prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 98-99 (v. 1275-1288)

                  § Laisse 98
                  
1275.         Samson li dux, il vait ferir l'almaçur :
                  L'escut li freinst, ki est a flurs e ad or,
                  Li bons osbercs ne li est guarant prod,
                  Trenchet li le coer, le firie e le pulmun,
                  Que l'abat [mort], qui qu'en peist u qui nun.
1280.         Dist l'arcevesque : « Cist colp est de baron ! »
                  
                  § Laisse 99
                  
                  E Anseïs laiset le cheval curre,
                  Si vait ferir Turgis de Turteluse;
                  L'escut li freint desuz l'oree bucle,
                  De sun osberc li derumpit les dubles,
1285.         bon espiet el cors li met la mure,
                  Empeinst le ben, tut le fer li mist ultre,
                  Pleine sa hanste el camp mort le tresturnet.
                  Ço dist Rollant : « Cist colp est de produme ! »

                  § Laisse 98
                  
1275.         Le duc Sanson lui-même va frapper l’Almançour.
                  Il brise son écu, orné de fleurs et d’or,
                  Et son haubert ne le protège pas encore :
                  Il lui perce le cœur, le foie et le poumon,
                  Et l’abat raide mort, qu’on le déplore ou non.
1280.         Et l’Archevêque a dit : « C’est digne d’un baron ! »
                  
                  § Laisse 99
                  
                  Anseis a laissé galoper son cheval,
                  Pour aller s’attaquer à Turgis de Toulouse;
                  Il brise son écu sous la boucle dorée,
                  Lui déchire les mailles doubles du haubert,
1285.         Et lui enfonce son épieu loin dans le corps,
                  Tellement que la pointe dans le dos ressort,
                  Et le faisant tourner le jette à terre, mort.
                  Alors Roland s’écrie : « C’est bien le coup d’un preux ! »
                  
                  
                  

NOTES

l’Almançour : L’équivalent de “Général” dans les armées sarrasines.