prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 102-103 (v. 1304-1319)

                  § CII
                  
                  E Berenger, il fiert Astramariz :
1305.         L'escut li freinst, l'osberc li descumfist,
                  Sun fort escut par mi le cors li mist,
                  Que mort l'abat entre mil Sarrazins.
                  Des .XII. pers li .X. en sunt ocis;
                  Ne mes que dous n'en i ad remes vifs;
1310.         Ço est Chernubles e li quens Margariz.
                  
                  § CIII
                  
                  Margariz est mult vaillant chevalers,
                  E bels e forz e isnels e legers.
                  Le cheval brochet, vait ferir Oliver :
1315.         L'escut li freint suz la bucle d'or mer,
                  Lez le costet li conduist sun espiet.
                  Deus le guarit, qu'el(l) cors ne l'ad tuchet.
                  La hanste fruisset, mie n'en a(d)[b]atiet.
                  Ultre s'en vait, qu'il n'i ad desturber;
1320.         Sunet sun gresle pur les soens ralier.

                  § CII
                  
                  Bérenger à son tour attaque Estramariz :
1305.         Il brise son écu, fracasse son haubert
                  Lui passe son épieu à travers tout le corps,
                  Et le fait tomber mort parmi les Sarrasins.
                  Des douze Pairs païens dix ont été occis;
                  Il n’en reste que deux qui soient vivants encore :
1310.         Ce sont Chernuble, avec le comte Margariz.
                  
                  § CIII
                  
                  Margariz est vraiment un vaillant chevalier :
                  Il est beau, il est fort, alerte, et si agile !
                  Il pique son cheval et va vers Olivier :
                  Il brise son écu sur la boucle d’or pur,
1315.         Et son épieu lui a porté sur le côté.
                  Mais Dieu l’a protégé, il ne l’a pas touché !
                  La hampe en a brisée, sans l’avoir renversé.
                  Et puis il est passé sans mêm le toucher.
                  Il a sonné sa trompe pour les siens rallier.