De sun aveir vos voelt asez duner,
                  Urs e leuns e veltres enchaignez,
                  Set cenz cameilz e mil hosturs muez,
130.           D'or e d'argent .IIII. cenz muls trussez,
                  Cinquante care, que carier en ferez;
                  Tant i avrat de besanz esmerez
                  Dunt bien purrez voz soldeiers luer.
                  En cest païs avez estet asez;
135.           En France, ad Ais, devez bien repairer;
                  La vos sivrat, ço dit mis avoez. »
                  Li empereres tent (...) ses mains vers Deu,
                  Baisset sun chef, si cumencet a penser. aoi.
                  
                  § Laisse 10
                  
                  Li empereres en tint sun chef enclin;
140.           De sa parole ne fut mie hastifs :
                  Sa custume est qu'il parolet a leisìr.
                  Quant se redrecet, mult par out fier lu vis;
                  Dist as messages : « Vus avez mult ben dit.
                  Li reis Marsilies est mult mis enemis.
145.           De cez paroles que vos avez ci dit,
                  En quel mesure en purrai estre fiz ? »
                  - « Voet par hostages, » ço dist li Sarrazins,
                  « Dunt vos avrez ú dis ú quinze ú vint.
                  Pa[r] num de ocire i metrai un mien filz,
150.           E sin avrez, ço quid, de plus gentilz.
                  Quant vus serez el palais seignurill,
                  A la grant feste seint Michel del Peril,
                  Mis avoez la vos sivrat, ço dit;
                  Enz en voz bainz que Deus pur vos i fist,
155.           La vuldrat il chrestiens devenir. »
                  Charles respunt : « Uncore purrat guarir. » aoi.

                  § Laisse 6
                  
                  Le roi Marsile avait réuni son Conseil.
                  Il dit à ses vassaux  : « Seigneurs, vous partirez
80.             En tenant en vos mains des branches d'olivier,
                  De ma part vous direz au roi, à Charlemagne,
                  Qu'il ait pitié de moi en l'honneur de son Dieu :
                  Car avant que ce mois ne se soit achevé
                  Je viendrai le trouver avec mille fidèles
85.             Pour venir recevoir le baptème chrétien.
                  Je serai son vassal, par amour et par foi;
                  Et s'il en veut vraiment, il aura des otages. »
                  Blancandrins a dit : « c'est un bon arrangement. »
                  
                  § Laisse 7
                  
                  Marsile a fait venir alors dix blanches mules,
90.             Que lui avait données le roi de Suatille.
                  Leurs freins sont sertis d'or, et leurs selles d'argent.
                  Ceux qui seront les messagers y sont montés,
                  Tenant entre leur mains des branches d'olivier.
                  Il vont vers Charles qui dans ses mains tient la France :
95.             Il ne peut éviter que les autres le trompent.
                  
                  § Laisse 8
                  
                  L'Empereur est joyeux, il est de bonne humeur :
                  Cordres est enfin tombée, ses murailles brisées,
                  Les ballistes ont pu faire écrouler les tours.
                  Les chevaliers ont fait un énorme butin
100.           D'or et d'argent, de beaux équipements.
                  Pas un païen n'est demeuré dans la cité,
                  Qu'on ne l'y ait occis ou baptisé chrétien.
                  L'Empereur maintenant est dans un grand verger,
                  Roland et Olivier y sont à ses côtés
105.           Sanson le Duc aussi, et le fier Anséïs,
                  Et Godefroy d'Anjou, le gonfannier du roi;
                  Il y avait encore Gérin et Gérier
                  Et avec eux bien d'autres chevaliers encore :
                  Venus de douce France ils étaient quinze mille.
110.           Assis sur des étoffes de soie blanche,
                  Les chevaliers les plus âgés et les plus sages
                  Jouent aux dames et aux échecs pour s'amuser,
                  Et les plus jeunes, les plus fous, font de l'escrime.
                  Au pied d'un pin et à côté d'un églantier
115.           On a placé un trône tout entier d'or pur.
                  C'est sur lui qu'est assis le roi de douce France :
                  Il a la barbe blanche et les cheveux aussi,
                  Le corps bien fait et d'une noble contenance;
                  À qui le cherche il n'est besoin de le montrer.
120.           Les messagers alors ont mis le pied à terre,
                  Et ils l'ont salué en montrant leur estime.
                  
                  § Laisse 9
                  
                  Blancandrins a été le premier à parler,
                  Et il a dit au roi : « Que Dieu vous ait en garde,
                  Le Glorieux que nous devons tous adorer !
125.           Voici ce que vous fait savoir le roi Marsile :
                  Il a cherché la religion de son salut.
                  Il voudrait vous donner une part de ses biens :
                  Des ours, des lions, des lévriers tenus en laisse,
                  Sept cent chameaux, ainsi que mil autours mués,
130.           Et quatre cents mulets, d'or et d'argent chargés,
                  Et cinquante chariots, formant un seul convoi,
                  Qui pour vous charrieront tant de pièces d'or fin,
                  Que vous pourrez payer grassement vos soldats.
                  Vous êtes demeuré assez en ce pays :
135.           En douce France, à Aix, vous devrier rentrer;
                  Il vous suivra là-bas, mon Maître me l'a dit. »
                  L'Empereur alors lève ses deux mains vers Dieu,
                  Baisse la tête, et il commence à méditer.
                  
                  § Laisse 10
                  
                  L'empereur est resté longtemps tête baissée
140.           Il ne se hâtait pas de donner son avis;
                  Il avait l'habitude de prendre son temps.
                  Puis il s'est redressé, le visage serein,
                  Et il a dit au messager : « Cela est bien,
                  Mais Marsile est au nombre de mes ennemis.
145.           De ce que vous venez de dire devant moi,
                  Dans quelle mesure pourrais-je y prêter foi ? »
                  « Par des otages », a répondu le Sarrasin.
                  « Vous pourrez en avoir ou dix, ou quinze, ou vingt,
                  Un de mes fils aussi, même s'il doit périr,
150.           Et vous en recevrez de plus nobles encore.
                  Quand vous serez enfin de retour au palais,
                  Et que sera fêté Saint Michel des Périls,
                  Mon Maître s'y rendra, ainsi qu'il me l'a dit;
                  Et dans les bains que Dieu a fait faire pour vous,
155.           Il entrera alors pour devenir chrétien. »
                  Charles répond : « Il peut le devenir encore. »

NOTES

lévriers : le mot ancien « veltre » apparaît aussi dans les vers de Dante, où il semble désigner un animal redoutable : Enfer, Chant I, v. 101-102  : « « infin che 'l veltroverrà, che la farà morir con doglia. »

mués : La fauconnerie avait une grande importance dans la société féodale ; les autours servaient à la chasse, et leur mue marquait le passage à leur âge adulte, celui où ils pouvaient être dressés et utilisés à cette fin.