prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 100-101 (v. 1289-1303)

                  § Laisse 100
                  
                  Et Engelers li Guascuinz de Burdele
1290.         Sun cheval brochet, si li laschet la resne,
                  Si vait ferir Escremiz de Valterne :
                  L'escut del col li freint e escantelet,
                  De sun osberc li rumpit la ventaille,
                  Sil fiert el piz entre les dous furceles,
1295.         Pleine sa hanste l'abat mort de la sele;
                  Apres li dist : « Turnet estes a perdre ! » aoi.
                  
                  § Laisse 101
                  
                  E Gualter fie[r]t un paien, Estorgans,
                  Sur sun escut en la pene devant,
                  Que tut li trenchet le vermeill e le blanc;
1300.         De sun osberc li ad rumput les pans,
                  El cors li met sun bon espiet tre[n]chant,
                  Que mort l'abat de sun cheval curant.
                  Apres li dist : « Ja n'i avrez guarant ! »

                  § Laisse 100
                  
                  C’est alors qu’Engelier, le Gascon de Bordeaux
1290.         Son cheval éperonne, et lui lâche les rênes :
                  Voilà qu’il est allé frapper Escremis de Valterne !
                  L’écu qu’il porte au cou, il le lui a brisé,
                  Et du haubert maillé, il lui rompt la ventaille.
                  En pleine poitrine l’atteint, entre les deux épaules,
1295.         De sa lance lui faut vider la selle, mort.
                  Et il s’est écrié : “Tout est perdu pour vous !”
                  
                  § Laisse 101
                  
                  Voilà Gautier qui frappe un païen, Estorgan,
                  En plein sur son écu, sur le rebord, devant.
                  Il lui a déchiré le vermeil, et le blanc.
1300.         De son haubert il a fracassé les deux pans,
                  Et dans le corps lui pa passé l’épieu tranchant,
                  Si bien que mort l’abat, du cheval galopant :
                  « Personne n’ira plus jamais vous protégeant ! »