prev

SOMMAIRE

prev

Laisses 104-105 (v.1320-1350)

                  § CIV
                  
1320.         La bataille est merveilluse e cumune.
                  Li quens Rollant mie ne s'asoüret,
                  Fiert de l'espiet tant cume hanste li duret;
                  A .XV. cols l'ad fraite e [...] perdue,
                  Trait Durendal, sa bone espee nue,
1325.         cheval brochet, si vait ferir Chernuble :
                  L'elme li freint u li carbuncle luisent,
                  Trenchet la cors e la cheveleüre,
                  Si li trenchat les oilz e la faiture,
                  Le blanc osberc, dunt la maile est menue,
1330.         tut le cors tresqu'en la furcheüre,
                  Enz en la sele, ki est a or batue;
                  El cheval est l'espee aresteüe,
                  Trenchet l'eschine, hunc n'i out quis [joi]nture,
                  Tut abat mort el pred sur l'erbe drue;
1335.         li dist : « Culvert, mar i moüstes !
                  De Mahumet ja n'i avrez aiude.
                  Par tel glutun n'ert bataille oi vencue. »
                  
                  § CV
                  
                  Li quens Rollant par mi le champ chevalchet,
                  Tient Durendal, ki ben trenchet e taillet,
1340.         Sarrazins lur fait mult grant damage.
                  Ki lui veïst l'un geter mort su[r] l'altre,
                  Li sanc tuz clers gesir par cele place !
                  Sanglant en ad e l'osberc e [la] brace,
                  Sun bon cheval le col e les [es]palles.
1345.         Oliver de ferir ne se target,
                  Li .XII. per n'en deivent aveir blasme,
                  E li Franceis i fierent e si caplent.
                  Moerent paien e alquanz en i pasment.
                  Dist l'arcevesque : « Ben ait nostre barnage ! »
1350.         « Munjoie ! » escriet, ço est l'enseigne Carle. aoi.

                  § CIV
                  
1320.         La bataille est terrible et générale.
                  Le comte Roland s’y dépense sans compter :
                  Il frappe de l’éoieu tant qu’il n’est pas brisé,
                  Mais après quinze coups, le voilà fracassé !
                  Alors il a tiré Durendal, son épée,
1325.         Il pique son cheval, et va frapper Chernuble.
                  Il lui brise le heaume aux belles escarboucles
                  Tranche sa coiffe avec sa chevelure,
                  Lui fend en deux les yeux et la figure,
                  Le haubert blanc avec ses fines mailles,
1330.         Et le corps tout entier jusqu’à l’enfourchure,
                  Atteint même la selle, qui est inscrustée d’or...
                  L’épée s’est arrêtée dans le corps du cheval,
                  Lui tranchant l’échine, sans souci de jointure,
                  Et l’abat raide mort sur l’herbe, dans le pré.
1335.         Et il lui dit : « Vaurien ! Voilà bien fait pour toi !
                  Jamais ton Mahomet ne te protègera !
                  Un vaurien comme toi ne peut gagner bataille ! »
                  
                  § CV
                  
                  Roland a chevauché tout le champ de bataille,
                  Brandissant Durendal, et d’estoc et de taille;
1340.         Aux Sarrasins il a causé de grands dommages :
                  On aurait pu le voir jeter un mort sur l'autre,
                  Et le sang rejaillir de partout sur le sol !
                  Son haubert est sanglant, ses bras le sont aussi,
                  Son cheval a du sang sur le col et l’épaule.
1345.         Olivier lui non plus ne cesse de frapper,
                  Et rien à reprocher aux douze pairs non plus !
                  Les Français frappent et se battent si bien
                  Que les païens en meurent et que certains se pâment !
                  L’archevêque déclare : « Bénis soient nos barons ! »
1350.         « Monjoie ! » crie-t-il, cri de guerre de Charles.

NOTES

coiffe : Le texte comporte “la cors”, qui semble une bévue du copiste.